TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 19/01/2021 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 LAND OF PALESTINE 
LAND OF PALESTINE / Les adolescents Bachar et Yousef rejoignent une sinistre statistique : celles des Palestiniens tirés comme des lapins par les forces israéliennes
Date of publication at Tlaxcala: 12/01/2021
Original: Palestinian teenagers Bashar and Yousef join a grim statistic: shot by Israeli Forces
Translations available: Italiano 

Les adolescents Bachar et Yousef rejoignent une sinistre statistique : celles des Palestiniens tirés comme des lapins par les forces israéliennes

Amira Hass عميرة هاس עמירה הס

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

787 Palestiniens de Cisjordanie, dont 155 mineurs, ont été blessés l'année dernière par des balles à pointe molle ou réelles tirées par des soldats et des policiers des frontières. Bashar a perdu un œil, Yousef a des fractures du crâne. Tous deux auront besoin de longues convalescences

 

 Bachar Hamad, qui a perdu un œil suite à un projectile tiré par la police des frontières, camp de réfugiés de Qalyandiah, Cisjordanie, décembre 2020. Photo Amira Hass

Bachar Hamad, 16 ans, du camp de réfugiés de Qalandiyah et Yousef Taha, 17 ans, de Kafr Qaddum ne se connaissent pas. Mais ils font partie de la statistique invisible des Palestiniens blessés par balles par les soldats israéliens en Cisjordanie l'année dernière.

Sur ce total, 632 ont été blessés par des balles métalliques à pointe d'éponge ou de caoutchouc, dont 127 mineurs, tandis que 155 ont été blessés par des tirs réels, dont 28 mineurs. Et cela s'ajoute aux 1 513 personnes qui ont été suffoquées par les gaz lacrymogènes et qui ont dû être soignées sur place ou dans une clinique, dont 195 mineurs.

Les deux adolescents ont un autre point commun : les balles des soldats les ont touchés à la tête. Bashar a perdu son œil droit et a reçu une prothèse temporaire recouverte d'un pansement ; il attend maintenant de recevoir sa prothèse permanente - peut-être en Jordanie, peut-être en Israël. Yousef souffre de fractures du crâne, de maux de tête incessants et d'une perte d'équilibre.

Tous deux peuvent s'attendre à une longue convalescence et réhabilitation. Aucun des deux ne peut encore retourner à l'école. Aucun des deux ne parle de sa blessure - Bashar parce qu'il en a marre d'en parler, Yousef parce qu'il ne se souvient de rien de ce jour-là.

Chacun d'eux n'est qu'à un cheveu de rejoindre les statistiques des personnes tuées par les tirs israéliens en 2020 : 25 personnes en Cisjordanie, dont sept mineurs.

La vue depuis la cour de la maison de la famille Taha à Kafr Qaddum est pleine de collines rondes, de vergers et de cours ornées de plantes. La maison de la famille Hamad à Qalandiyah a un citronnier à l'entrée et quelques plantes, mais quand vous regardez vers le haut, tout ce que vous voyez ce sont les denses bâtiments en béton du camp de réfugiés.

La maison des Taha se trouve au nord-est, à l'extrémité supérieure du village. On y accède par une route dont la sortie nord a été bloquée il y a 17 ans au profit d'un nouveau quartier de la colonie de Kedumim.

Elle est maintenant jonchée de restes de pneus brûlés, de pierres lancées et de barricades d'amateurs, ainsi que de bombes lacrymogènes et de grenades assourdissantes que les soldats tirent tous les vendredis sur les habitants du village, qui protestent depuis 2011 pour leur droit de circuler sur la seule route directe vers Naplouse et de travailler dans leurs vergers.

La maison des Hamad se trouve à l'extrémité orientale de Qalandiyah. Au-delà, il y a une zone de collines ouvertes qui est interdite aux Palestiniens. Une partie de cette zone a été occupée par les colonies de Psagot et de Kokhav Yaakov.

Bachar Hamad est grand pour son âge, et malgré sa moustache clairsemée, son visage conserve l'expression d'un enfant qui découvre encore le monde. Mais maintenant, il est marqué par l'épuisement et la douleur de ses blessures.



Un manifestant tient un drapeau palestinien devant les forces israéliennes lors d'une manifestation contre les colonies juives, à Kafr Qaddum, le 2 octobre 2020. Photo Mohamad Torokman/Reuters

Lui et son frère aîné fréquentent le lycée Al-Umma dans la ville voisine d'A-Ram. Comme ils le font tous les jours, ils sont rentrés de l'école vers 13h45 le 17 novembre. Ils sont descendus du minibus au point de contrôle de Qalandiyah, qui divise en deux la route de Ramallah. Un embranchement tourne vers l'est, tandis que l'autre passe par le poste de contrôle et n'est ouvert qu'aux voitures portant des plaques d'immatriculation israéliennes.

C'est l'une des heures les plus chargées sur cette rue pas très large, qui est bordée des deux côtés par des magasins, des ateliers, des pharmacies, des bureaux d'avocats, des cliniques, des garages et des kiosques improvisés. Certaines parties n'ont pas de trottoirs ; d'autres sont si étroites que les piétons, dont de nombreux enfants, marchent parmi les voitures et les stands de nourriture.

Mais quelqu'un de la police israélienne a jugé bon d'envoyer une grosse équipe de la police des frontières à cet endroit à cette heure précise.

Bachar et son frère ont vu la police et ses véhicules quitter le point de contrôle. « J'ai supposé qu'ils faisaient un raid quelque part, mais je ne savais pas où », a déclaré Bachar à Iyad Haddad, un chercheur de terrain pour le groupe de défense des droits B'Tselem, cinq jours plus tard.

Un porte-parole de la police a déclaré à Haaretz que « lors des opérations de contrôle à Kafr Aqab, les forces de la police des frontières et les inspecteurs de la municipalité de Jérusalem ont saisi 40 boîtes de pétards et 250 boîtes de cigarettes détenues illégalement, ont confisqué deux voitures avec de mauvaises plaques d'immatriculation et ont émis huit contraventions ».

Bien que située au nord de la barrière de séparation, la route principale étroite, encombrée et délabrée que les frères ont empruntée pour rentrer chez eux se trouve officiellement à l'intérieur des frontières municipales de Jérusalem. La juridiction de Jérusalem couvre également l'entrée du camp de réfugiés et la première rangée de maisons de chaque côté de la route, ainsi que Kafr Aqab et Samiramis - deux villages palestiniens qui sont devenus des jungles urbaines de grands immeubles d'habitation surpeuplés.

Bachar et son frère sont entrés dans le camp de réfugiés. Bashar a remarqué que plusieurs policiers avaient pénétré dans certains des bâtiments à l'entrée du camp, notamment une clinique de l'UNRWA, le bureau du Comité populaire (une sorte de conseil local bénévole) et un centre d'activités pour enfants. Il a également vu un lanceur de grenades lacrymogènes monté sur l'une des deux voitures de patrouille de la police.



Mohammed Hamad, à gauche, et son fils Bashar après Hamad a perdu un œil lors d'une rencontre avec la police des frontières, camp de réfugiés de Qalandiyah, Cisjordanie, décembre 2020. Photo Amira Hass

Selon la police, « au cours de l'opération, des troubles de l'ordre public ont éclaté, impliquant une centaine d'émeutiers, qui ont lancé des pierres et des cocktails Molotov aux forces de sécurité .... Les combattants de la police des frontières ont répondu aux émeutiers, qui ont mis leur vie en danger, en tirant avec des armes de dispersion des émeutes, conformément au règlement. Il n'y a pas eu recours à des tirs réels ».

De plus, ils ont déclaré qu'un membre de la police des frontières a été « blessé à la tête et emmené à l'hôpital avec de graves écorchures au visage ».

"Comme si mon œil avait quitté son orbite"

Bachar se souvient des grenades assourdissantes et des gaz lacrymogènes lancés par la police des frontières alors qu'il entrait dans le camp. « Les gens ont commencé à s'enfuir et les commerçants ont fermé », a-t-il dit à Haddad de B'Tselem.

Puis, dit-il, les adolescents et les jeunes hommes du camp ont commencé à affronter la police. Ils ont empilé des bidons et d'autres ferrailles sur la route pour bloquer l'accès au camp et ont jeté des pierres. Il n'a pas mentionné de cocktails Molotov dans son récit détaillé à B'Tselem.

Il a estimé qu'une trentaine de membres de la police des frontières ont affronté une centaine de Palestiniens, la plupart entre 15 et 17 ans.

Bachar et son frère ont été pris entre deux groupes de la police des frontières qui s'étaient déployés à des endroits différents. Les grenades paralysantes, les gaz lacrymogènes, les balles à pointe d'éponge et les balles métalliques recouvertes de caoutchouc ont empêché les garçons de poursuivre leur chemin vers la maison.

Vers 14h30, le frère de Bachar a couru vers une école voisine, tandis que Bachar se cachait au coin de la rue à côté de la grande mosquée. Soudain, il a vu une sorte de munition voler vers lui. Une balle en acier ? Une balle en caoutchouc ou en éponge ? Peut-être une grenade lacrymogène ? Il n'en sait rien.

Tout ce dont il se souvient, c'est que cet objet dur a touché le sol ; puis il a senti quelque chose toucher son œil et quelque chose exploser à l'intérieur. Il pense que le tireur était l'un des policiers déployés sur les toits à l'entrée du camp.

« J'ai immédiatement eu l'impression que mon œil avait quitté son orbite » a-t-il déclaré à B'Tselem avec une clarté impressionnante. « J'ai mis ma main sur mon œil blessé et j'ai senti le sang couler. J'ai commencé à crier : « J'ai été touché, j'ai été touché ». Je voulais m'enfuir, mais après avoir fait quelques pas, je n'y voyais plus rien. J'ai perdu l'équilibre et je suis tombé. »

Les gens se sont précipités à son secours et ont cherché une voiture pour l'emmener à l'hôpital. La route principale était pratiquement bloquée parce que les conducteurs et les passagers avaient fui les voitures enveloppées dans des nuages de gaz lacrymogène, craignant d'être blessés par les grenades assourdissantes, les gaz lacrymogènes ou les balles.



Des soldats israéliens brandissent leurs armes lors d'une manifestation palestinienne contre les colonies juives, à Kafr Qaddum, en Cisjordanie, le 13 novembre 2020. Photo Mohamad Torokman/Reuters

Un homme que Bashar ne connaissait pas s'est porté volontaire pour l'emmener dans sa voiture. Bashar s'est assis à côté de lui, son œil saignant, essayant d'éponger le sang avec les tissus qui se trouvaient dans la voiture.

« J'étais confus et effrayé », a-t-il dit à Haddad. « Le type qui me conduisait essayait de me calmer, en me disant : « N'aie pas peur, n'aie pas peur ; nous serons bientôt à l'hôpital ». »

Le chauffeur est passé par des ruelles mais a fini par se retrouver dans une impasse au nord du camp de réfugiés. Il a donc quitté la voiture avec Bashar et a parcouru à pied une vingtaine de mètres, Bashar appuyant sur son œil saignant avec une liasse de mouchoirs. Le chauffeur a trouvé une autre voiture qui a conduit Bachar dans les ruelles de Kafr Aqab jusqu'à ce qu'ils rencontrent une ambulance, qui l'a emmené à l'hôpital principal de Ramallah.

Pendant ce temps, quelqu'un avait parlé à son père de sa blessure, et Mohammed Hamad s'est précipité à l'hôpital. Après une série de tests, l'hôpital a déclaré qu'il n'avait pas d'unité spécialisée dans les blessures oculaires, et a donc envoyé les Hamad dans une clinique ophtalmologique du centre-ville d'El Bireh, à proximité. En raison de la gravité des blessures, cette clinique les a envoyés dans un hôpital privé au nord de Ramallah, qui s'est également avéré ne pas avoir de service d'ophtalmologie.

« Imaginez un peu », dit Mohammed Hamad. « Ce n'est qu'à 22 heures que nous avons enfin pu le soigner, à l'hôpital de l'université An-Najah de Naplouse. Il est entré en chirurgie vers 22h30.

Les médecins m'ont dit : « Même s'il y a 1% de chance de sauver son œil, nous allons essayer ». Mais environ une demi-heure après le début de l'opération, sous anesthésie générale, le médecin est sorti, s'est excusé et m'a demandé de signer l'autorisation d'enlever l'œil ».

C'est ainsi que le jeune Bashar a rejoint les 46 autres Palestiniens de Cisjordanie (y Jérusalem-Est) qui, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies, ont subi des blessures aux yeux ou ont perdu la vue à cause des tirs des soldats et de la police depuis 2008.

La famille Hamad est originaire du village de Saris, à l'ouest de Jérusalem. Mohammed Hamad a été condamné à 10 ans de prison pour son activité dans le Fatah. Comme tous les fidèles de l'organisation et de son ancien chef Yasser Arafat, il était certain qu'ils obtiendraient l'indépendance et la paix.

Aujourd'hui, ses espoirs se sont réduits à ses préoccupations quotidiennes pour la sécurité de ses enfants. « Bachar est l'un de ces enfants tranquilles qui étudient », dit-il. « Il jouait un peu au foot et rentrait à la maison. J'ai été libéré de prison au milieu des années 90, à une époque plus douce, et j'espérais que mes enfants pourraient aussi vivre à cette époque ».

« Je n'ai jamais vu Saris, mais je suis sarisien », ajoute-t-il. « Ils nous ont expulsés de là. Maintenant, à Qalandiyah non plus, ils ne nous laissent pas vivre en paix, avec tous leurs raids »

"Je ne me souviens toujours pas"

Yousef Taha, de Kafr Qaddum, a été frappé dans le dos le 27 novembre, apparemment par une balle d'acier recouverte de caoutchouc. La force de l'impact l'a fait tomber face contre terre. Des fractures ont ensuite été découvertes autour de son œil et à l'arrière de son crâne.

Un voisin l'a vu quitter un bâtiment inachevé. Apparemment, il avait voulu regarder de là les soldats s'affronter à une poignée d'adolescents et de jeunes hommes du village qui osaient encore venir à l'endroit où la route bloquée passe par les vergers, dont l'accès est également bloqué. Le bâtiment se trouve à quelques dizaines de mètres du lieu de l'affrontement.

Alors que Yousef atteignait la cage d'escalier, le voisin a entendu un coup de feu et l'a vu tomber. Il a regardé en haut de la colline et a vu sept soldats à environ 15 mètres du bâtiment.

Il a couru vers Yousef et a appelé une ambulance. Une fois que Yousef était à l'intérieur, il a également appelé le père du garçon, Abd al-Fatah, qui s'est précipité à l'hôpital Rafidia de Naplouse dans une autre voiture.

L'unité du porte-parole des forces de défense israéliennes a déclaré qu'un groupe d'émeutiers y avait brûlé des pneus et jeté des pierres. « La force sur place a utilisé des armes de contrôle de foule pour disperser les émeutiers et assurer la sécurité des résidents de la zone », a-t-elle ajouté. « Nous sommes au courant des affirmations concernant un Palestinien blessé. »

Parce que la route directe de Kafr Qaddum vers Naplouse est bloquée, l'ambulance, au lieu de rouler plein est, a emmené le garçon blessé vers l'ouest le long d'une route qui serpente à travers les vergers. Elle a ensuite tourné au sud vers le village de Hajjah, s'est rendue de là au village d'Al-Funduq et a finalement tourné à l'est vers Naplouse. Ainsi, au lieu de prendre environ 15 minutes, le voyage jusqu'à Naplouse en a pris environ 40.

Lorsque le père de Yousef est arrivé à l'hôpital Rafidia, il a trouvé son fils oscillant entre la conscience et l'inconscience.

« Un jour, je me suis réveillé et je me suis retrouvé à l'hôpital », dit Yousef d'une voix faible. « Je ne me suis souvenu de rien de ce qui s'est passé, et je ne m'en souviens toujours pas. » Malgré son hémorragie interne, les médecins ont choisi de ne pas l'opérer, préférant laisser les fractures se cicatriser.

Tout au long de ma conversation avec son père, il y a environ deux semaines, Yousef était allongé dans le salon sous une couverture à motifs floraux. Il ne parlait pas beaucoup mais écoutait avec intérêt, jetant parfois un coup d'œil sur son téléphone.

Lorsqu'il lit, il ferme son œil droit, qui a été blessé lors de la chute. Oui, ça fait mal, beaucoup, a-t-il avoué. Il prend des analgésiques « modérément, pour ne pas devenir dépendant », dit son père. Il a préféré que son fils ne soit pas photographié dans cet état.

Au total, 214 habitants de Kafr Qaddum ont été blessés par les tirs de l'IDF cette année, dont 36 mineurs. Parmi ceux-ci, 139 ont été atteints par les gaz lacrymogènes et ont eu besoin de soins médicaux sur place ou dans une clinique, 65 ont été touchés par des balles métalliques recouvertes de caoutchouc et cinq par des tirs réels. Un autre a été blessé par une cartouche de gaz lacrymogène qui l'a touché de plein fouet. Le Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires, qui recueille des données sur tous les blessés, a déclaré que ses statistiques n'incluent pas le nombre de personnes traumatisées par la violence qu'elles ont subie.

Abd al-Fatah Taha est allé à Amman pour terminer ses études secondaires immédiatement après l'occupation de la Cisjordanie par Israël en 1967. Il s'est ensuite entraîné pour devenir pilote au Maroc et a rejoint l'OLP. Plus tard, il est devenu pilote civil, et il est revenu avec Arafat en 1994, faisant partie des huit aviateurs qui ont piloté l'hélicoptère d'Arafat jusqu'à l'éclatement de la seconde intifada en 2000.

« Mes enfants me demandent pourquoi je suis revenu, en me disant que ce serait sûrement mieux à l'étranger », dit-il. « Et je leur dis que j'ai toujours rêvé de revenir, et que j'étais même prêt à vivre dans une grotte sur notre propre terrain, que nous avons loué à des bergers ».

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_21691.jpg





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-palestinian-teens-bashar-and-yousef-join-a-grim-statistic-shot-by-israeli-force-1.9417510
Publication date of original article: 03/01/2021
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=30498

 

Tags: Crimes sionistesOccupation sionistePalestine/Israël
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.