TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 08/04/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 EDITORIALS & OP-EDS 
EDITORIALS & OP-EDS / Ce que nous dit le coronavirus
Date of publication at Tlaxcala: 12/03/2020
Translations available: English 

Ce que nous dit le coronavirus

Edgar Morin

 

Cette nouvelle crise nous révèle une fois de plus notre interdépendance. La réponse ne peut être que solidaire et planétaire.



A l'aéroport John F. Kennedy de New York, jeudi.
Photo Kena Betancur. AFP

Tribune. Il a surgi très loin dans une ville inconnue de Chine. Aussitôt les esprits compartimentés, dont celui de notre ministre de la Santé d’alors, nous ont rassurés : ce virus n’arrivera pas chez nous. Et le virus chemine de main en main, de souffle à souffle, prend la route, le bateau, l’avion, va de terre en terre, de toux en salive. Il pénètre en catimini, ici et là, en Lombardie, dans l’Oise, se répand en Europe. La contamination gagne. L’alerte à l’épidémie est déclarée.

Le problème premier est évidemment sanitaire. Les hôpitaux, victimes d’économies insensées, sont déjà débordés, et le virus va amplifier la crise hospitalière. Le remède est encore inconnu, le vaccin inexistant. Les déclarations des médecins sont contradictoires, les unes prévenant d’un grand danger, les autres rassurant sur la faible mortalité prévisible.

Les pouvoirs publics prennent des mesures de protection qui ne peuvent isoler que partiellement soit les malades soit les bien-portants menacés.

Les mesures préventives prises un peu partout sur la planète frappent les écoles, les réunions, freinent les échanges commerciaux, immobilisent les navires de fret ou de passagers, limitent les voyages internationaux, bloquent les produits d’exportation de la Chine notamment les médicaments, diminuent les consommations en carburant, déclenchent une crise entre pays pétroliers, suscitent baisses boursières, et commencent à provoquer une crise économique au sein d’une économie mondiale déjà dérégulée.

De fait le virus apporte une nouvelle crise planétaire dans la crise planétaire de l’humanité à l’ère de la mondialisation. Mais on continue partout à considérer et traiter cette complexité en problèmes et secteurs séparés. Chaque Etat referme sa nation sur elle-même ; l’ONU ne propose aucune grande alliance planétaire de tous les Etats. Faut-il payer, en victimes supplémentaires, le somnambulisme généralisé et la carence des esprits qui séparent ce qui est relié ? Et pourtant, le virus nous révèle ce qui était occulté dans les esprits compartimentés formés dans nos systèmes éducatifs, esprits dominants chez les élites techno-économiques-financières : la complexité de notre monde humain dans l’interdépendance et l’intersolidarité du sanitaire, de l’économique, du social, de tout ce qui est humain et planétaire. Cette interdépendance se manifeste par des interactions et rétroactions innombrables entre les diverses composantes des sociétés et individus. Ainsi les perturbations économiques suscitées par l’épidémie en favorisent la propagation.

Le virus nous dit alors que cette interdépendance devrait susciter une solidarité humaine dans la prise de conscience de notre communauté de destin. Le virus nous révèle aussi ce que j’ai appelé «écologie de l’action» : l’action n’obéit pas nécessairement à l’intention, elle peut être déviée, détournée de son intention et revenir même en boomerang frapper celui qui l’a déclenchée. C’est ce que nous prédit le professeur Eric Caumes de la Pitié-Salpêtrière : «Au final, ce sont les réactions des politiques à ce virus émergeant qui vont aboutir à une crise économique globale… avec un bienfait écologique.» Ultime paradoxe de complexité : le mal économique pourrait générer un mieux écologique. A quel prix ? De toute façon, tout en nous faisant beaucoup de mal, le coronavirus nous dit des vérités essentielles.

Zone Rouge, par Marco de Angelis, Italie

 

 





Courtesy of Libération
Source: https://www.liberation.fr/debats/2020/03/12/ce-que-nous-dit-le-coronavirus_1781476
Publication date of original article: 12/03/2020
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=28338

 

Tags: CoronavirusInterdépendance planétaireUn seul mondeGlobalisation
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.