TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 08/04/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 LAND OF PALESTINE 
LAND OF PALESTINE / Ni fatidiques, ni importantes : les troisièmes élections en Israël décideront peu, voire rien du tout
Date of publication at Tlaxcala: 29/02/2020
Original: Neither fateful, nor important: Israel's third election will decide little, if anything

Ni fatidiques, ni importantes : les troisièmes élections en Israël décideront peu, voire rien du tout

Gideon Levy جدعون ليفي גדעון לוי

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Laissez tomber la rhétorique pathétique et dramatique : les élections de demain ne sont pas fatidiques, et probablement même pas importantes. Comme les deux précédentes, elles ne décideront que peu, voire rien du tout, de l'image d'Israël, et pas seulement parce que le résultat sera apparemment un match nul. Il en est ainsi lorsqu'il y a un accord général sur les questions fatidiques, et que les questions controversées sont marginales. C'est comme ça quand la ligne qui sépare les camps est presque entièrement personnelle - Netanyahou, oui ou non - et que le conflit entre les camps est un conflit d'identités bien plus que d'idées.



Un panneau représentant Benny Gantz et Benjamin Netanyahou à la veille des élections du 1er mars.

Photo AMMAR AWAD/ REUTERS

La colère qui accompagne ce combat n'atteste pas de son importance ; elle montre en fait le vide idéologique qui se cache derrière la tempête d'émotions. La dispute à propos de Benjamin Netanyahou n'a presque rien à voir avec sa politique, mais surtout avec sa conduite personnelle. Il n'y a presque rien à débattre de sa politique, car l'opposition n'a pas de véritable alternative à offrir. La loi du retour, la loi sur l'État-nation, la fermeture de Gaza et l'occupation de la Cisjordanie - sur ces questions fondamentales, il existe un fichu consensus. La discussion porte sur le style de vie de Netanyahou et ses efforts indécents pour faire plier le système juridique afin d'échapper à la justice. Contrairement aux prophéties de malheur, ces questions détermineront beaucoup moins l'image d'Israël que ce que suggèrent ceux qui osent combattre Netanyahou. Le visage de la démocratie israélienne est façonné entre Rafah et Jénine, bien plus qu'entre la résidence du premier ministre et le tribunal de district.

La question qui définit Israël plus que toute autre est une question sur laquelle tout le monde s'accorde. La supériorité des Juifs et leurs privilèges dans ce pays ne sont pas à discuter. Son sous-produit, le droit de l'État de poursuivre l'occupation comme il le souhaite, n'est pas non plus l'objet d'un véritable débat. La plupart des gens sont également d'accord sur ce point. Entre la droite et la gauche, il n'y a pas de dispute : à l'exception de la Liste unifiée [al-Qa'imah al-Mushtarakah/HaReshima HaMeshutefet) , tout le monde est sioniste : Tout le monde est favorable au maintien de la supériorité juive. La seule chose qui reste à débattre est la «  loi française »*, un projet de loi visant à empêcher l'inculpation de Netanyahou dans les affaires de corruption qui le concernent. Une telle loi est inacceptable, mais contrairement aux voix du pessimisme, elle ne changera pas notre système de gouvernement.

À part cela, tout le reste est une question de large consensus public concernant un État juif non égalitaire avec des privilèges juifs et une supériorité juive. De là découle également le droit incontesté de régner sur un autre peuple dans les territoires occupés. Netanyahou et Gantz n'ont aucune divergence à ce sujet. Netanyahou dit annexion (et n'annexe pas), Gantz accepte l'annexion (sous certaines conditions) alors que l'annexion de facto existe ici depuis des décennies avec le consentement de tous, sans intention d'y mettre fin. De l'extrémiste de droite Itamar Ben-Gvir au président du parti travailliste le député Amir Peretz, en passant par le député du Meretz Nitzan Horowitz, personne ne conteste vraiment ce que les Juifs sont autorisés à faire en Terre d'Israël. Tout le monde est pour les Juifs et les démocrates, malgré la contradiction insurmontable entre eux et la nécessité inévitable de choisir entre eux. Ainsi, l'élection de demain est moins critique qu'il n'y paraît. L'Israël de Netanyahou et l'Israël de Gantz se ressembleront comme deux gouttes d’eau.

La psychose anti-Netanyahou est un épouvantail destiné à dissimuler cela. Le « destin de la démocratie », l' « avenir de l'État de droit », la " »in de l'État », la « destruction du temple » - tous des grands mots, sans rien pour les étayer. S'il existe un profond fossé idéologique, c'est uniquement entre la Liste unifiée  et tous les autres. Une petite quinzaine de députés face à 105, voilà la vraie histoire. Les ultra-orthodoxes se déclarent également antisionistes, mais c'est complètement faux : ce sont les plus grands des colons.

Il est temps pour Netanyahou de partir, il est temps pour Gantz de le remplacer, mais l'obscurité est beaucoup moins obscure et la lumière est beaucoup moins lumineuse. En Grande-Bretagne, des élections fatidiques ont récemment eu lieu entre la droite et la gauche. Aux USA, il pourrait y avoir une élection fatidique entre le président Donald Trump et le sénateur Bernie Sanders.

En Israël, il ne reste plus qu'à espérer que May Golan, numéro 34 sur la liste du Likoud à la Knesset, ne sera pas élue, et que Iman Khatib Yassin, numéro 15 sur celle de la Liste unifiée, sera élue. Trop peu pour qu'on puisse parler d'élection fatidique.

NdT

* Loi française : ce projet est ainsi appelé en référence à la France de 1999, où le Conseil constitutionnel présidé par Roland Dumas décréta pratiquement l’impunité de Jacques Chirac, alors Président, face à diverses poursuites pour détournements de fonds, abus de biens sociaux etc.

 

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_21691.jpg
 

 

 

 

 





Courtesy of Ha'aretz
Source: https://www.haaretz.com/opinion/.premium-neither-fateful-nor-important-israel-s-third-election-will-decide-little-if-anyth-1.8600355
Publication date of original article: 29/02/2020
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=28229

 

Tags: Élections israéliennesConsensus sionisteNetanyahou/GantzListe unifiéePalestine/Israël
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.