TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 08/03/2021 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 LAND OF PALESTINE 
LAND OF PALESTINE / Nous sommes le plus grand groupe de défense des droits humains en Israël, et nous appelons ça l'apartheid
Date of publication at Tlaxcala: 17/01/2021
Original: We are Israel's largest human rights group – and we are calling this apartheid
Translations available: Italiano  Deutsch 

Nous sommes le plus grand groupe de défense des droits humains en Israël, et nous appelons ça l'apartheid

Hagai El-Ad חגי אלעד حاجي إلياد

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

La promotion systématique de la suprématie d'un groupe de personnes sur un autre est profondément immorale et doit cesser

 

Le nouveau document de position de B'Tselem. Cliquer

On ne peut pas vivre un seul jour en Israël/Palestine sans avoir le sentiment que cet endroit a été constamment aménagé pour privilégier un peuple et un seul : le peuple juif. Pourtant, la moitié de ceux qui vivent entre le Jourdain et la Méditerranée sont palestiniens. Le gouffre entre ces réalités vécues remplit l'air, saigne, est partout sur cette terre.

Je ne fais pas simplement référence aux déclarations officielles qui l'expliquent - et elles sont nombreuses, comme l'affirmation du Premier ministre Benjamin Netanyahu en 2019 selon laquelle « Israël n'est pas un État de tous ses citoyens" » ou la loi fondamentale de « l'État-nation » qui consacre « le développement de la colonisation juive comme une valeur nationale ». Ce que j'essaie d'obtenir, c'est un sens plus profond des personnes comme désirables ou indésirables, et une compréhension de mon pays à laquelle j'ai été progressivement exposé depuis le jour où je suis né à Haïfa. Aujourd'hui, c'est une prise de conscience qui ne peut plus être évitée.

Bien qu'il y ait une parité démographique entre les deux peuples vivant ici, la vie est gérée de telle sorte que seule la moitié d'entre eux jouit de la grande majorité du pouvoir politique, des ressources foncières, des droits, des libertés et des protections. C'est un véritable exploit de maintenir une telle privation de droits. Plus encore, de la vendre avec succès comme une démocratie (à l'intérieur de la "ligne verte" - la ligne d'armistice de 1949), à laquelle est associée une occupation temporaire. En fait, un gouvernement gouverne tout et tous entre le fleuve et la mer, suivant le même principe d'organisation partout sous son contrôle, travaillant à faire avancer et à perpétuer la suprématie d'un groupe de personnes - les Juifs - sur un autre - les Palestiniens. C'est de l'apartheid.

Il n'y a pas un seul centimètre carré dans le territoire contrôlé par Israël où un Palestinien et un Juif sont égaux. Les seules personnes de première classe ici sont des citoyens juifs comme moi, et nous jouissons de ce statut à la fois à l'intérieur des lignes de 1967 et au-delà, en Cisjordanie. Séparés par les différents statuts personnels qui leur sont attribués, et par les nombreuses variations d'infériorité auxquelles Israël les soumet, les Palestiniens vivant sous la domination d'Israël sont unis par l'inégalité de tous.

 http://tlaxcala-int.org/upload/gal_7360.jpg

À la différence de l'apartheid sud-africain, l'application de notre version de celui-ci - l'apartheid 2.0, si vous voulez - évite certains types d’ignominie. Vous ne trouverez pas de panneaux « réservé aux Blancs » sur les bancs. Ici, « protéger le caractère juif » d'une communauté - ou de l'État lui-même - est l'un des euphémismes à peine voilés déployés pour tenter d'obscurcir la vérité. Pourtant, l'essence est la même. Que les définitions d'Israël ne dépendent pas de la couleur de la peau ne fait aucune différence matérielle : c'est la réalité suprémaciste qui est au cœur du problème - et qui doit être battue.

Jusqu'à l'adoption de la loi sur l'État-nation, la principale leçon qu'Israël semblait avoir tirée de la façon dont l'apartheid sud-africain s'est terminé était d'éviter les déclarations et les lois trop explicites. Celles-ci risquent d'entraîner des jugements moraux - et finalement, le Ciel nous en préserve, des conséquences réelles. Au lieu de cela, l'accumulation patiente, silencieuse et progressive de pratiques discriminatoires tend à empêcher les répercussions de la communauté internationale, surtout si l'on est prêt à se contenter d'un engagement de pure forme envers ses normes et ses attentes.

C'est ainsi que la suprématie juive des deux côtés de la ligne verte est accomplie et appliquée.

Nous faisons de l'ingénierie démographique de la composition de la population en nous efforçant d'augmenter le nombre de Juifs et de limiter le nombre de Palestiniens. Nous autorisons la migration des Juifs - avec une citoyenneté automatique - vers tout endroit contrôlé par Israël. Pour les Palestiniens, c'est le contraire qui est vrai : ils ne peuvent pas acquérir un statut personnel où que ce soit sous le contrôle d’ Israël - même si leur famille est d'ici.

Nous organisons le pouvoir par l'attribution - ou la négation - de droits politiques. Tous les citoyens juifs ont le droit de vote (et tous les juifs peuvent devenir citoyens), mais moins d'un quart des Palestiniens sous le contrôle d'Israël ont la citoyenneté et peuvent donc voter. Le 23 mars, lorsque les Israéliens iront voter pour la quatrième fois en deux ans, ce ne sera pas une « célébration de la démocratie » - comme on appelle souvent les élections. Il s'agira plutôt d'un jour de plus où les Palestiniens privés de leurs droits de vote verront leur avenir déterminé par d'autres.

Nous organisons le contrôle des terres en expropriant d'immenses étendues de terres palestiniennes, en les maintenant hors de portée pour leur développement - ou en les utilisant pour construire des villes, des quartiers et des colonies juives. À l'intérieur de la ligne verte, nous faisons cela depuis la création de l'État en 1948. À Jérusalem-Est et en Cisjordanie, nous le faisons depuis le début de l'occupation en 1967. Le résultat est que les communautés palestiniennes - partout entre le fleuve et la mer - sont confrontées à une réalité de démolitions, de déplacements, d'appauvrissement et de surpopulation, alors que les mêmes ressources foncières sont allouées au nouveau développement juif.

Et nous organisons - ou plutôt, nous limitons - le mouvement des Palestiniens. La majorité d'entre eux, qui ne sont ni citoyens ni résidents, dépendent des permis et des points de contrôle israéliens pour voyager dans et entre une zone et une autre, ainsi que pour se déplacer à l'étranger. Pour les deux millions de personnes vivant dans la bande de Gaza, les restrictions de voyage sont les plus sévères - ce n'est pas seulement un bantoustan : Israël en a fait l'une des plus grandes prisons à ciel ouvert de la planète.

Haïfa, ma ville natale, était une réalité binationale à parité démographique jusqu'en 1948. Sur les quelque 70 000 Palestiniens qui vivaient à Haïfa avant la Nakba, moins d'un dixième sont restés après. Près de 73 ans ont passé depuis lors, et maintenant Israël/Palestine est une réalité binationale à parité démographique. Je suis né ici. Je veux - j'ai l'intention - de rester. Mais je veux - j'exige - de vivre dans un avenir très différent.

Le passé est fait de traumatismes et d'injustices. Dans le présent, d'autres injustices sont constamment reproduites. L'avenir doit être radicalement différent - un rejet de la suprématie, fondé sur un engagement en faveur de la justice et de notre humanité commune. Appeler les choses par leur nom propre - l'apartheid - n'est pas un moment de désespoir : c'est plutôt un moment de clarté morale, un pas dans une longue marche inspirée par l'espoir. Voyons la réalité telle qu'elle est, nommons-la sans hésiter - et contribuons à la réalisation d'un avenir juste.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_21691.jpg





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://www.theguardian.com/commentisfree/2021/jan/12/israel-largest-human-rights-group-apartheid
Publication date of original article: 12/01/2021
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=30542

 

Tags: Apartheid sionisteB'TselemPalestine/Israël
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.