TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 18/08/2019 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 ASIA & OCEANIA 
ASIA & OCEANIA / Une ville reculée devient la première au Népal à mettre fin à la pratique du chhaupadi, le bannissement menstruel pour les femmes
Date of publication at Tlaxcala: 01/08/2019
Original: Remote town becomes first in Nepal to end practice of isolating women during periods

Une ville reculée devient la première au Népal à mettre fin à la pratique du chhaupadi, le bannissement menstruel pour les femmes

Joe Wallen

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Un district reculé de l'ouest du Népal est devenu le premier du pays à éradiquer la pratique illégale consistant à bannir les femmes et les filles dans des huttes isolées quand elles ont leurs règles.

 

Malgré l'interdiction officielle de la superstition hindoue séculaire, connue sous le nom de chhaupadi*, il est encore courant que les femmes et les filles des zones rurales soient envoyées dans les refuges isolés.

En février dernier, une jeune fille de 17 ans a suffoqué après avoir allumé un feu pour se réchauffer dans la cabane sans fenêtre, quelques semaines seulement après qu'une mère et ses deux jeunes fils étaient mortes dans des circonstances similaires.

Ces décès ont provoqué un tollé énorme et une enquête parlementaire.

Dhan Bahadur Bista, maire de Bungal, le district qui s'est maintenant débarrassé des huttes, a déclaré au Telegraph qu'un programme d'initiatives d'une décennie, comprenant des programmes d'éducation et la création d'une organisation pour défendre les jeunes filles, était derrière ce succès.

L'organisation, Kishori Sanjhal a organisé régulièrement des pièces de théâtre de rue et a éduqué les habitants sur les menstruations et les dangers de bannir les femmes et les filles dans des cabanes isolées et souvent gelées.

M. Bista vient d'une région où les femmes ne sont pas obligées de quitter leur foyer pendant leurs règles.

« C'était simplement pour faire passer le message que cette vieille tradition devait être abandonnée », a-t-il dit. « Je suis sûr que le fait que nos gens ne pratiquent pas cette tradition aura un plus grand impact sur les femmes ».

La pratique du bannissement des femmes découle d'une ancienne superstition hindoue selon laquelle les périodes sont une malédiction. Lorsqu'une fille a ses premières règles, elle est envoyée dans un hangar délabré - généralement utilisé pour y garder des vaches ou d'autres animaux - pendant 14 jours.

Pendant ce temps, il lui est interdit de quitter la cabane et elle doit s'abstenir de toucher les membres de sa famille. Après cela, elle est bannie pour la durée de ses règles.

Il est également interdit aux filles d'aller à l'école ou au temple tous les mois. La viande et les produits laitiers  leur sont également interdits.

« Le chhaupadi est une forme extrême d'humiliation des femmes durant leurs périodes », dit Sunita Tiwari de l'organisation caritative ActionAid au Népal.

« Le chhaupadi a sérieusement maintenu les femmes et les filles au Népal dans la soumission. Il est soutenu par des normes sociales inacceptables qui dictent que le corps des femmes et des filles est la propriété des hommes, quelque chose qui peut être maltraité et contrôlé », ajoute-t-elle 

D'innombrables femmes sont mortes dans les huttes glacées au fil des ans - l'asphyxie est courante alors que les femmes allument des feux dans un effort désespéré pour se tenir chaud. D'autres femmes et filles sont mortes de morsures de serpent.

La sécurité est également une préoccupation majeure et des femmes ont déclaré avoir été violées alors qu'elles étaient isolées.

« Notre objectif était simple : dire à nos filles et à tout le monde qu'elles avaient la liberté d'aller ou non à la cabane. Je pense que nous avons gagné », a déclaré M. Bista.

'Arun Budhathoki a contribué à ce reportage

NdT

* Le mot chaupadi est dérivé de deux mots hindous : chau, qui signifie menstruation, et padi, qui signifie femmes ; ce terme est principalement utilisé dans le district d'Achham. D'autres termes sont utilisés pour décrire cette pratique dans différentes parties du Népal : chhue et bahirhunu dans le district de Dadeldhura, et chaukulla ou chaukudi dans le district de Bajhang, où se trouve la ville de Bungal.

Photos ci-dessus de Navesh Chitrakar / REUTERS 2014

Liste de femmes mortes durant leur bannissement menstruel au Népal

(Source: The Kathmandu Post, février 2019)

 

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://bit.ly/2LFLzkW
Publication date of original article: 24/07/2019
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=26683

 

Tags: ChhaupadiBannissement menstruelFemmes népalaisesDiscrimination des femmesNépalBungal
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.