TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 08/04/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 EUROPE 
EUROPE / Reconnaissance faciale : les polices de l’UE pourraient bientôt partager leurs données
Date of publication at Tlaxcala: 09/03/2020
Original: Leaked Reports Show EU Police Are Planning a Pan-European Network of Facial Recognition Databases
Translations available: Português/Galego  Italiano 

Reconnaissance faciale : les polices de l’UE pourraient bientôt partager leurs données

Zach Campbell
Chris Jones


 

L’Union européenne envisage d’autoriser le partage de bases de données de reconnaissance faciale entre les forces de police des États membres. C’est ce que révèle une série de documents en fuite obtenus par le site web The Intercept…

Le 27 mai 2005, sept États membres de l’Union européenne ont signé le traité de Prüm en Allemagne : l’Autriche, la Belgique, la France, le Luxembourg, les Pays-Bas, l’Espagne et l’Allemagne.

Ce traité, parfois surnommé  » Schengen III  » ou  » Schengen Plus « , autorise les forces de police des États membres à partager certaines bases de données. Actuellement, cette autorisation concerne les bases de données sur l’ADN, les empreintes digitales ou l’immatriculation des véhicules.

Quinze ans après la signature du traité, une série de documents obtenus par le site web The Intercept révèle que la coopération entre les pays de l’UE pourrait aller plus loin. Il s’agit d’une série de rapports émanant du Conseil de l’Union européenne, qui auraient circulé entre 10 États membres depuis le mois de novembre 2019.

Ces rapports présentent différentes mesures proposées par l’Autriche, visant à étendre le traité de Prüm à la reconnaissance faciale. La proposition serait d’autoriser les forces de police des pays de l’UE à partager des bases de données regroupant les images de leurs systèmes de reconnaissance faciale respectifs.

Déjà en 2018, le Conseil avait invité les experts des États membres dans le cadre d’une réunion  » Working Party on Information Exchange and Data Protection « . L’objectif de ce rassemblement était d’envisager un développement du Traité de Prüm, avec l’inclusion de nouvelles technologies biométriques et notamment les systèmes de reconnaissance faciale.

En outre, la Commission européenne aurait fait appel à Deloitte pour étudier la faisabilité de l’incorporation des technologies de reconnaissance faciale au Traité de Prüm. Le cabinet d’audit et de conseils mondiaux aurait touché 700 000 euros pour réaliser cette étude.

Lire la suite

https://charliehebdo.fr/wp-content/uploads/2020/01/dessin-newsletter.jpg

Riss, Charlie Hebdo





Courtesy of Le Big Data
Source: https://theintercept.com/2020/02/21/eu-facial-recognition-database/
Publication date of original article: 24/02/2020
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=28315

 

Tags: Reconnaissance facialeÉtat policierUErope
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.