TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 22/09/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 MAPS & GLOSSARIES 
MAPS & GLOSSARIES / La justice contre une langue
Date of publication at Tlaxcala: 28/06/2020
Original: La justícia contra un idioma
Translations available: Español  English 

La justice contre une langue

Sebastià Alzamora

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

 Que des juges prétendent se prononcer sur des questions propres à la philologie est absurde

« Vu que nous avons des juges, pourquoi avons-nous besoin de philologues », a plaisanté lundi le caricaturiste Julio César Pérez (ou Amarillo Indio), condamnant parfaitement l'absurdité de la décision de la Cour suprême selon laquelle les communications entre la Generalitat Valenciana et les gouvernements de la Catalogne et des îles Baléares ne peuvent pas se faire uniquement en valencien (ou catalan), et les oblige à les faire aussi en espagnol, une langue commune à tous les citoyens espagnols comme le stipule la Constitution 78. En effet, que les juges (même s'ils sont de la Cour Suprême) veuillent se prononcer sur des sujets qui sont propres à la philologie est une absurdité comparable à celle que supposerait la situation inverse, que les philologues veuillent modifier le Code pénal sur la base de la grammaire ou du dictionnaire. Si les juges se donnent le pouvoir de valider ou d’invalider certaines pour certains usages (dans ce cas, administratif et institutionnel, et toujours seulement entre les administrations qui ont le valencien ou le catalan comme langue commune) ), tout ce qu'ils font, c'est envahir une zone qui ne leur appartient pas et encourir un abus de pouvoir. Et contribuer, dans ce cas, à une tension sociale déjà existante, plutôt que de l'atténuer.

Dans les pays dits normaux, les tribunaux, et encore moins les cours supérieures, ne sont pas chargés de rendre des jugements sur des questions philologiques. Nous le répéterons et nous le répéterons autant de fois que nécessaire: au XXIe siècle, l'Espagne est le seul État de l'Union européenne qui, au lieu de célébrer et de promouvoir la diversité linguistique, participe activement à l'étouffer et à la réprimer, y compris à travers une Cour suprême (bien sûr, il y a d'autres États avec une forte tradition de haine et de persécution linguistique: la France, par exemple, était le modèle malheureux de l'Espagne, mais même pas la France aujourd'hui ne montre pas autant de fureur à cet égard). Au contraire, il existe un consensus international large et mature pour considérer la diversité linguistique comme un atout culturel et un atout économique de premier plan: contrairement à ce que certains craignent, la mondialisation et les technologies numériques offrent de nouvelles possibilités de diffusion et de nouveaux marchés aux langues non majoritaires (qui sont la grande majorité, paradoxe apparent).

En fait, la Constitution de 1978 elle-même  consacre in extenso, dans son article 3.3, que «la richesse des différentes modalités linguistiques de l'Espagne est un patrimoine culturel qui fera l'objet d'un respect et d'une protection particuliers». C'est l'un de ces articles perpétuellement ignorés par l'État lui-même, et vous n'entendrez jamais citer par ceux qui se disent constitutionnalistes. Au contraire, le fait que la langue catalane (également appelée valencien, majorquin, minorquin et eivissenc/ibicenco, bien sûr) est non seulement une langue vivante, mais aussi puissante et fertile que n'importe quelle langue européenne est perçu par les nationalistes espagnols comme un échec. insupportable. Ils veulent l'éliminer, le faire disparaître. Ils le tentent depuis trois cents ans et ils n'y sont pas parvenus: ils ne réussiront pas non plus maintenant avec cette sentence ridicule de la Cour suprême, que nous ajoutons à la collection.

 

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_21691.jpg





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://www.arabalears.cat/firmes/sebastia_alzamora/sebastia-alzamora-justicia-contra-idioma_0_2472352932.html
Publication date of original article: 15/06/2020
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=29233

 

Tags: Obligation do communiquer en espagnolCommunication en catalanCour suprême d'EspagneÉtat espagnol
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.