TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 17/02/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 UNIVERSAL ISSUES 
UNIVERSAL ISSUES / Pourquoi les Nouvelles Routes de la Soie sont une « menace » pour le bloc US
Date of publication at Tlaxcala: 07/02/2020
Original: Why the New Silk Roads are a ‘threat’ to US bloc
Translations available: Deutsch  Español 

Pourquoi les Nouvelles Routes de la Soie sont une « menace » pour le bloc US

Pepe Escobar Пепе Эскобар پپه اِسکوبار

 

Le Moyen-Orient est la clé d’une intégration large, économique et interdépendante, et de la paix.

Sous le grondement en cascade du cycle d’informations 24/7 des éruptions de Twitter, il est facile pour la plupart des pays occidentaux, en particulier les États-Unis, d’oublier les bases de l’interaction de l’Eurasie avec sa péninsule occidentale, l’Europe.

L’Asie et l’Europe échangent des biens et des idées depuis au moins 3 500 ans avant Jésus-Christ. Historiquement, le flux a pu subir quelques soubresauts occasionnels, par exemple avec l’irruption des cavaliers nomades du 5e siècle dans les plaines eurasiennes. Mais il est resté essentiellement stable jusqu’à la fin du XVe siècle. On peut le décrire essentiellement comme un axe millénaire – de la Grèce à la Perse, de l’empire romain à la Chine.

Une route terrestre aux multiples ramifications, traversant l’Asie Centrale, l’Afghanistan, l’Iran et la Turquie, reliant l’Inde et la Chine à la Méditerranée orientale et à la Mer Noire, a fini par se fondre dans ce que nous avons appelé les Anciennes Routes de la Soie.

Au VIIe siècle, les routes terrestres et les routes commerciales maritimes étaient en concurrence directe. Et le plateau iranien a toujours joué un rôle clé dans ce processus.

Le plateau iranien comprend historiquement l’Afghanistan et certaines parties de l’Asie Centrale qui le relient au Xinjiang à l’est, et à l’ouest jusqu’en Anatolie. L’empire persan était axé sur le commerce terrestre – le nœud clé entre l’Inde et la Chine et la Méditerranée orientale.

Les Perses ont engagé les Phéniciens de la côte syrienne comme partenaires pour gérer le commerce maritime en Méditerranée. Des gens entreprenants à Tyr ont établi Carthage comme un nœud entre la Méditerranée orientale et occidentale. En raison du partenariat avec les Phéniciens, les Perses se sont inévitablement trouvés en conflit avec les Grecs – une puissance commerciale maritime.

Lorsque les Chinois, qui font la promotion des Nouvelles Routes de la Soie, mettent l’accent sur « l’échange de peuple à peuple » comme l’un de leurs principaux traits, ils parlent du dialogue euro-asiatique millénaire. L’histoire a peut-être même fait avorter deux rencontres majeures et directes.

La première a eu lieu après la défaite d’Alexandre le Grand face à Darius III de Perse. Mais ensuite, les successeurs séleucides d’Alexandre ont dû lutter contre la puissance montante en Asie Centrale : les Parthes – qui ont fini par prendre le contrôle de la Perse et de la Mésopotamie et ont fait de l’Euphrate le limes entre eux et les Séleucides.

La deuxième rencontre a eu lieu lorsque l’empereur Trajan, en 116 après J.-C., après avoir vaincu les Parthes, a atteint le Golfe Persique. Mais Hadrien a fait marche arrière. L’histoire n’a donc pas enregistré ce qui aurait été une rencontre directe entre Rome, via la Perse, et l’Inde et la Chine, ou la rencontre de la Méditerranée avec le Pacifique.

La mondialisation mongole

Les centres de commerce entre Constantinople et la Crimée ont configuré une autre branche de la Route de la Soie à travers la Russie jusqu’à Novgorod, qui était culturellement très proche du monde byzantin. Depuis Novgorod, des marchands de Hambourg et d’autres villes de la Ligue Hanséatique distribuaient des produits asiatiques sur les marchés des pays baltes, du nord de l’Europe et jusqu’en Angleterre – parallèlement aux routes du sud suivies par les républiques maritimes italiennes.

Lire la suite





Courtesy of Réseau international
Source: https://www.asiatimes.com/2020/01/article/why-the-new-silk-roads-are-a-threat/
Publication date of original article: 24/02/2020
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=28030

 

Tags: Nouvelles Routes de la SoieMonde multipolaire contre monde unipolaireChine-USA-Europe-Asie occidentale
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.