TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 13/11/2019 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 LAND OF PALESTINE 
LAND OF PALESTINE / L'ONU l'a qualifié de héros humanitaire, Israël l'accuse d’avoir détourné de l'argent au profit du Hamas
Le calvaire de Mohammed El Halabi
Date of publication at Tlaxcala: 20/10/2019
Original: The UN called him a humanitarian hero. Israel is accusing him of funnelling money to Hamas
The ordeal of Mohammed El Halabi

Translations available: Español 

L'ONU l'a qualifié de héros humanitaire, Israël l'accuse d’avoir détourné de l'argent au profit du Hamas
Le calvaire de Mohammed El Halabi

Gideon Levy جدعون ليفي גדעון לוי

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Mohammed El Halabi, directeur de l'organisation d'aide World Vision à Gaza et en Cisjordanie, est emprisonné depuis trois ans en Israël, où il est accusé d’avoir aidé l'ennemi en temps de guerre.

 

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_21151.jpg

Mohammed El Halabi au tribunal de Be'er Sheva, 2017. Photo Eliyahu Hershkovitz.

La semaine prochaine, après la fin des fêtes juives, le procès de Mohammed El Halabi reprendra devant le tribunal de district de Be'er Sheva. C’est soit l’un, soit l’autre : ou bien El Halabi est l'un des plus grands et des plus dangereux ennemis d'Israël, comme l'indique l'acte d'accusation, ou bien il est victime d'un système de propagande cynique et cruel qui l'exploite pour arrêter l'afflux de l'aide humanitaire internationale dans la bande de Gaza. Soit il a détourné des dizaines de millions de dollars et des centaines de tonnes de fer vers le Hamas pour des projets de creusement de tunnels, comme le soutient le service de sécurité israélien du Shin Bet, soit il est un « héros humanitaire « , comme les Nations unies l'ont désigné en 2014. Soit c'est un « agent planté »  de longue date du Hamas dans World Vision, l'énorme organisation mondiale d'aide dont il a dirigé la branche de Gaza et d'autres, soit c'est une personne qui a consacré sa vie à fournir une aide humanitaire aux agriculteurs, aux enfants handicapés et aux malades du cancer dans la bande de Gaza.

Après 52 jours d'interrogatoire par le Shin Bet - qui comprenait de graves tortures, selon son père, Khalil El Halabi - et plus de trois ans dans une prison israélienne, El Halabi, qui sillonnait le monde, s'adressait aux parlements et entrait fréquemment en Israël même, sera de nouveau amené jeudi prochain de la prison de Ramon à Mitzpeh Ramon pour être jugé par un tribunal dirigé par Natan Zlotchover, vice- président du tribunal du district Be'er Sheva. El Halabi a été amené dans la salle d'audience 127 fois depuis sa première arrestation en juin 2016 ; son témoignage a duré près d'un an et il a nié toutes les charges retenues contre lui.

Selon son avocat, Maher Hanna, de Nazareth, lorsque son procès a commencé, El Halabi s'est vu offrir une négociation de plaidoyer impliquant une confession de culpabilité et trois ans de prison, mais il a refusé. Il a insisté sur le fait qu'il était complètement innocent. Pendant ce temps, à Gaza, Khalil consacre tout son temps à la lutte de son fils. « Mon cœur est brisé », m'a-t-il dit cette semaine.

L'histoire d'El Halabi a été rapportée relativement largement dans les médias internationaux, mais en Israël, c'est une sorte de "Détenu X", avec très peu de choses publiées sur cette affaire.

Khalil El Halabi, 65 ans, a travaillé pendant 40 ans pour l'UNRWA, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés, comme superviseur de l'éducation. Cette semaine, il m'a envoyé sa photo avec l'ancien président US Jimmy Carter lors d'une conférence en 2010 à l'hôtel Al-Mathaf à Gaza City. Mohammed, son deuxième fils, est né en 1978 dans le camp de réfugiés de Jabalya, est marié à Ulla et a cinq enfants ; le plus jeune, Faris, 4 ans, ne connaît son père que derrière les barreaux.

En 2003, Mohammed a obtenu une maîtrise en génie civil de l'Université islamique de Gaza ; il a travaillé dans le secteur privé et plus tard dans l'agence de développement de l'ONU. En 2006, il a rejoint l'organisation chrétienne US World Vision, l'un des plus grands groupes d'aide internationale au monde, dont il est devenu rapidement le directeur régional, couvrant la Cisjordanie, Gaza et Jérusalem-Est.

Dans une interview publiée sur le site Internet de l'organisation en août 2014, El Halabi a raconté ce qui l'avait attiré dans le domaine de l'aide humanitaire : « Je suis né dans le camp de réfugiés de l'UNRWA de Jabalya, à Gaza. C'est la région la plus dense du Moyen-Orient et c'est là que j'ai vécu les moments les plus critiques pour la population de Gaza.  J'ai rencontré les enfants dont les maisons ont été totalement démolies et qui ont perdu au moins un de leurs proches, et pourtant ils chantent pour la paix. »

El Halabi a quitté la profession d'ingénieur après avoir « vu des enfants blessés et tués, et sachant que mes propres enfants ont été traumatisés par la violence,[et j’ai] décidé de consacrer pleinement ma vie à aider les gens et les enfants à restaurer leur vie ».

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_21152.jpg

Mohammed El Halabi avec des athlètes palestiniens handicapés à Gaza. Avec l’aimable autorisation de la famille El Halabi 

À l'époque, World Vision  aidait 1 500 enfants dans le cadre du programme Espaces adaptés aux enfants qu'il a mis en place dans la bande de Gaza pour protéger les jeunes en situation d'urgence, ainsi que 350 enfants blessés dans les hôpitaux. El Halabi et son équipe ont également « aidé 8 000 parents à suivre une formation en premiers soins psychologiques, ce qui réduit considérablement le stress de leurs enfants pendant la guerre », disait-il dans la même interview. C'était la période de l'opération "Bordure protectrice" d'Israël.

Les photos du passé montrent un jeune homme souriant et trapu rendant visite à des jeunes en fauteuil roulant, des athlètes handicapés et des agriculteurs dans leurs serres de Gaza ; Khalil dit que le travail de son fils l'a aussi souvent amené à l'étranger. En effet, l'une des dernières missions de Mohammed a été de s'adresser au Parlement de Canberra : l'Australie est un bailleur de fonds important pour les projets qu'il gèrait. Il a également beaucoup voyagé en Cisjordanie et à Jérusalem-Est - avec l'autorisation d'Israël, bien sûr. Le 15 juin 2016, à son retour d'une réunion avec son équipe à Jérusalem, il a été arrêté au point de passage d'Erez à Gaza. Sa famille n'a appris l'arrestation que trois jours plus tard.

C'est alorsl’ qu'a commencé le calvaire du citoyen H. Cette semaine a marqué son 40ème  mois de détention, au cours de laquelle il a été transféré dans un certain nombre de prisons. Sa famille n'est autorisée à lui rendre visite qu'une fois tous les deux mois et seuls trois membres de sa famille sont autorisés à venir à chaque fois, y compris les enfants. Ils essaient d'emmener le petit Faris aussi souvent que possible, pour qu'il apprenne à connaître son père. C'est un voyage exténuant de 12 heures depuis Gaza pour une simple visite d'une demi-heure à travers une fenêtre blindée. En raison des tortures subies par El Halabi - dont la privation de sommeil, la pendaison au plafond et les coups, dit son père - son ouïe est déficiente à 40 pour cent, ce qui rend les conversations téléphoniques par la fenêtre pendant les visites encore plus difficiles.

L'avocat Hanna, qui lui rend visite occasionnellement en prison, dit que son client est fort et déterminé, et que son esprit n'a pas flanché. Mohammed lui-même dit toujours à son père lors de ses visites qu'il est certain que la justice prévaudra.

Le procès d'El Halabi se déroule en partie à huis clos. Le 22 novembre 2017, il a été traduit devant la Cour suprême pour une audience sur la prolongation répétée de ses renvois, parce qu'il y en avait eu tant. L'acte d'accusation révisé qui avait été déposé contre lui au début de cette année comprend les accusations suivantes, dont certaines sont très graves : contact avec un agent étranger, appartenance à une organisation terroriste, aide à l'ennemi en temps de guerre, utilisation de biens à des fins terroristes, transmission d'informations à l'ennemi, possession d'armes et de munitions et entraînement militaire interdit.

« L'accusé a exploité sa position et son statut au sein de World Vision, une organisation d'aide humanitaire, pour promouvoir les objectifs du Hamas », affirme l'acte d'accusation.

El Halabi a également été accusé d'avoir détourné entre des centaines et des milliers de tonnes de fer, initialement destinées à des fins agricoles, vers le Hamas pour la construction de tunnels. Il aurait également « marqué les coordonnées en Israël pour des cibles d’opérations des brigades Ezzedine Al Qassam », l'aile militaire de l'organisation islamiste. Par ailleurs, il est accusé d'avoir transféré des fonds pour l'achat d'équipements destinés aux commandos navals du Hamas, et même d'avoir fourni à l'organisation des informations sur les dispositions de sécurité au point de passage d'Erez.

Lors d'une séance de briefing des journalistes après le dépôt de l'acte d'accusation, un responsable du Shin Bet a affirmé qu'El Halabi avait transféré des dizaines de millions de dollars au Hamas. Un projet de serre qu'il avait géré était prétendument destiné à dissimuler des sites d'excavation de tunnels ; un programme de réhabilitation pour les pêcheurs était en fait une couverture pour l'achat de combinaisons de plongée et de bateaux à moteur pour la force navale du Hamas ; les agriculteurs qu'il avait engagés étaient des guetteurs du Hamas. Il aurait même transféré des milliers de colis alimentaires à des militants du Hamas et à leurs familles. Selon l'acte d'accusation, El Halabi a été recruté par le Hamas dès 2004 pour "infiltrer" World Vision. 

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_21153.jpg

Manifestation de solidarité palestinienne avec Mohammad El Halabi, directeur des opérations de World Vision à Gaza, accusé par Israël d'avoir canalisé des millions de dollars du Hamas, Gaza City, 7 août 2016. Photo MOHAMMED SALEM/ REUTERS 

Pour sa part, Hanna nie toutes les accusations portées contre son client : Il est convaincu que l'acte d'accusation a pour seul but d'intimider les groupes d'aide et de mettre un terme à l'aide humanitaire à Gaza, afin que ses habitants finissent par se soulever contre le Hamas, comme Israël le souhaite peut-être. En effet, depuis l'arrestation d'El Halabi, World Vision a suspendu ses opérations dans la bande de Gaza, jusqu'à la fin du procès. Mais une enquête exhaustive menée par l'organisation elle-même, qui a coûté de 3 millions de dollars, selon Hanna, a complètement exonéré El Halabi : aucun acte répréhensible de sa part n'a été trouvé.

L'actuel directeur de World Vision en Israël et dans les territoires, Alex Snary, a écrit : « Mon cher ami et collègue Mohammed El Halabi a exposé la parodie totale de la " justice " israélienne envers les Palestiniens. Trois ans de torture et de détention, plus de 120 comparutions devant les tribunaux et Israël n'a toujours pas de preuves réelles à l'appui de ses allégations scandaleuses » M. Snary décrit El Halabi comme "un homme au grand cœur", en particulier lorsqu'il s'agit d'enfants, ajoutant : « Il est grand temps qu'Israël admette qu'il a commis une erreur, cesse d'embarrasser son système judiciaire et le relâche pour qu'il retourne à sa famille et au travail qu'il aime : améliorer la vie des enfants qui souffrent ».

En août 2016, deux mois après l'arrestation d'El Halabi, de hauts diplomates des pays occidentaux en Israël ont protesté auprès du correspondant de l'époque de Haaretz, Barak Ravid, contre le fait qu'ils n'avaient reçu aucune information ou preuve concernant un éventuel détournement de fonds d'aide vers le Hamas. En mars 2017, le ministère australien des Affaires étrangères et du Commerce a annoncé qu'à la suite d'une enquête, il avait conclu que rien ne suggérait une utilisation abusive des fonds ou de l'aide au gouvernement du Hamas à Gaz

Le 14 juin dernier, le journaliste indépendant australien Antony Loewenstein a publié les résultats de son enquête sur le site Internet +972 : lui aussi a conclu que, malgré la longue période écoulée, les accusations portées contre El Halabi n'étaient pas fondées.

Hanna, l'avocat, note qu'une part considérable du budget de World Vision a toujours été consacrée à faciliter une supervision étroite des activités financières du groupe et des processus d'appels d'offres contractuels. Il ajoute que le montant total des dons versés à ses activités à Gaza au fil des ans est bien inférieur aux sommes qu'El Halabi est accusé d’avoir acheminé au Hamas.

Hanna est également très critique à l'égard des restrictions légales auxquelles il a lui-même été soumis : Israël lui a interdit d'entrer dans la bande de Gaza pour rencontrer des témoins de la défense, situation qui l'a amené à saisir la Cour suprême. La réponse de celle-ci est attendue pour décembre, après la conclusion du procès d'El Halabi. Hanna a également demandé que plusieurs témoins soient amenés en Israël pour témoigner, mais les autorités bloquent également cette voie. Sa demande de les faire témoigner par vidéoconférence devrait être traitée lors de la séance de la semaine prochaine à Be'er Sheva. En attendant, la défense continue de présenter ses arguments.

Hanna : « Tout ce que vous touchez dans ce procès est un 'travail créatif'. Je ne suis pas contre l'État. Je veux que notre système judiciaire soit le meilleur et le plus juste, mais je ne reçois même pas les transcriptions des auditions que j'ai tenues ».  El Halabi ne comprend qu'environ la moitié de ce qui est dit au tribunal, dit Hanna, à cause d'une traduction déficiente. Le Shin Bet n'a approuvé qu'une seule interprète pour la procédure, pour des raisons de sécurité, mais elle n'est pas compétente, dit l'avocat.

Des représentants de World Vision ont assisté à certaines audiences. Aucun membre de la famille d'El Halabi n'est présent, bien sûr, puisqu'ils vivent dans la bande de Gaza. Il y a un ordre de bâillon sur la preuve principale du procès, pour des raisons de sécurité. Selon Hanna, aucune preuve ferme et objective des accusations n'a été présentée au tribunal jusqu'à présent, ce qui peut attester de la nature prolongée de la procédure.

Khalil El Halabi a déclaré cette semaine : « Mohammed nous manque. Mohammed manque à Gaza. Chaque jour, j'essaie de susciter l'intérêt et la prise de conscience du cas de mon fils. Lorsque j'étais responsable de l'éducation à l'UNRWA, j'ai introduit un chapitre spécial sur l'Holocauste dans le programme scolaire. J'ai dit à tout le monde que ce genre d'injustice est au-dessus de tout conflit politique. Je ne m'attendais pas à ce que mon fils rencontre un manque si grossier de justice.

« Je vous prie d'écrire mon message à Benjamin Netanyahou : Votre Premier ministre craint de ne pas obtenir un procès équitable [pour les accusations de corruption,NdT], Mohammed aussi veut un procès équitable. Son destin me ronge de l'intérieur. Je veux le serrer contre moi et lui dire combien je suis fier de tout ce qu'il a fait pour Gaza et pour le peuple palestinien, sans faire de mal à Israël. S'il vous plaît, traitez Mohammed comme s'il était votre fils. »

 http://tlaxcala-int.org/upload/gal_21157.jpg

 

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://bit.ly/2BwydAg
Publication date of original article: 17/10/2019
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=27258

 

Tags: Mohammed El HalabiWorld VisionPrisonniers politiques palestiniensGaza assiégéePalestine/Israël
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.