TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 16/01/2021 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 ASIA & OCEANIA 
ASIA & OCEANIA / Pourquoi les agriculteurs indiens ont du mal à faire confiance aux promesses du gouvernement
Date of publication at Tlaxcala: 05/12/2020
Original: Why Indian farmers find it hard to trust the government's promises

Pourquoi les agriculteurs indiens ont du mal à faire confiance aux promesses du gouvernement

Kabir Agarwal कबीर अग्रवाल

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Depuis 2014, le Centre[i] entretient une relation qui ne tourne pas rond avec le secteur agricole, avec quelques succès, mais aussi beaucoup d'échecs.

Lundi, le Premier ministre Narendra Modi a fait une nouvelle tentative pour apaiser la colère des agriculteurs contre les trois nouvelles lois agricoles qui ont - depuis plus de deux mois maintenant - inspiré des protestations dans une grande partie du pays, menées par les agriculteurs du Pendjab, de l'Haryana et maintenant de l'Uttar Pradesh occidental (les régions de la révolution verte).

Modi a déclaré que les agriculteurs devaient lui faire confiance, à lui et à son gouvernement et à leurs intentions. « Je veux dire à mes frères et sœurs agriculteurs, depuis les ghâts[ii] sacrés de la ville sainte de Kashi (Varanasi/Bénarès) que notre intention est aussi pieuse que l'eau de Maa Ganga (la rivière sacrée du Gange) », a-t-il dit, admettant que les agriculteurs éprouvaient des appréhensions face aux nouvelles lois.

Le fait que Modi, à qui l'on avait fait plus ou moins confiance pour la démonétisation de 86% des billets de banque, qui avait été peu expliquée, impitoyable et qui s'est maintenant avérée désastreuse pour la plupart des Indiens, ait ressenti le besoin de dire cela en dit long sur le niveau de méfiance que les agriculteurs ressentent maintenant à son égard et à celui de son gouvernement.

La question de la confiance - ou du manque de confiance - est essentielle en ce qui concerne ces protestations. Les agriculteurs sont très inquiets d'une chose que les nouvelles lois n’impliquent pas nécessairement : l’abrogation du régime du prix de soutien minimum (PSM) ou la réduction des possibilités de ventes de produits dans le cadre de celui-ci.

Et l'Alliance nationale démocratique (NDA), au pouvoir, a tout mis en œuvre pour assurer aux agriculteurs que cela ne se produirait pas. Le Premier ministre, le ministre des Finances et le ministre de l'Agriculture ont tous déclaré que les achats dans le cadre du régime du PSM se poursuivraient.

Mais les agriculteurs, du moins dans certains États, ne semblent pas leur faire confiance.

C'est par exemple ce qu'a déclaré un agriculteur protestataire lorsque The Wire a souligné que le gouvernement avait déclaré que le PSM allait être maintenu:

    « Sarkar to ye bhi kaha tha ki 2 crore logon ko rozgar denge... sarkar to ye bhi bol rahi thi kala dhan le aaye, sarkar to ye bhi kehti hai ki China ko khader diya (Le gouvernement a également dit que 20 millions personnes auront un emploi... le gouvernement a également dit que l'argent noir a été récupéré, il a également dit que la Chine n'occupe plus le territoire indien) ».


Il poursuit en énumérant quelques autres promesses du gouvernement ou des réalisations du gouvernement non tenues  selon les chaînes d'information qui lui sont alliées, avant de dire : « Sarkar puri tarah jhuti hai. Aur Modi sarkar pe ratti bhar bhi bharosa karna apna gala ghotne jaise hai (Ce gouvernement est plein de mensonges. Faire confiance au gouvernement Modi, c'est comme s'étrangler soi-même). « 

 

Agriculteurs à la frontière Delhi-Uttar Pradesh à Ghazipur. Photo The Wire

Et ce sentiment de manque de confiance a été repris par la plupart des agriculteurs et des organisations agricoles lors de ces manifestations qui durent maintenant depuis plus de deux mois. Ce n'est pas sans raison que les agriculteurs ne font pas confiance au gouvernement. Depuis 2014, date à laquelle le gouvernement dirigé par le président Modi est arrivé au pouvoir, il n'a pas tenu une série de promesses préélectorales et de programmes phares dans tous les domaines.

The Wire va donner un bref aperçu de certaines des promesses non tenues du gouvernement et de certains des programmes annoncés mais n’ont été que de la poudre aux yeux en ce qui concerne l'agriculture en particulier. Gardez à l'esprit que cette liste n'est pas exhaustive.

Mise en œuvre du rapport de la commission Swaminathan

Avant les élections de 2014 à la Lok Sabha [chambre basse du Parlement], Modi a promis que s'il était élu, son gouvernement changerait la façon dont le PSM est établi. « Il y aura une nouvelle formule - le coût total de production plus 50 % de bénéfice », avait-il déclaré, promettant ainsi de mettre en œuvre l'une des principales recommandations de la commission M.S. Swaminathan sur les agriculteurs de 2006[iii].

Il sera utile de comprendre brièvement comment le PSM est décidé. Il est déclaré par le gouvernement central sur les conseils de la Commission des coûts et des prix agricoles (CACP). La CACP calcule trois coûts de production différents : A2 (coût réel payé), A2+FL (coût réel payé plus valeur imputée du travail familial) et C2 (coût global comprenant le loyer et les intérêts imputés sur les terres et le capital détenus).

Il devrait maintenant être évident que C2 > A2+FL > A et que C2 est le coût total de la production. De plus, il est également évident que Modi faisait référence à C2 parce que la PSM pour la plupart des cultures était déjà supérieur de plus de 50% à A2 et A2+FL lorsqu'il a fait cette promesse. 

Cette promesse n'a pas encore été tenue, mais le gouvernement continue de prétendre à tort, comme Modi l'a encore fait lundi à Varanasi, que les PSM ont été fixés selon la formule qu'il avait promise en 2014 - le coût total de production plus 50 % de bénéfice.

 http://tlaxcala-int.org/upload/gal_23727.jpg

Les PSM actuels sont inférieurs à C2 + 50%

Comme le montre le tableau, ce n'est tout simplement pas vrai et le PSM pour des cultures cruciales comme le paddy[iv] et le blé est de 12 % et 34 % supérieur au C2 et bien inférieur à 50 % pour toutes les cultures.

En fait, comme l'a rapporté Dheeraj Mishra sur The Wire, plusieurs États - y compris ceux régis par le BJP[v] - se sont opposés aux coûts calculés par le CACP, arguant que ces coûts sont bien inférieurs au coût réel de production des cultures dans les États.

Avant l'introduction des nouvelles lois agricoles, la fixation de PSM plus élevés selon les recommandations du rapport de la commission Swaminathan avait été la principale demande des mouvements d'agriculteurs dans tout le pays.

Projets d'irrigation

Le programme électoral de 2014 du BJP promettait également qu'une fois au pouvoir, il introduirait un nouveau système d'irrigation et promouvrait des techniques à faible consommation d'eau. 

Le Pradhan Mantri Krishi Sinchai Yojana (PMKSY : Mission nationale d’amélioration de la productivité agricole et de l’utilisation des ressources) a été lancé en juillet 2015 pour augmenter la couverture globale d'irrigation et ainsi réduire la dépendance de l'agriculteur indien vis-à-vis de la mousson. Mais le programme n'a pas été à la hauteur.

Le site web du PMKSY montre que 58 % des projets du programme sont toujours « en cours » (de réalisation) plus de cinq ans après son lancement. En 2018, une commission parlementaire a constaté que seuls 10 % des projets du volet « bassin versant » du PMKSY avaient été menés à bien.

Au moment du lancement du programme, il a été promis que le Centre y consacrerait 50 milliards de roupies [=550 millions d’€] jusqu'en 2020. Mais, jusqu'à présent, seuls 32 milliards de roupies [= 350 millions d’€]  ont été dépensés par les gouvernements des États. La part du Centre dans ces dépenses est de 8 milliards de roupies [= 90 millions d’€] seulement. Le reste a été engagé par les États à partir de leurs propres sources budgétaires.

L'amélioration de l'irrigation est essentielle pour l'agriculture en Inde, où la mousson a souvent été appelée le véritable ministre des Finances en raison de la dépendance de l'agriculture à son égard et de la dépendance de plus de 50% des Indiens à l'égard de l'agriculture pour leur subsistance. Tout en soulignant que seulement 34 % de la surface totale cultivée en Inde est irriguée, l'étude économique de 2017-18 a également averti qu'à moins d'une amélioration « spectaculaire » de l'irrigation, le changement climatique pourrait réduire les revenus des agriculteurs de 25 %

Assurance récolte

Le vaisseau amiral du Centre, le Pradhan Mantri Fasal Bima Yojana [PMFBY, Service d’assurance des rendements agricoles], a été lancé en janvier 2016. Le gouvernement a déclaré que le nouveau programme intégrait les meilleurs aspects des programmes existants et éliminait leurs lacunes.

Il a surtout permis aux acteurs privés d'entrer sur le marché de l'assurance récolte et tous les agriculteurs qui bénéficiaient d'un crédit sur leur carte de crédit Kisan (KCC) ont été obligatoirement inscrits au programme. Un montant subventionné de prime d'assurance a été déduit du montant de leur prêt.

Le système s'est avéré être un échec majeur et, face à l'opposition des agriculteurs, le BJP a même été contraint de promettre dans son programme électoral de 2019 qu’il rendrait le système volontaire et que les agriculteurs pourraient s'en retirer.

Le principal problème du système était le retard dans le règlement des demandes. Selon les lignes directrices du régime, les demandes des agriculteurs doivent être réglées dans les deux mois suivant la dernière récolte de la saison. La rapidité du règlement d'une réclamation est cruciale car, après avoir subi une perte de récolte, les agriculteurs sont à court de fonds de roulement pour semer en vue de la prochaine récolte. Le règlement des demandes d'indemnisation peut combler cette lacune s'il est effectué suffisamment rapidement.

Or, cela n'est presque jamais arrivé dans le cadre du PMFBY, car des demandes d'indemnisation représentant des milliards ont été retardées de plusieurs mois, parfois même de plusieurs années, dans tout le pays. Certaines des raisons de ce retard sont liées à l'inefficacité des États en matière de collecte et de partage des données sur les pertes de récoltes, au retard dans le paiement de la part de la prime revenant à l'État. Mais le Centre n'a pas agi avec suffisamment d'urgence pour résoudre ces problèmes.

Le régime a également fait l'objet de critiques pour avoir, dit-on, profité à des compagnies d'assurance privées à hauteur de milliards.

Après 2019 cependant, le Centre a réduit de manière drastique son intérêt pour ce régime en le rendant non seulement volontaire mais aussi en plafonnant le montant de la prime qu'il paie. Bien que des questions subsistent quant au caractère réellement volontaire du régime, un grand nombre d'agriculteurs ont déjà choisi de s'en retirer.

 

Opération « Verts »

Dans son discours sur le budget 2018, le ministre des Finances de l'époque, Arun Jaitley, avait annoncé que pour aider les agriculteurs à faire face au problème de la volatilité des prix des tomates, des oignons et des pommes de terre, le gouvernement allait lancer l' « Opération Verts », d'un montant de 5 milliards de roupies [= 55 millions d’€]. Cette « opération » était censée créer de nouvelles et meilleures installations de stockage, faciliter les industries de transformation alimentaire et comprimer les chaînes d'approvisionnement pour aider les agriculteurs à obtenir un meilleur prix pour les consommateurs et à être mieux équipés pour faire face aux caprices du marché.

C'est essentiel dans le cas de denrées périssables comme les tomates, les oignons et les pommes de terre, car les agriculteurs doivent chaque année faire face au problème des pics et des creux dans l'offre. Pendant la saison des récoltes, les prix s'effondrent car le marché est inondé par l'offre, tandis que les prix augmentent pendant la basse saison où l'offre est limitée. Si les agriculteurs avaient accès à des installations de stockage appropriées et abordables, cela leur permettrait de stocker et de réaliser des ventes de manière échelonnée tout au long de l'année. Cela signifierait également que les consommateurs, d'autre part, ne seraient pas confrontés à une hausse soudaine du prix des oignons, par exemple, pendant la basse saison.

Le gouvernement a déclaré que l’ « Opération verte » permettraient d'atteindre cet objectif. Cependant, depuis ce matin de février 2018on n’a plus entendu parler de ce programme.

En fait, la première allocation réelle de fonds dans le cadre de ce programme n'a eu lieu qu'en février de cette année, lorsque 1,62 milliards de roupies [18 millions d’€] ont été alloués à des projets visant à renforcer les groupements de production et les organisations de producteurs agricoles. On ne sait pas encore exactement quelle part de cette allocation a été dépensée.

Il est intéressant de noter que la responsabilité des opérations vertes incombe au ministère des Industries agro-alimentaires de l'Union. Ce ministère a été détenu par Harsimrat Kaur Bada, du parti Shiromani Akali Dal de mai 2014 à septembre 2020, date à laquelle elle a démissionné « en signe de protestation contre les ordonnances et la législation anti-agriculteurs ».

Paiement des sommes dues par les moulins aux producteurs de canne à sucre dans les 14 jours en Uttar Pradesh (UP)

Les agriculteurs de la ceinture de canne à sucre de l'Uttar Pradesh occidental ont également rejoint la manifestation aux frontières de Delhi. Leur principale revendication est que les sommes dues par les moulins sur la canne à sucre soient payées dans un délai de 14 jours.

C'est une autre promesse non tenue du BJP. En février 2017, avant les élections de l'assemblée de l’État de l'UP, Modi avait promis que s’il était élu au pouvoir régional, le BJP veillerait à ce que toutes les sommes dues sur la canne à sucre soient payées dans les 14 jours suivant la vente aux moulins.

Toutefois, les paiements en suspens, qui s'élèvent à des milliards, continuent de poser un problème majeur aux agriculteurs. Par exemple, les droits de douane sur la canne à sucre dépassant 8 milliards de roupies [= 90 millions d’€] pour la saison précédente restent impayés alors que la nouvelle saison est sur le point de commencer.

Lier la MGNREGA à l'agriculture

Le programme électoral de 2014 du BJP avait promis que la Loi nationale Mahatma Gandhi sur la garantie de l'emploi rural (MGNREGA) serait liée à l'agriculture.

Quatre ans après son arrivée au pouvoir, le gouvernement « réfléchissait » toujours à la possibilité de lier la MGNREGA à l'agriculture. Un comité de sept ministres principaux a été mis en place dans le cadre Niti Aayog[vi] pour examiner la faisabilité et concevoir des méthodes pour mettre en œuvre ce lien.

Cependant, aucun progrès n'a été réalisé et aucune mesure n'a été prise suite au rapport du comité.

Lier la MGNREGA à l'agriculture, en théorie, pourrait permettre au gouvernement de payer une partie des salaires agricoles qui ont montré une tendance à la stagnation ces dernières années, et même à la baisse en termes réels pendant certaines périodes.

 

Travailleurs NREGA. Photo PTI

 

Marché unique national

Le programme électoral de 2014 du BJP avait déclaré qu'il élaborerait un « marché agricole national unique » pour freiner la hausse des prix.

En avril 2016, le gouvernement a annoncé qu'il allait faire passer les mandis (marchés) des APMC sur une plateforme de marchés agricoles nationaux électroniques - une plateforme commerciale en ligne qui permettrait aux agriculteurs de mieux connaître les prix.

Une fois de plus, les progrès ont été lents. Une étude de 2018 a révélé que moins de 1 % du total des produits échangés dans les APMC l'étaient par l'intermédiaire de la plateforme e-NAM. La lutte pour le décollage a été marquée par un manque d'infrastructures adéquates - en particulier un internet fiable - et un manque d'initiative pour obtenir l'adhésion des parties prenantes.

Un comité mis en place par le gouvernement a également constaté que les mécanismes de transparence et de détermination équitable de prix ne sont pas suffisamment suivis.

En mai, le gouvernement a informé que 1 000 des quelque 7 000 mandis du pays ont été intégrés à la plateforme e-NAM. Alors que seulement environ 10,660 des 140 millions agriculteurs du pays ont été enregistrés sur une plateforme e-NAM.

Une autre annonce visant à fournir aux agriculteurs une meilleure infrastructure de vente a été la promesse de convertir les marchés de village en marchés agricoles. En 2018, le Centre a déclaré qu'il convertirait 22 000 marchés de village en marchés agricoles.

Cependant, comme l'a récemment rapporté Dheeraj Mishra sur The Wire, aucun marché de village n'a encore été converti en marché agricole.

PM Kisan[vii]

En février 2019, afin de calmer la colère croissante sur le front agricole quelques semaines avant les élections de la Lok Sabha de 2019, Modi a promis que son gouvernement fournirait à chaque petit agriculteur marginal un soutien au revenu de 6 000 roupies [+ 67€] par an, réparti en trois versements égaux. La première tranche devait être versée à partir de la période débutant en décembre 2018 afin de garantir qu'une seule tranche puisse être versée avant les élections.

Au départ, le programme devait bénéficier à 120 millions de petits agriculteurs dits « marginaux » [possédant moins de 2 ha]. Son champ d'application a été élargi pour inclure tous les agriculteurs au cours du deuxième mandat de la NDA. Le gouvernement a déclaré que le programme profitera à 145 millions d’ agriculteurs.

Cependant, deux ans après le lancement du programme, environ 110 millions de fermiers ont été enregistrés dans le cadre du programme, selon son site web. Le gouvernement a affirmé que le chiffre initial de 145 millions pourrait avoir été une surestimation et qu'il pourrait en fait y avoir moins d'agriculteurs en Inde (Le gouvernement ne sait pas exactement combien il y a d'agriculteurs en Inde et aucun humain ne le sait, seuls les dieux le savent).

Un autre facteur est l'inefficacité au niveau des États. Par exemple, le Bengale occidental a refusé d'enregistrer ses agriculteurs dans le cadre de ce programme.

Par conséquent, les 75 milliards de roupies  [= 8,25 milliards d’€] alloués au programme PM Kisan n'ont jamais été entièrement dépensés. Le ministère de l'Agriculture a même demandé au ministère des Finances de réduire l'enveloppe allouée au PM Kisan et d'utiliser l'argent ailleurs. Mais le ministère des Finances ne l'a pas fait dans ce budget.

Une autre raison de la faiblesse des dépenses est que si un agriculteur est enregistré dans le cadre du régime au cours de la quatrième période de sa mise en œuvre, il ne recevra que les versements ultérieurs et non les versements précédents. Le régime n'effectue pas de paiements rétroactifs, ce qui susciterait quelques questions sur un régime qui a été lancé avec effet rétroactif juste avant les élections.

Néanmoins, il est important de souligner que PM Kisan est de loin le programme agricole le plus performant du gouvernement Modi[viii].

NdT

[i] Le Centre désigne le gouvernement central de l’Union indienne

[ii] Ghâts : escaliers descendant dans le Gange

[iii] La Commission nationale sur les agriculteurs, présidée par le professeur M.S. Swaminathan, a été constituée en novembre 2004 pour examiner les causes de la vague de suicides de paysans (100 000 de 1997 à 2003)

[iv] Paddy : riz non décortiqué et non traité.

[v] BJP : Bharatiya Janata Party, Parti indien du peuple, parti de droite nationaliste hindoue, créé en 1980 et principal parti de la NDA au pouvoir. Son chef est Narendra Modi mais son président formel est Jagat Prakash Nadda, qui a succédé à Amit Shah en 2020.

[vi] Niti Aayog : Commission de politique en hindi, nom de « l’Institution nationale pour transformer l’Inde », une boîte à idées mis en place par le gouvernement Modi en 2015 pour remplacer la Commission de Planification héritée de l’ère Nehru, en application du principe énoncé par Clémenceau : « Pour enterrer un problème, il faut créer une commission »…

[vii] PM Kisan : Pradhan Mantri Kisan Sammann Nidhi (PMKSN, littéralement Fonds d'hommage aux agriculteurs du Premier ministre, bonjour la démagogie)

[viii] C’est sûr que 67€ par an, soit 18 centimes par jour, c’est un vrai pactole…

http://tlaxcala-int.org/upload/graphistes/g_3690.jpg

"Une nation, un marché": "Tu es libre"- Modi jette les paysans en pâture aux molosses de l'agrobusiness

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_21691.jpg





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://thewire.in/agriculture/narendra-modi-farmers-protest-promises-trust-msp
Publication date of original article: 04/12/2020
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=30212

 

Tags: Lois agricolesDestruction paysannerieAgrobusinessModiBJPNDAInde
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.