TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 27/01/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 CULTURE & COMMUNICATION 
CULTURE & COMMUNICATION / Comment Quentin Tarantino a ridiculisé Bruce Lee : déconstruction
Date of publication at Tlaxcala: 08/12/2019
Original: Debunking Quentin Tarantino’s ‘mockery’ of Bruce Lee

Comment Quentin Tarantino a ridiculisé Bruce Lee : déconstruction

Bob Calhoun

Translated by  Salah Lamrani

 

Bruce Lee battu à plate couture par un cascadeur : la vérité derrière l’incident raillé par Quentin Tarantino dans « Il était une fois... à Hollywood »

La véritable histoire de la confrontation de Bruce Lee avec un cascadeur hollywoodien grisonnant est bien plus complexe que celle décrite dans « Il était une fois… à Hollywood » de Quentin Tarantino.


La scène m’horripile, mais elle contient un grain de vérité.

Brad Pitt, dans le rôle d’un cascadeur brisé, Cliff Booth, défonce Bruce Lee (Mike Moh) sur le tournage du Frelon Vert dans « Il était une fois… à Hollywood », l’histoire révisionniste épique de Tinseltown (mot d’argot pour désigner Hollywood) revue et corrigée par Tarantino. Brad Pitt a l’air cool, tandis que Bruce Lee – une star montante du cinéma asiatique – est transformé en un divertissement comique qui ressemble à Mickey Rooney maquillé pour ressembler à un Asiatique, et jouant le rôle d’un propriétaire japonais dans Diamants sur canapé. Et avec toutes les réparties cinglantes de Brad Pitt et les chutes fracassantes de Moh, les vieux Blancs plus âgés du cinéma 11 au Century 16 Bayfair à San Leandro gloussaient comme des fous.

bradbrucelle-4496db-0-1x



La fille de Bruce Lee, Shannon Lee, a qualifié la représentation de Lee dans « Il était une fois… à Hollywood » de «moquerie». Même si elle n’a pas tort, il y eut effectivement un cascadeur qui eut un petit démêlé avec Lee sur le tournage du Frelon Vert en 1966.

Il a maintenant 87 ans et profite de sa semi-retraite à Sherman Oaks, en Californie, après une carrière passée à fracasser des voitures, à se faire incendier et à catcher contre des ours. « Judo » Gene LeBell était connu dans le milieu comme l’homme le plus fort du monde, et je sais de quoi je parle, ayant co-écrit son autobiographie, Le Parrain du Judo.

Selon LeBell, Lee était un dur à cuire sur le tournage du Frelon Vert, mais soumettait les cascadeurs à rude épreuve. Ils ne pouvaient pas le convaincre qu'il pouvait y aller doucement et que ça aurait encore fière allure sur film. Le coordinateur des cascades de la série, Bennie Dobbins, avait besoin d’un cascadeur pour s’occuper de Lee. Il a donc appelé Judo Gene.

LeBell déclare que quand il est arrivé sur le plateau de tournage, Dobbins lui a dit de bloquer Lee « dans une prise de tête ou quelque chose de ce genre. »

LeBell est donc monté sur le plateau et a saisi Lee. « Il a commencé à faire tous les bruits pour lesquels il est devenu célèbre », a déclaré LeBell, « mais il n'a nullement essayé de me contrer, donc je pense qu'il a été plus surpris qu’autre chose. »

Ensuite, LeBell a mis Lee sur le dos à la manière d’un pompier et a couru autour du plateau en le portant.

« Fais-moi descendre ou je vais te tuer ! » cria Lee.

« Je ne peux pas, sinon tu vas me tuer », répondit LeBell, en tenant Lee aussi longtemps qu’il osait avant de le reposer, en disant : « Hé, Bruce, ne me tue pas. Je rigole, champion. »
 
De retour sur ses pieds, Lee n’a pas tué LeBell. Au lieu de cela, Lee a reconnu que l’absence de lutte et de prises était une lacune dans le style d'arts martiaux Jeet Kune Do qu'il était en train de développer. Lee s’entraîna donc avec LeBell pendant un peu plus d’un an. LeBell enseigna à Lee les prises de bras, les prises de jambles et les mises à terre, et Lee enseignant à LeBell la pratique du kung-fu et les coups de pied.

Après s’être entraîné avec LeBell, Lee a incorporé des mouvements de lutte dans ses combats. Il termine Chuck Norris avec un étranglement dans La Fureur du Dragon (1972) et bat un jeune Sammo Hung avec une prise de bras dans Enter the Dragon (1973).

« Je ne suis pas allé à Hong Kong avec lui pour Enter the Dragon, mais quand il est revenu, il m’a dit : ‘J’ai fait cette prise de bras pour toi », se souvient LeBell. Lee est décédé avant la sortie d’Enter the Dragon – son accomplissement ultime en carrière et sa percée posthume en tant que star internationale du cinéma et des arts martiaux – mais il est retourné à Hollywood après avoir terminé le tournage, dans une tentative effrénée d'enchainer sur ses prochains projets.

Pendant qu’ils s’entraînaient ensemble, LeBell devint le punching ball préféré de Lee dans les combats du Frelon Vert et de Longstreet. « Il a vraiment aimé la façon dont je tombais », a déclaré LeBell.

Quand j'ai parlé à LeBell hier soir, il était parfaitement inconscient du fait que Brad Pitt jouait une version fantaisiste de lui, à la cow-boy, dans Il était une fois… à Hollywood.

« C’est des conneries », a déclaré LeBell. « Mais la lune n’a rien à craindre des loups, et la gloire de Bruce Lee est immortelle. »

Mais connaître réellement LeBell rend la fiction de Tarantino encore plus irritante et grotesque. Dans sa jolie petite scène, Tarantino insulte à la fois Lee et LeBell.

Quand LeBell a pris Lee sur le plateau de tournage du Frelon Vert, il était déjà un artiste martial de classe mondiale à une époque où il n’y en avait guère aux USA. LeBell a été deux fois champion national de judo. Il s'était également entraîné et avait lutté au Kōdōkan de Tokyo, haut lieu du judo. Il s'était battu et avait remporté ce que beaucoup considéraient comme le premier combat d'arts martiaux mixtes lorsqu'il a affronté le boxeur mi-lourd de premier plan Milo Savage en 1963.

 

gene-lebell

La mère de LeBell, Aileen Eaton, était le meilleur promoteur de lutte et de boxe à Los Angeles. LeBell apprenait donc les étranglements chez des gens comme Ed « Strangler » Lewis dès l’âge de 7 ans. LeBell utilisa ses talents inducteurs de douleur dans ses carrières dans les arts martiaux, la lutte professionnelle et les cascades à Hollywood, faisant de lui le plus grand botteur de derrières toutes catégories confondues, ainsi qu'un véritable fils de la Cité des Anges.

Et c'est ce qu'il a fallu pour s’emparer de Bruce Lee et le faire passer pour un clown lors d'un tournage. Quelqu'un comme le Cliff Booth incarné par Brad Pitt aurait été l’un des cascadeurs qui pleurnichaient auprès du coordonnateur des cascades de la série qui a appelé Judo Gene pour intercéder en leur faveur auprès de Lee. Donc, quand LeBell me demande de retrouver Tarantino pour rectifier les faits, tout ce que je peux faire, c'est dire oui.

« Vous devez rétablir la vérité pour Bruce Lee », a déclaré LeBell lors de notre conversation téléphonique. « Il compte beaucoup pour les arts martiaux. Tu dois rétablir les faits, Bob. »





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://www.ozy.com/true-story/debunking-quentin-tarantinos-mockery-of-bruce-lee/95956/
Publication date of original article: 09/08/2019
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=27598

 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.