TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 13/11/2019 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 LAND OF PALESTINE 
LAND OF PALESTINE / Naama Issachar, la routarde anonyme devenue héroïne nationale israélienne
Date of publication at Tlaxcala: 17/10/2019
Original: An anonymous backpacker turned Israeli Hero

Naama Issachar, la routarde anonyme devenue héroïne nationale israélienne

Gideon Levy جدعون ليفي גדעון לוי

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Un nouveau Gilad Shalit est né : Naama Issachar. Une routarde israélienne malchanceuse, qui a été trouvée en possession d'une drogue qui a fait d'elle la victime d'un complot international. Elle est devenue notre dernière héroïne nationale.

 Née aux USA, Naama Issachar a émigré en Israël à l'âge de 16 ans. Volontaire dans l’armée israélienne où elle a servi dans une unité de combat et de renseignement, elle est, comme c’est la tradition, partie se changer les idées en Inde après ses trois ans de service. Elle a été condamnée à 7 ans et demi de prison en Russie en avril dernier, après la découverte dans son bagage de 10 grammes de marihuana, alors qu’elle était en transit vers Tel-Aviv à Moscou, de retour d’un séjour de 3 mois en Inde. Des négociations seraient en cours pour l'échanger contre un hacker russe détenu en Israël, dont les USA demandent l'extradition. La campagne pour sa libération sur les médias sociaux insiste sur son statut de "soldate", ce qu'elle n'est plus... [NdT]

Il y a un moment, personne ne se serait soucié de ce qui lui est arrivé, bien qu'elle pourrisse dans une prison russe depuis quelques mois ; dans un moment, quand les médias se désintéresseront et passeront au héros suivant, elle sera oubliée.

En attendant, c'est notre girl, elle nous appartient à tous. « Doigts croisés pour Naama », « l'armée des amis de Naama », « le centre de crise pour Naama », Naama est épuisée, Naama pleure, Naama rêve, Naama espère, Naama, Naama, Naama tout le temps. Le président et le premier ministre rivalisent pour savoir qui se soucie le plus d'elle. Le rassemblement pour sa libération est déjà en cours d'organisation [il est prévu pour le 19 octobre, NdT].

C’est censé être émouvant et réconfortant. Solidarité, fraternité, tous pour un. Il est difficile d’imaginer un autre pays où une routarde anonyme qui a été punie plus qu'elle ne le méritait devient une héroïne nationale, sans même être prisonnière de guerre dans un pays ennemi.

Israël aime les héros momentanés comme celle-ci, sur lesquels il peut déverser tout ce qui est horriblement absent ici au jour le jour. Il n'y a pas vraiment de solidarité avec les faibles, en fait, il n'y a presque pas de solidarité du tout. Allez dans la rue, au centre commercial, dans un parking, conduisez sur les routes, faites la queue et voyez le manque de considération pour les autres, tous les autres, la violence, la rage et même la haine qui coulent et bouillonnent de partout.

Personne n'est le pigeon de personne, donc personne ne sera prévenant envers personne d'autre. Nous conduirons sauvagement, nous nous garerons comme bon nous semble, nous jetterons des ordures où nous voulons, nous couperons la file, nous piraterons embouteillages. Pourquoi pas ? Quelqu'un vous doit quelque chose ? Mais pour Naama, nous sommes des héros. Pour elle, il suffit de soupirer, d'espérer et de prier. Le cœur se réchauffe, le Yiddishkeit déborde, la fierté nationale monte en flèche. Nous sommes incomparables.

Mais dans une société qui écrase et abandonne les faibles, où la considération de l'autre n'est que pour les nuls, on ne peut pas vraiment être ému par une solidarité forgée du genre de celle exprimée envers Naama Issachar.

Nous l'aimons aussi parce qu'elle nous apporte ce sentiment le plus agréable, le plus émouvant, le sentiment de la victime, que nous aimons tant. Vous n'êtes pas obligé de le dire à haute voix, mais c'est là, dans les recoins du discours public : Issachar a été arrêtée parce qu'elle est juive. Elle est victime d'antisémitisme. Les Russes la maltraitent parce que l'Holocauste ne leur a pas suffi. Le monde entier est contre nous. Et c'est ainsi que notre cœur bat pour elle et son destin amer. Cela n'arriverait jamais à la fille d'un autre peuple. Seulement à nous. Et nous ne méritons pas ça, nous méritons le moins que l'on puisse faire. Après tout ce qu'on a traversé. C'est le sous-texte de tout ce verbiage sur Naama.

Ce qui n'est dans aucun sous-texte, aucune prise de conscience, ce sont toutes les Naama que avons nous-mêmes créées. Ceux qui pourrissent en prison ici, après avoir été condamnés à des peines follement disproportionnées par rapport à leurs actions, dans certains cas où aucun crime n'a même été commis. La peine disproportionnée infligée à Issachar est humaine et bienveillante par rapport à certaines des peines prononcées par les tribunaux militaires en Cisjordanie, par exemple.

Dans ce contexte, on ne peut pas non plus ne pas le dire : Un pays qui emprisonne environ 1 000 enfants par an, dont certains ont moins de 12 ans, qui détient à tout moment plus de 400 "détenus administratifs" (personnes emprisonnées sans procès, sans inculpation, sans possibilité de défense, sans aucune chance de justice) et qui reste silencieux, sans solidarité avec les victimes et presque sans protestation en leur nom - un tel pays n'a aucun droit moral à se plaindre de la Russie, de son système judiciaire déformé et à dénoncer l'injustice dont Naama, sa chérie, fait les frais. Naama Issachar est une prisonnière politique. Les prisons russes en sont remplies. Mais ouvrez les yeux : nos prisons en regorgent aussi, par milliers.

 

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://bit.ly/31oLmpV
Publication date of original article: 17/10/2019
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=27230

 

Tags: Naama IssacharHéros nationaux israéliensIsraël-RussiePalestine/Israël
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.