TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 26/10/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 UNIVERSAL ISSUES 
UNIVERSAL ISSUES / Stefania Maurizi sur l'affaire Julian Assange : « C’est un incroyable échec du journalisme »
Date of publication at Tlaxcala: 17/10/2020
Original: Stefania Maurizi on the Julian Assange case: “This is an unbelievable failure of journalism”
Translations available: Italiano 

Stefania Maurizi sur l'affaire Julian Assange : « C’est un incroyable échec du journalisme »

Nadja Vancauwenberghe
John Brown


Translated by  Viktor Dedaj

 

La journaliste italienne Stefania Maurizi a travaillé pour certaines des plus grandes publications du pays, dont la Repubblical’Espresso et, maintenant, Il Fatto Quotidiano. En 2009, elle a commencé à travailler avec Julian Assange et WikiLeaks sur des dossiers secrets concernant la guerre en Afghanistan, les câbles de la diplomatie américaine et les détenus de Guantanamo. Elle a également enquêté sur des dossiers top-secrets divulgués par le dénonciateur Edward Snowden, révélant entre autres des cas graves de pollution environnementale en Italie et d’exploitation de travailleurs pakistanais dans une usine exploitée par une société italienne.

Maurizi a été témoin lors des audiences d’extradition d’Assange le mois dernier. Alors qu’un juge londonien réfléchit à l’opportunité d’extrader le fondateur de WikiLeaks vers les États-Unis, nous lui avons parlé de son expérience de se faire de puissants ennemis, de ce qu’elle décrit comme des campagnes de diffamation contre WikiLeaks et ceux qui travaillent avec eux - et pourquoi Assange n’aurait jamais dû quitter Berlin.

Comment avez-vous commencé à travailler pour WikiLeaks ?

En 2008, je travaillais pour un grand magazine d’information italien, l’Espresso. J’avais déjà travaillé comme journaliste d’investigation et quand j’ai regardé les publications de WikiLeaks comme le document sur les procédures opérationnelles standard de Guantanamo, j’ai été très impressionnée. Le document avait été demandé par l’Union américaine des libertés civiles et le Pentagone en avait refusé l’accès. WikiLeaks a pu obtenir le document, non seulement cela, mais ils ont aussi informé le Pentagone qu’ils ne le retireraient pas de leur site web. Pour moi, c’était vraiment important, car cela m’a fait réaliser le courage des personnes qui sont derrière WikiLeaks. C’était à l’époque où le New York Times publiait des mensonges sur la guerre en Irak. Le Washington Post a publié l’histoire des sites clandestins de la CIA, mais il n’avait pas publié les noms des pays d’Europe de l’Est où ces sites étaient basés, parce que l’administration Bush avait demandé qu’ils ne soient pas publiés, et la CIA continuait à torturer les personnes qui se trouvaient sur ces sites clandestins. 

Lire la suite...

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_23444.jpg

 





Courtesy of Le Grand Soir
Source: https://www.exberliner.com/features/julian-assange-trial-2020/stefania-maurizi-assange-interview/
Publication date of original article: 15/10/2020
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=29863

 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.