TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 07/03/2021 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 CULTURE & COMMUNICATION 
CULTURE & COMMUNICATION / Philosophie du contact
Date of publication at Tlaxcala: 13/01/2021
Original: Filosofia del contatto
Translations available: English  Español  Deutsch 

Philosophie du contact

Giorgio Agamben Τζόρτζιο Αγκάμπεν Джорджио Агамбен

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Deux corps sont en contact lorsqu'ils se touchent. Mais que signifie toucher ? Qu'est-ce qu’un contact ? Giorgio Colli en a donné une définition précise, en indiquant que deux points sont en contact lorsqu'ils ne sont séparés que par un vide de représentation. Le contact n'est pas un point de contact, qui en soi ne peut pas exister, car toute quantité continue peut être divisée. On dit que deux entités sont en contact lorsqu'aucun support ne peut être inséré entre elles, c'est-à-dire lorsqu'elles sont immédiates. Si entre deux choses il y a une relation de représentation (par exemple : sujet-objet ; mari-femme ; maître-esclave ; distance-voisinage), on ne dira pas qu'elles sont en contact ; mais si toute représentation est absente, s'il n'y a rien entre elles, alors et seulement alors on pourra dire qu'elles sont en contact. Cela peut également s'exprimer en disant que le contact n'est pas représentable, qu'il n'est pas possible de faire une représentation de la relation en question - ou, comme l'écrit Colli, que « le contact est donc l'indication d'un néant représentatif, d'un interstice métaphysique ».

 

Fernand Khnopff, Des caresses, 1896. Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles

Le défaut de cette définition est qu'elle risque, dans la mesure où elle doit recourir à des expressions purement négatives, telles que « rien » et « non représentable », de sombrer dans le mysticisme. Colli lui-même précise que le contact ne peut être dit immédiat qu'approximativement, que la représentation ne peut jamais être entièrement éliminée. Contre tout risque d'abstraction, il sera donc utile de revenir au point de départ et de se demander à nouveau ce que signifie « toucher », c'est-à-dire interroger le plus humble et le plus terrestre des sens, le toucher.

Aristote a réfléchi sur la nature particulière du toucher, qui le différencie des autres sens. Pour chaque sens, il existe un entre-deux, un intervalle (metaxy), qui remplit une fonction décisive : pour la vue, le médium est le diaphane, qui, éclairé par la couleur, agit sur les yeux ; pour l'ouïe, c'est l'air, qui, mû par un corps sonore, frappe l'oreille. Ce qui distingue le toucher des autres sens est que nous percevons le tangible non pas « parce que le metaxy exerce une action sur nous, mais car en même temps (il aime) le metaxy ». Ce metaxy, qui n'est pas extérieur à nous, mais en nous, est la chair (sarx). Mais cela signifie que ce n'est pas seulement l'objet extérieur qui est touché, mais aussi la chair qui est déplacée ou mue par lui - que, en d'autres termes, dans le contact, nous touchons notre propre sensibilité, nous sommes affectés par notre propre réceptivité. Alors que dans la vision nous ne pouvons pas voir nos propres yeux et dans l'ouïe nous ne pouvons pas percevoir notre propre faculté d'audition, dans le toucher nous touchons notre propre capacité à toucher et à être touché. Le contact avec un autre corps est donc , à la fois et avant tout, un contact avec soi-même. Le toucher, qui semble inférieur aux autres sens, est donc, dans un certain sens, le premier, car c'est en lui que se génère quelque chose comme un sujet, qui, dans la vision et dans les autres sens, est en quelque sorte présupposé de manière abstraite. Nous faisons pour la première fois une expérience de nous-mêmes lorsque, en touchant un autre corps, nous touchons en même temps notre chair.

Si, comme on tente aujourd'hui de le faire de façon perverse, on supprimait tout contact, si tout et tous étaient tenus à distance, nous perdrions alors non seulement l'expérience des autres corps, mais surtout toute expérience immédiate de nous-mêmes, c'est-à-dire que nous perdrions purement et simplement notre chair.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_21691.jpg





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://www.quodlibet.it/giorgio-agamben-filosofia-del-contatto
Publication date of original article: 05/01/2021
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=30504

 

Tags: Contact humainToucherCrise du coronavirusDictature sanitaire
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.