TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 30/10/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 ASIA & OCEANIA 
ASIA & OCEANIA / Mumbai : Priyanka Mogre, livreuse motorisée de Zomato, est en prison depuis un an pour « violences verbales » contre un policier
Date of publication at Tlaxcala: 05/10/2020
Original: Mumbai: A year later, Zomato delivery woman held for verbal abuse still in jail
Translations available: Italiano 

Mumbai : Priyanka Mogre, livreuse motorisée de Zomato, est en prison depuis un an pour « violences verbales » contre un policier

Nitin Brahme नितीन ब्रह्मे

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Plus d'un an après sa dispute avec un agent de la circulation, Priyanka Mogre se trouve toujours à la prison de Byculla car elle n'a pas pu fournir de caution.

L'année dernière, une livreuse de 27 ans de Zomato a été arrêtée pour s'être disputée avec un agent de la circulation et avoir utilisé un langage abusif. Plus d'un an plus tard, Priyanka Mogre, de Sanpada, Navi Mumbai, est toujours derrière les barreaux pour ce délit mineur car elle n'a pas pu obtenir de libération sous caution.

Le 8 août 2019, des agents de la circulation de Vashi, ainsi que des travailleurs de remorquage, ramassaient des véhicules garés dans des zones de stationnement interdit du secteur 17. Les agents de la circulation prenaient également des photos des véhicules pour les e-challans (amendes électroniques). Lorsqu'un agent a pris une photo du deux-roues de Mogre, la livreuse a commencé à se disputer avec lui.

Immédiatement après la dispute, elle a été arrêtée par quatre policiers au feu rouge suivant, qui lui ont ordonné de se présenter au poste de police. Après que l'agent Mohan Sargar eut porté plainte contre elle au poste de police de Vashi, elle a été inculpée en vertu des articles 353 (agression ou recours à la force pour dissuader un fonctionnaire de s'acquitter de ses fonctions), 393 (tentative de vol), 294 (actes ou paroles obscènes en public), 506 (intimidation criminelle) et 504 (insulte intentionnelle avec intention de provoquer une rupture de la paix) du code pénal indien. Mogre a été arrêté le 20 août 2019.

Deux vidéos de l'incident sont devenues virales sur les médias sociaux. Dans la première, on peut voir Mogre utiliser des gros mots tout en se disputant avec la police. Cependant, on peut également entendre le policier utiliser un langage abusif. Mogre a affirmé qu'elle n'avait pas garé le véhicule — comme l'a prétendu le policier — mais qu'elle se tenait simplement à côté de son deux-roues lorsque le policier l'a prise en photo.

La deuxième vidéo montrait comment les agents de la circulation l'ont encerclée au feu suivant, et la deuxième dispute qui s'en est suivie. Pendant ce temps, la police la filmait. Mogre a d'abord été envoyée en garde à vue policière, qui a ensuite été transformée en garde à vue judiciaire. La police a affirmé qu'elle avait auparavant été accusée de conduite en état d'ivresse et de conduite sans casque.

Conséquences du caractère viral des deux vidéos avec ses réponses enflammées : aucun membre de sa famille ou ami ne s'est présenté pour payer sa caution ou l'aider d’une manière ou d’une autre. Sa première demande de mise en liberté sous caution a été rejetée. En septembre 2019, une libération sous caution lui a été accordée, mais elle n'a pas pu présenter deux garants. Par conséquent, à ce jour, elle se trouve toujours à la prison de Byculla.

En février 2020, Prayaas (Effort), un projet d'action sur le terrain de l’Institut Tata de Sciences sociales, qui aide les détenus en préventive, s'est adressé au tribunal en son nom et a offert une garantie personnelle. Cette demande a toutefois été rejetée. Ramaa Kale, de Prayaas, a également fait appel aux proches de Mogre pour qu'ils la soutiennent, un effort qui a dû être interrompu avec le début de la pandémie de coronavirus.

Selon Kale, la police, pendant tout ce temps, n'avait même pas soumis le dossier de Mogre au tribunal. Maintenant que Kale a repris la lutte, elle a dû faire plusieurs voyages entre le tribunal de Vashi, au sud de Mumbai et le tribunal de district de Thane, dans le nord de la métropole [75 km de distance, NdT]. Après que l'avocat Bhujagnrao More eut demandé au tribunal de district de Thane de convertir la caution en un montant en espèces, le 21 septembre, le tribunal a accepté le plaidoyer à la condition de déposer 25 000 roupies [= 300€, correspondant à un mois et demi de salaire de coursier, NdT] en espèces et de présenter deux garants dans les 30 jours. More a confirmé que l'argent serait bientôt déposé au tribunal afin que Mogre soit libérée sous caution.

Aujourd'hui, des efforts sont faits pour collecter des fonds pour le dépôt en espèces. À cette fin, Raj Asrondkar, membre fondateur du mouvement social « Kayadyane Waga » [Agir selon la loi], s'est manifesté et tente de le collecter avec l'aide de certains de ses amis.

« Notre constitution offre une chance de faire amende honorable, même à un criminel notoire. Mais ici, la loi a été utilisée pour donner une leçon à Priyanka. Elle aurait dû bénéficier d'une aide psychologique. En fait, le gouvernement devrait lancer une enquête pour savoir pourquoi elle a été détenue en prison depuis un an. La punition qu'elle a dû subir a été beaucoup trop sévère ».

Il a également exhorté le gouvernement à classer cette affaire.

NdT

Finalement Priyanka est sortie de prison le 7 octobre, sa caution ayant été payée. Elle doit maintenant reconstruire sa vie. Bonne chance !

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_21691.jpg







Courtesy of Tlaxcala
Source: https://thewire.in/rights/mumbai-zomato-delivery-woman-arrest-verbal-abuse-jail
Publication date of original article: 04/10/2020
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=29765

 

Tags: Priyanka MogreLivreur·ses de ZomatoMumbaiArbitraire policierDroits humainsInde
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.