TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 15/10/2019 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 ASIA & OCEANIA 
ASIA & OCEANIA / Hong Kong, Cachemire : un conte de deux occupations
Date of publication at Tlaxcala: 14/08/2019
Original: Hong Kong, Kashmir: a Tale of Two Occupations
Translations available: Português/Galego  Italiano  Español 

Hong Kong, Cachemire : un conte de deux occupations

Pepe Escobar Пепе Эскобар

 

Des lecteurs d’une myriade de latitudes m’ont posé des questions sur Hong Kong. Ils savent que j'y ai vécu. J’ai développé une relation complexe et multiforme avec Hong Kong depuis la rétrocession de 1997, dont j’ai beaucoup parlé. Pour l’instant, si vous me le permettez, je préfère aller droit au but.

Au grand dam des néoconservateurs et des impérialistes humanitaires, il n’y aura pas de répression sanglante de la Chine continentale contre les manifestants à Hong Kong – un Tiananmen 2.0. Pourquoi ? Parce que ça n’en vaut pas la peine.

Pékin a clairement identifié la provocation à la révolution de couleur inhérente aux protestations – le NED excellant en tant que programme de la CIA, facilitant l’expansion des cinquièmes colonnes, même dans la fonction publique.

Il y a d’autres éléments, bien sûr. Le fait que les Hongkongais ont raison d’être en colère contre ce qui est de facto une oligarchie du Tycoon Club qui contrôle chaque recoin de l’économie. La réaction locale contre « l’invasion du continent ». Et la guerre culturelle incessante des cantonais contre Pékin, du nord contre le sud, de la province contre le centre politique.

Ce qui a accéléré ces protestations, c’est la conviction de Pékin que Hong Kong ne mérite pas sa confiance en tant que nœud clé du projet d’intégration et de développement massif de la Chine. Pékin a investi pas moins de 18,8 milliards de dollars dans la construction du pont Hong Kong-Zhuhai-Macau, qui fait partie de la zone de la Grande Baie, pour intégrer Hong Kong au continent, et non pour le repousser.

Maintenant, une bande d’idiots utiles a au moins prouvé graphiquement qu’ils ne méritent plus aucune sorte de traitement préférentiel.

La grande histoire à Hong Kong n’est même pas les protestations sauvages et contre-productives (imaginez si c’était en France, où l’armée de Macron mutile et même tue des Gilets Jaunes). La grande histoire, c’est celle de la consommatrice de pourriture HSBC, qui a tous les ingrédients du nouveau scandale de la Deutsche Bank.

HSBC détient 2,6 billions de dollars d’actifs et une horde intergalactique de cafards dans son sous-sol – posant de sérieuses questions sur le blanchiment d’argent et les transactions douteuses menées par les élites turbo-capitalistes mondiales.

En fin de compte, Hong Kong sera laissée à ses propres dispositifs de corrosion interne – se dégradant lentement jusqu’à son statut final de Disneyland chinois sordide avec un revêtement occidental. Shanghai est d’ores et déjà en passe de devenir la première place financière chinoise. Et Shenzhen est déjà le centre high-tech par excellence. Hong Kong ne sera qu’une réflexion après coup.

Préparez-vous à un retour de flamme

Tandis que la Chine identifiait « Occupy Hong Kong » comme un simple complot instrumentalisé et instillé par l’Occident, l’Inde, pour sa part, a décidé d’opter pour l’occupation complète au Cachemire.

Le couvre-feu a été imposé dans toute la vallée du Cachemire. Internet a été coupé. Tous les politiciens cachemiriens ont été arrêtés. En fait, tous les Cachemiris – loyalistes (à l’Inde), nationalistes, sécessionnistes, indépendantistes, apolitiques – ont été qualifiés d’ennemis. Bienvenue dans la « démocratie » indienne sous le crypto-fasciste Hindutva.

« Jammu-et-Cachemire », comme nous le savons, n’est plus. Ce sont maintenant deux entités distinctes. Le Ladakh géologiquement spectaculaire sera administré directement par New Delhi. Le retour de flamme est garanti. Des comités de résistance voient déjà le jour.

Au Cachemire, le retour en arrière sera encore plus important parce qu’il n’y aura pas d’élections de sitôt. New Delhi ne veut pas de ce genre de nuisance – comme dans les relations avec des représentants légitimes. Il veut tout contrôler, point final.

Depuis le début des années 1990, je me suis rendu à plusieurs reprises des deux côtés du Cachemire. La partie pakistanaise se sent comme le Cachemire Azad (« libre »). La partie indienne occupe indubitablement le Cachemire. Cette analyse permet de dépeindre ce que signifie vivre au Cachemire occupé par l’Inde.

En Inde, des sous-fifres du BJP crient que le Pakistan a « illégalement » désigné le Gilgit-Baltistan – ou les régions du Nord – comme une zone administrée par le gouvernement fédéral. Il n’y a rien d’illégal là-dedans. Je faisais un reportage au Gilgit-Baltistan à la fin de l’année dernière, le long du corridor économique Chine-Pakistan (CPEC). Personne ne se plaignait d’une quelconque « illégalité ».

Le Pakistan a officiellement déclaré qu’il « applique toutes les options possibles pour contrer les mesures illégales de l’Inde au Cachemire« . C’est extrêmement diplomatique. Imran Khan ne veut pas d’affrontement – même s’il sait pertinemment que Modi cède aux fanatiques hindouistes, visant à transformer une province à majorité musulmane en une province à majorité hindoue. Toutefois, à long terme, quelque chose d’inévitable ne manquera pas d’émerger – fragmenté, comme une guérilla ou comme un front uni.

Bienvenue à l’Intifada du Cachemire.



Maarten Wolterink

 





Courtesy of Réseau International
Source: https://bit.ly/2KInC9P
Publication date of original article: 07/08/2019
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=26799

 

Tags: Hong KongChineCachemireIndePakistan
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.