TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 10/07/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 EUROPE 
EUROPE / Détruit pour avoir voulu apaiser ses ennemis
La tragédie shakespearienne de Jeremy Corbyn
Date of publication at Tlaxcala: 18/12/2019
Original: Destroyed by appeasing his enemies: The Shakespearean tragedy of Jeremy Corbyn

Détruit pour avoir voulu apaiser ses ennemis
La tragédie shakespearienne de Jeremy Corbyn

Neil Clark

Translated by  Sayed Hasan سيد حسن
Edited by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Le projet de Jeremy Corbyn s’est terminé dans les larmes avec une défaite aux élections générales totalement démoralisante pour le Parti Travailliste, mais cela aurait pu – et aurait dû – être très différent si seulement Corbyn avait fait confiance à son instinct.

Noël solitaire, par Joep Bertrams

 

Il y a un air nettement shakespearien à l’arrêt de mort politique du leader travailliste britannique, qui a eu lieu, comme il se doit, un vendredi 13 (on pourrait dire que les Ides de mars, date de l’assassinat de Jules César, auraient été encore plus appropriées).

« Il y a dans les affaires humaines une marée montante ; qu'on la saisisse au passage, elle mène à la fortune ; qu'on la manque, tout le voyage de la vie s'épuise dans les bas-fonds et dans les détresses », a écrit Shakespeare dans Jules César.

Jeremy Corbyn n’a jamais été dans une meilleure position qu’au lendemain des élections générales de juin 2017. Contre toute attente et toutes les prédictions des éditocrates, il avait mené le Parti Travailliste au seuil d’une victoire éclatante. Les 40 % de voix obtenues par les travaillistes lors de cette élection ont représenté la plus forte augmentation de la part du vote populaire obtenue par le parti en plus de 70 ans. Mais fatalement, Corbyn n’a pas su saisir l’occasion. Il aurait dû utiliser le moment pour agir rapidement et de manière décisive contre ses ennemis « centristes » au sein du parti qui avaient tant fait pour le miner. Au lieu de cela, il leur tendit continuellement un rameau d’olivier et s’évertua à les pacifier. Ils ont remboursé sa magnanimité en tramant sa chute, qui s’est réalisée de manière si spectaculaire cette semaine. 

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_21461.jpg

52% des votants, soit 17.4 millions de personnes, ont voté pour le Brexit en 2016, y compris une grande partie d’électeurs du Parti Travailliste. Ils n’ont rien compris à la demande du Parti Travailliste de voter à nouveau. Et ils avaient raison. L’idée d’organiser un second référendum était un rapiéçage de l'establishment pour annuler un résultat qui ne lui convenait pas.

La première phase du plan consista à amener les travaillistes à opérer un revirement électoral suicidaire sur le Brexit. Si le Parti Travailliste a si bien réussi en 2017, c’est en grande partie parce qu’il s’est clairement engagé dans son manifeste à respecter le résultat du référendum de 2016. Mais une grande pression a été exercée sur Corbyn pour qu’il accepte un changement de politique et promette aux travaillistes de soutenir la tenue d’un second référendum. Des années plus tôt, Corbyn avait, à juste titre, attaqué l’UE pour avoir contraint les Irlandais à voter à nouveau après qu’ils eurent rejeté le Traité de Lisbonne. Mais demander aux partisans travaillistes du Brexit de voter à nouveau sur l’opportunité de quitter l’UE est précisément ce que faisait Corbyn lors des élections générales de 2019. Il est vrai que son cercueil politique a été fabriqué par d’autres que lui, mais il est aussi vrai que Corbyn leur a lui-même fourni les clous. 

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_21462.jpg

L’ironie que n’ont pas perçue de nombreux analystes à droite de l’échiquier politique, qui identifient le Parti Travailliste comme étant à l’extrême gauche, est que c’est la tendance droitière du Parti qui soutenait le maintien dans l'UE. Si le Parti Travailliste était vraiment à l’extrême gauche, il aurait soutenu le Brexit.

La deuxième phase du plan « abattre Corbyn » consista à promouvoir un récit selon lequel sous sa direction, le Parti Travailliste était absolument submergé d’antisémitisme. Les ennemis de Corbyn voulaient nous faire croire que le Parti Travailliste, un parti qui s’est toujours enorgueilli de ses références antiracistes et qui avait un représentant juif aussi récemment qu’en 2015, était en fait un parti raciste. Incroyablement, cette campagne audacieuse a réussi parce que Corbyn n’a pas osé y faire face et la dénoncer comme telle. Le niveau d’antisémitisme réel dans le Parti Travailliste était minime, mais le leader travailliste a accepté le récit selon lequel il constituait un gros problème à résoudre. Le résultat de sa posture défensive constante est que lui et son Parti ont été dénoncés comme « antisémites » presque constamment. Chris Williamson, un fidèle allié de Corbyn, a été exclu de son poste suite à de fausses accusations. Mais cet apaisement n’a fait qu’amplifier la campagne.

Corbyn a payé très cher les erreurs qu’il a commises au cours de la période 2017-2019. Le revirement du Parti sur le Brexit lui a infligé des hémorragies sévères dans leur cœur traditionnel au nord favorable au Brexit, et lui a fait perdre des sièges de la classe ouvrière aux élections qu’ils avaient remportées pendant des générations. Les travaillistes ont perdu Blyth Valley pour la toute première fois de l’histoire. Wrexham, dans le nord du Pays de Galles, est devenu conservateur pour la première fois de l’histoire. Great Grimsby a été perdu par les travaillistes pour la première fois en 74 ans. 71% des électeurs y avaient voté pour le Brexit en 2016. Pourtant, le Parti Travailliste leur a demandé de voter à nouveau, l’année prochaine. Quelle absurdité !

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_21463.jpg

Je vois que la phase 2 du coup d’État contre Corbyn est déjà en plein essor, avec l’aide des médias complices.
La droite du Parti Travailliste minimise de manière tonitruante l’idée que le Brexit est  la cause principale de la défaite, et promeut une orientation « centriste » de la politiques et du dirigeant du Parti.
MDR.

Étant donné l’ampleur de l’espoir d’un changement réel et significatif que Corbyn avait inspiré au cours des premières années de sa direction du Parti Travailliste, il est bouleversant de voir comment tout cela a horriblement mal tourné.

Il est vraiment shakespearien que Corbyn, un eurosceptique de toujours, ait été détruit politiquement en acceptant un pivot vers le maintien en Europe, ce qui était insensé – et il devait bien le savoir. Il est vraiment shakespearien que Corbyn, un vétéran de la défense des droits des Palestiniens, ait été si soumis face à ce que le grand journaliste israélien Gideon Levy a décrit comme une « traque » ​​lancée par lui par la « machine de propagande israélienne ».

L’incapacité de Corbyn à riposter avec force – ou même à riposter tout court – contre les campagnes de diffamation de ses ennemis a été saluée par certains comme un signe de son calme olympien, mais pour des millions d’autres personnes, cela ressemblait à s’y méprendre à de la faiblesse. Lors du débat des dirigeants de la semaine dernière, Boris Johnson a qualifié Corbyn de partisan de l’IRA. Corbyn n’a rien répondu pour se défendre.

Malgré sa décence indéniable, il est tout aussi indéniable que Corbyn – quand il est arrivé au seuil du pouvoir – a traité ses ennemis beaucoup mieux que ses amis. Ce sera, malheureusement, son épitaphe. Une occasion en or pour la gauche en Grande-Bretagne a été gâchée.

« Les hommes sont parfois maîtres de leur destin : Si nous sommes soumis, la faute, cher Brutus, n'est pas dans nos étoiles mais en nous-mêmes. » (Jules César)





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://www.rt.com/op-ed/475891-corbyn-general-election-destroyed/
Publication date of original article: 14/12/2019
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=27658

 

Tags: CorbynParti travaillisteÉlections britanniques BrexitRoyaume-UniUErope
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.