TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 18/11/2019 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 ABYA YALA 
ABYA YALA / Amazonie : les incendiaires crient au feu
Date of publication at Tlaxcala: 07/09/2019
Original: Amazzonia, gli incendiari gridano al fuoco
Translations available: English  Español  Português/Galego  Türkçe 

L'Art de la Guerre
Amazonie : les incendiaires crient au feu

Manlio Dinucci Μάνλιο Ντινούτσι مانلیو دینوچی مانليو دينوتشي

Translated by  Marie-Ange Patrizio

 

Devant la propagation des incendies en Amazonie, le Sommet du G7 a changé son ordre du jour pour “affronter l’urgence”. 

Les Sept -France, Allemagne, Grande-Bretagne, Italie, Japon, Canada et USA- ont joué, avec l’Union européenne, le rôle de pompiers planétaires. Le président Macron, en habit de chef pompier, a lancé l’alarme : “notre maison est en flammes”. Le président Trump a promis le plus grand engagement usaméricain dans le travail d’extinction. 

Les projecteurs médiatiques se concentrent sur les incendies au Brésil, laissant dans l’ombre tout le reste. Avant tout le fait que la destruction ne touche pas seulement la forêt amazonienne (aux deux tiers brésilienne), réduite en 2010-2015 de presque 10 mille km22 par an, mais aussi les forêts tropicales d’Afrique équatoriale et d’Asie du sud-est. Les forêts tropicales ont perdu, en moyenne chaque année, une superficie équivalente à celle du Piémont, de la Lombardie et de la Vénétie. Bien qu’avec des conditions différentes d’une zone à l’autre, la cause fondamentale est la même : l’exploitation intensive et destructive des ressources naturelles pour obtenir le plus grand profit.



Déforestation dans le Mato Grosso  

En Amazonie on abat les arbres pour en tirer du bois précieux destiné à l’exportation. Ces terrains très fragiles, une fois dégradés, sont abandonnés et ainsi de nouvelles zones se déforestent. La même méthode destructive est adoptée, provoquant de graves dommages environnementaux, pour exploiter les gisements amazoniens d’or, diamant, bauxite, zinc, manganèse, fer, pétrole, charbon. La construction d’immenses bassins hydroélectriques, destinés à fournir de l’énergie pour les activités industrielles, contribue aussi à la destruction de la forêt amazonienne 

L’exploitation intensive et destructrice de l’Amazonie est pratiquée par des compagnies brésiliennes, fondamentalement contrôlées -à travers des participations actionnariales, des mécanismes financiers et des réseaux commerciaux- par les plus grands groupes multinationaux et financiers du G7 et d’autres pays. 



Élevage pirate dans la Forêt nationale du  Jamanxim, dans le Pará

Par exemple JBS, qui possède au Brésil 35 sites de production de viandes où sont abattus 80 mille bovins par jour, a d’importants sièges aux USA, au Canada et en Australie, et est largement contrôlé via des quotas de dette par les groupes financiers créditeurs : JP Morgan (USA), Barclays (GB) et les groupes financiers de Volkswagen et Daimler (Allemagne).  Marfrig, au deuxième rang après JBS, appartient à 93% à des investisseurs usaméricains, français, italiens et d’autres européens et nordaméricains. 

La plus grande raffinerie d'aluminium du monde, Hydro Alunorte,à  Barcarena, dans le Pará, a été obligée de cesser son activité en  2018

 

La Norvège, qui aujourd’hui menace le Brésil de rétorsions économiques pour la destruction de l’Amazonie, provoque en Amazonie des graves dégâts environnementaux et sanitaires avec son propre groupe multinational Hydro (pour moitié de propriété publique) qui exploite les gisements de bauxite pour la production d’aluminium, si bien qu’il a été mis sous enquête au Brésil. 

Les gouvernements du G7 et d’autres, qui aujourd’hui critiquent formellement le président brésilien Bolsonaro pour se donner bonne conscience face à la réaction de l’opinion publique, sont les mêmes qui en ont favorisé son ascension au pouvoir pour que leurs multinationales et leurs groupes financiers aient les mains encore plus libres dans l’exploitation de l’Amazonie.

Les communautés indigènes, dans les territoires desquelles se concentrent les activités illégales de déforestation, sont les premières à être attaquées. Sous les yeux de Tereza Cristina, ministre de l’Agriculture de Bolsonaro, dont la famille de latifondiaires a une longue histoire d’occupation frauduleuse et violente de terres de communautés indigènes.

L'arbre de vie brûle, par Ahmed Falah

 

 

 





Courtesy of voltairenet
Source: https://ilmanifesto.it/amazzonia-gli-incendiari-gridano-al-fuoco/
Publication date of original article: 03/09/2019
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=26942

 

Tags: AmazonieG7DéforestationTransnationalesBrésilAbya Yala
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.