TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 26/10/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 UNIVERSAL ISSUES 
UNIVERSAL ISSUES / Sinophobie, mensonges et guerre hybride
Date of publication at Tlaxcala: 24/09/2020
Original: Sinophobia, lies and hybrid war
Translations available: Português/Galego  Deutsch 

Sinophobie, mensonges et guerre hybride

Pepe Escobar Пепе Эскобар پپه اِسکوبار

Translated by  Réseau international

 

Contrairement à la rhétorique et à la désinformation usaméricaines, la Chine n’est pas une menace existentielle pour le « monde libre »



Paul Rogers, The New Yorker, 1/1/2018

Il a fallu une minute au Président Trump pour parler du virus lors de la 75ème Assemblée Générale virtuelle des Nations Unies , fustigeant « la nation qui a déclenché ce fléau dans le monde ».

Et puis tout a dégénéré.

Même si Trump prononçait essentiellement un discours de campagne et ne se souciait guère d'une ONU multilatérale, au moins le tableau était suffisamment clair pour que toute la « communauté internationale », socialement distante, puisse le voir.

Voici la déclaration complète du Président Xi. Et voici la déclaration complète du Président Poutine. Et voici l’échiquier géopolitique, une fois de plus : c’est la « nation indispensable » contre le partenariat stratégique Russie-Chine.

Soulignant l’importance des Nations Unies, Xi ne pouvait pas être plus explicite sur le fait qu’aucune nation n’a le droit de contrôler le destin des autres : « Encore moins de pouvoir faire ce qu’elle veut et être l’hégémon, le tyran ou le patron du monde ».

La classe dirigeante usaméricaine ne restera évidemment pas les bras croisés face à cet acte de défi. L’éventail complet des techniques de guerre hybride continuera d’être implacablement surchargé contre la Chine, couplé à une sinophobie rampante, alors même qu’il apparaît dans de nombreux quartiers du Dr Folamour que le seul moyen de vraiment « dissuader » la Chine serait la Guerre chaude.

Hélas, le Pentagone est débordé – Syrie, Iran, Venezuela, Mer de Chine Méridionale. Et chaque analyste connaît les capacités de cyberguerre de la Chine, ses systèmes intégrés de défense aérienne et ses missiles Dongfeng, tueurs de porte-avions.

Pour mettre les choses en perspective, il est toujours très instructif de comparer les dépenses militaires. L’année dernière, la Chine a dépensé 261 milliards de dollars alors que les USA ont dépensé 732 milliards de dollars (38% du total mondial).

La rhétorique, du moins pour le moment, prévaut. Le principal sujet de conversation, sans cesse martelé, concerne toujours la Chine en tant que menace existentielle pour le « monde libre », même si les myriades de déclinaisons de ce qui était autrefois le « pivot vers l’Asie » d’Obama n’augmentent pas aussi subtilement la fabrication de consentement pour une guerre future.

Ce rapport du Collectif Qiao identifie clairement le processus : « Nous l’appelons Sinophobia Inc.,  un complexe industriel de l’information où les financements des États occidentaux, les fabricants d’armes milliardaires et les boîtes à idées de droite s’unissent et fonctionnent en synchronisation pour inonder les médias de messages selon lesquels la Chine est l’ennemi public numéro un. Armé de fonds publics et de sponsors de l’industrie de l’armement, cette poignée de think tanks influents fixe les termes de la nouvelle guerre froide contre la Chine. Le même écosystème médiatique qui a graissé les rouages de la guerre perpétuelle vers une intervention désastreuse au Moyen-Orient est maintenant occupé à fabriquer le consentement au conflit avec la Chine ».

Cet « avantage militaire usaméricain »

La diabolisation de la Chine, imprégnée d’un racisme flagrant et d’un anticommunisme enragé, s’affiche à travers une palette complète et multicolore : Hong Kong, le Xinjiang (« camps de concentration »), le Tibet (« travail forcé »), Taïwan, le « virus de la Chine », la Ceinture et la Route, le « piège de la dette ».

La guerre commerciale se déroule en parallèle – preuve flagrante de la façon dont le « socialisme à caractéristiques chinoises » bat le capitalisme occidental à son propre jeu de haute technologie. Ainsi, les sanctions contre plus de 150 entreprises qui fabriquent des puces pour Huawei et ZTE, ou la tentative de ruiner l’entreprise TikTok aux USA (« Mais vous ne pouvez pas la voler et la transformer en bébé américain », comme l’a tweeté le rédacteur en chef du Global Times, Hu Xijin).

Pourtant, SMIC (Semiconductor Manufacturing International Corporation), la première entreprise chinoise de fabrication de puces, qui a récemment profité d’une introduction en bourse de 7,5 milliards de dollars à Shanghai, pourrait tôt ou tard prendre de l’avance sur les fabricants de puces usaméricains.

Sur le front militaire, la « pression maximale » sur la bordure orientale de la Chine ne faiblit pas – de la relance du Quad [Dialogue quadrilatérial de sécurité, associant USA, Australie, Inde et Japon, NdE] à une ruée vers la stratégie indo-pacifique.

Le ThinkTankland joue un rôle essentiel dans la coordination de l’ensemble du processus, via par exemple le Centre d’Études Stratégiques et Internationales, avec des « sociétés et associations commerciales donatrices » mettant en scène des suspects habituels tels que Raytheon, Lockheed Martin, Boeing, General Dynamics et Northrop Grumman.

Nous avons donc ici ce que Ray McGovern décrit brillamment comme le MICIMATT – le complexe Militaire-Industriel-Congressiste-Renseignement-Médias-Académie-Think-Tanks – comme contrôleurs de Sinophobia Inc.

En supposant qu’il y ait une victoire des Démocrates en novembre, rien ne changera. Le prochain chef du Pentagone sera probablement Michele Flournoy, ancienne Sous-Secrétaire à la politique de défense (2009-2012) et co-fondatrice du Center for a New American Security, qui s’intéresse beaucoup au « défi chinois » et à la « menace nord-coréenne ». Flournoy a pour but de renforcer la « marge de manœuvre de l’armée américaine » en Asie.

Que fait donc la Chine ?

Le premier principe de la politique étrangère chinoise est de promouvoir une « communauté d’avenir partagée pour l’humanité ». C’est écrit dans la constitution, et cela implique que la Guerre Froide 2.0 est une imposition de la part d’acteurs étrangers.

Les trois grandes priorités de la Chine post-Covid-19 sont d’éradiquer enfin la pauvreté, de consolider le vaste marché intérieur et de revenir en force au commerce et aux investissements dans l’ensemble du Sud Global.

La « menace existentielle » de la Chine est également symbolisée par la volonté de mettre en place un système de commerce et d’investissement non occidental, comprenant tout, de la Banque Asiatique d’Investissement dans les Infrastructures (AIIB) et du Fonds de la Route de la Soie au commerce contournant le dollar US.

Un rapport de la Harvard Kennedy School a au moins essayé de comprendre comment la « résilience autoritaire » chinoise s'appuie sur un soutien domestique. Le rapport a découvert que le PCC a en fait bénéficié d’un soutien populaire accru de 2003 à 2016, atteignant le chiffre étonnant de 93%, essentiellement grâce aux programmes de protection sociale et à la lutte contre la corruption.

En revanche, lorsque nous avons un MICCIMAT qui investit dans la guerre perpétuelle – ou « longue guerre » (terminologie du Pentagone depuis 2001) – au lieu de la santé, de l’éducation et de la modernisation des infrastructures, ce qui reste est un classique « noyer le poisson ». La sinophobie est parfaite pour imputer la réponse abyssale au Covid-19, l’extinction des petites entreprises et la nouvelle dépression qui se profile à l’horizon à la « menace existentielle » chinoise.

Tout ce processus n’a rien à voir avec une « défaite morale » et le fait de se plaindre que « nous risquons de perdre la compétition et de mettre le monde en danger ».

Le monde n’est pas « en danger » parce qu’au moins de vastes pans du Sud Global sont pleinement conscients que « l’ordre international fondé sur des règles » tant vanté n’est rien d’autre qu’un euphémisme assez séduisant pour désigner la Pax Americana ou l’exceptionnalisme. Ce qui a été conçu par Washington pour l’après-guerre, la guerre froide et le « moment unilatéral » ne s’applique plus.

Bye, bye Mackinder

Comme le Président Poutine l’a dit très clairement à maintes reprises, les USA ne sont plus « capables de conclure un accord ». Quant à « l’ordre international fondé sur des règles », il s’agit au mieux d’un euphémisme pour le capitalisme financier privé à l’échelle mondiale.

Le partenariat stratégique entre la Russie et la Chine a montré très clairement, à maintes reprises, que, contre l’expansion de l’OTAN et de la Quadrilatérale, leur projet repose sur le commerce, le développement et l’intégration diplomatique à l’échelle de l’Eurasie.

Contrairement à ce qui s’est passé du XVIe siècle aux dernières décennies du XXe siècle, l’initiative ne vient plus de l’Occident, mais de l’Asie de l’Est (c’est la beauté du terme « initiative » incorporé à l’acronyme BRI).

Il s’agit d’entrer dans des corridors et des axes de développement continentaux qui traversent l’Asie du Sud-Est, l’Asie Centrale, l’océan Indien, l’Asie du Sud-Ouest et la Russie jusqu’en Europe, couplés à une Route Maritime de la Soie qui traverse le pourtour de l’Asie du Sud.

Pour la toute première fois de son histoire millénaire, la Chine est en mesure d’assurer une expansion politique et économique ultra-dynamique, tant par voie terrestre que par voie maritime. Cette expansion va bien au-delà de la courte époque des expéditions maritimes de Zheng He, sous la dynastie Ming, au début du XVe siècle.

Il n’est pas étonnant que l’Occident, et en particulier l’Hégémon, ne puisse tout simplement pas comprendre l’énormité géopolitique de tout cela. Et c’est pourquoi nous avons tant de sinophobie, tant de techniques de guerre hybride déployées pour éteindre la « menace ».

L’Eurasie, dans un passé récent, était soit une colonie occidentale, soit un domaine soviétique. Aujourd’hui, elle est sur le point de se débarrasser enfin des scénarios de Mackinder, Mahan et Spykman, alors que le Heartland et le Rimland*  s’intègrent progressivement et inexorablement, à leurs propres conditions, d'ici le milieu du XXIe siècle.

https://les-yeux-du-monde.fr/wp-content/uploads/2015/09/Capture-d%E2%80%99%C3%A9cran-2015-09-07-%C3%A0-19.10.08.png

*Lire à ce sujet  La Chine et ses objectifs géopolitiques à l’aube de 2049, par Tanguy Struye de Swielande [NdE]





Courtesy of Réseau international
Source: https://asiatimes.com/2020/09/sinophobia-lies-and-hybrid-war/
Publication date of original article: 23/09/2020
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=29684

 

Tags: Chine-Russia-USADéclin de l'Empire USMultilatéralisme contre exceptionnalismeSinophobieNouvelle Guerre froide
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.