TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 25/08/2019 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 UNIVERSAL ISSUES 
UNIVERSAL ISSUES / Les travailleurs d'Amazon marquent le Prime Day par des grèves et manifestations
Date of publication at Tlaxcala: 16/07/2019
Original: Amazon workers are celebrating Prime Day with a protest

Les travailleurs d'Amazon marquent le Prime Day par des grèves et manifestations

Emily Stewart

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Amazon doit faire plus que payer un salaire minimum de 15 $ pour rendre ses travailleurs heureux.

Le 15 juillet 2019, à New York, des manifestants ont laissé des cartons Amazon par terre devant un magasin Amazon situé sur la 34e rue. Amazon a été confronté à beaucoup de protestations ces derniers temps. Kevin Hagen/Getty Images

Les magasiniers d'Amazon au Minnesota sont en grève pendant l'une des plus grosses journées de vente de l'année de l'entreprise, le Prime Day. Ils exigent que l'entreprise assouplisse les quotas de productivité, convertisse davantage de travailleurs temporaires en employés d'Amazon et fasse davantage pour remédier aux blessures au travail.

Les travailleurs de Shakopee, Minnesota, qui est à environ 40 km au sud-ouest de Minneapolis, sont en grève pendant six heures et organisent un rassemblement l'après-midi devant l'entrepôt d'Amazon lundi, le premier des deux jours de rabais exceptionnels. La grève, dont Bloomberg a fait état la semaine dernière, n'aura probablement pas beaucoup d'impact sur les activités d'Amazon - qui a plus de 100 entrepôts aux USA - mais c'est encore un autre exemple de la volonté accrue des soutiers des grandes entreprises technologiques de dénoncer leurs employeurs. Cela indique également que la promesse faite par Amazon l'an dernier de payer un salaire minimum de 15 $ [=13€]n'est pas suffisante pour rendre ses employés heureux une bonne fois pour toutes.

« Ces emplois devraient être sûrs, fiables et les gens devraient pouvoir compter dessus », a déclaré William Stolz, un travailleur en grève à l'entrepôt Shakopee d'Amazon, à Recode. Stolz, 24 ans, est picker (ramasseur, collecteur) à l'usine et y travaille depuis deux ans. « C'est très stressant mentalement ; c'est très stressant physiquement « , dit-il au sujet du travail.

Comme l'a fait remarquer Alexia Fernández Campbell sur Vox la semaine dernière, les magasiniers, qui « se plaignent depuis longtemps des conditions punitives de travail dans les centres d'exécution d'Amazon, sont mécontents de la décision récente de l'entreprise d'offrir des livraisons en un jour aux clients Prime » car cela ne manquera pas d'augmenter la pression et la vitesse de travail.

Les organisateurs ont estimé que plus de 100 travailleurs feraient la grève, mais le nombre réel de participants n'est pas clair. Les ouvriers d'entrepôt en grève sont rejoints par une poignée d'ingénieurs d'Amazon qui viendront par avion de Seattle pour participer à l’action. Parmi eux, Weston Fribley, un ingénieur en logiciel qui a été l'un des organisateurs d'une campagne de pression des employés d'Amazon pour mettre en œuvre un plan sur le changement climatique. L'initiative a échoué lors d'un vote des actionnaires en mai.

« Nous considérons que ces questions sont très étroitement liées. À la base, les employés d'Amazon n'ont pas leur mot à dire dans les décisions qui affectent leur vie et leur travail », a déclaré Fribley à Recode. « Je pense que les travailleurs du Minnesota et nous-mêmes, qui travaillons pour la justice climatique - je pense que nous comprenons que pour voir toutes ces améliorations se produire chez Amazon, nous devrons tous travailler ensemble ».

L’Awood Center, un organisme communautaire pour les travailleurs du Minnesota d'origine est-africaine, est le fer de lance de la grève de lundi. Le groupe a aidé les travailleurs d'Amazon à s'engager dans l'activisme auparavant - l'année dernière, ils ont obtenu d'Amazon qu'elle réduise la charge de travail pendant que les travailleurs musulmans jeûnaient pour le ramadan et ont convaincu l'entreprise de créer un espace de prière dédié aux employés. Les travailleurs du Minnesota ont été les premiers à s'asseoir et à discuter des conditions de travail avec la direction d'Amazon, et ils poussent toujours l'entreprise à s'améliorer.

« Nous voyons que nos combats sont plus forts ensemble », a déclaré Abdirahman Muse, directeur exécutif de l’ Awood Center, à Bloomberg la semaine dernière. Au-delà de l'Awood Center, le syndicat Service Employees International Union, les Teamsters (syndicat des transports) et la section du Minnesota du Council on American-Islamic Relations appuient la grève.

Stolz a dit que certains travailleurs qui avaient prévu de faire la grève semblaient avoir été "effrayés" http://tlaxcala-int.org/upload/gal_20656.jpgpar quelque chose et avaient décidé de ne pas faire grève, bien qu'il ne soit pas sûr de ce qui s'était passé. « Nous n'avons pas une majorité de travailleurs, mais nous avons décidé d'aller avec les travailleurs que nous avons qui sont prêts à prendre position au Prime Day, parce qu'il n'est pas nécessaire que tout le monde soit dans le coup pour envoyer un message fort », a dit Stolz à Recode.

À un certain niveau, la grève fonctionne ; elle attire l'attention nationale, y compris celle des candidats démocrates à la présidence en 2020, les sénateurs Elizabeth Warren (D-MA) et Bernie Sanders (I-VT). Dans le passé, les deux politiciens ont spécifiquement ciblé Amazon par des critiques.

    Je soutiens pleinement la grève des travailleurs d'Amazon pour le Prime Day. Leur lutte pour des emplois sûrs et fiables nous rappelle une fois de plus que nous devons nous unir pour demander des comptes aux grandes entreprises. https://t.co/ZkDDt9zeHv

    - Elizabeth Warren (@ewarren) 15 juillet 2019

    Un salaire plus élevé n'est qu'une des composantes de la lutte pour les droits des travailleurs. Les travailleurs d'Amazon méritent des conditions de travail sûres, des horaires équitables et des exigences de production raisonnables. Je suis aux côtés des travailleurs d'Amazon MSP1 au Minnesota et de leur grève #PrimeDayAmazon ! https://t.co/zmCUCpc0F1

    - Bernie Sanders (@BernieSanders) 15 juillet 2019

Une grève pour le Prime Day est apparemment une première pour les magasiniers usaméricains d’Amazon . En Europe, cependant, les grèves d'Amazonie arrivent souvent. Pour Fernández Campbell :

La grève prévue est un geste audacieux pour les magasiniers usaméricains qui, à la différence de leurs collègues européens, n'ont jamais organisé d'arrêt de travail lors d'une grande manifestation commerciale. En novembre, le Vendredi noir, les travailleurs des entrepôts Amazon en Espagne, en Allemagne et en France ont organisé des grèves et des manifestations en Italie et au Royaume-Uni. Une grève aux USA, où les travailleurs d'Amazon ne sont pas encore syndiqués, montre à quel point certains employés sont devenus frustrés et désespérés.

Lundi, les travailleurs d'Amazon en Allemagne sont également en grève pour exiger de meilleurs salaires. 3Si nos collègues de travail voient ce qui se passe ici et certains des succès qui en ont découlé... il sera plus efficace à mesure qu'un plus grand nombre de nos collègues se joindront à nous », a dit Fribley.

La porte-parole d'Amazon, Julie Law, a déclaré à Recode dans un courriel que l'Amazon Prime Day est devenu « une occasion pour nos détracteurs, y compris les syndicats, de sensibiliser les gens à leur cause ». Elle a également mis en avant le salaire horaire minimum de 15 $ d'Amazon et les avantages sociaux que l'entreprise offre à ses employés.

« Si ces groupes - les syndicats et les politiciens qu'ils rallient à leur cause - veulent vraiment aider les travailleurs américains, nous les encourageons à concentrer leur énergie sur l'adoption d'une loi visant à augmenter le salaire minimum fédéral, car 7,25 $, c'est trop peu », a-t-elle dit.

Le PDG d'Amazon, Jeff Bezos, a annoncé l'automne dernier que l'entreprise commencerait à payer ses employés 15 $ l'heure. De nombreux critiques de l'entreprise, dont le sénateur Sanders, se sont félicités de cette décision, bien que Sanders ait continué à attaquer l'entreprise sur le plan des conditions de travail. (L'année dernière, il a baptisé un projet de loi Bezos, visant ce que l'on appelle le "bien-être des entreprises".) Même l'ancien vice-président Joe Biden, un candidat plus modéré dans la course de 2020, a critiqué Amazon.

    Je n'ai rien contre Amazon, mais aucune entreprise tirant des milliards de dollars de profits ne devrait payer un taux d'imposition inférieur à celui des pompiers et des enseignants. Nous devons récompenser le travail, pas seulement la richesse. https://t.co/R6xaN3vXGT

    - Joe Biden (@JoeBiden) 13 juin 2019

 

Les travailleurs d’entreprises technologiques sont de plus en plus disposés à dénoncer leurs employeurs

La grève de lundi est le dernier exemple d'une tendance croissante des travailleurs de la technologie à parler publiquement de leurs désaccords avec leurs employeurs, tant sur les questions d'éthique que sur les politiques sur le milieu de travail. Jason Del Rey, de Recode, avait noté plus tôt cette année :

    En avril dernier, des milliers d'employés de Google ont signé une lettre protestant contre le travail de l'entreprise pour le Pentagone. En novembre, plus de 20 000 employés de Google ont participé à un débrayage organisé à la suite d'un rapport explosif selon lequel la direction de l'entreprise avait versé 90 millions de dollars à un cadre supérieur qui avait été exclu en raison de plaintes pour inconduite sexuelle.

    Les employés d'Amazon ont également interpellé la direction au cours de la dernière année sur des questions allant du manque de diversité au sein de son conseil d'administration à la vente de son logiciel de reconnaissance faciale à la police.

Et parfois, les travailleurs obtiennent des résultats, comme les travailleurs d’Amazon au Minnesota l'ont fait dans le passé. Ils attirent certainement l'attention : Lundi, le hashtag #PrimeDayAmazon s’est fait viral sur Twitter. Mais les gens gazouillaient aussi sur #AmazonStrike et encourageaient les consommateurs à boycotter les ventes du Prime Day en signe de solidarité pour les travailleurs.

Lire aussi

« Amazon offre ces rabais aux clients aux dépens de salaires » : dans le monde entier, des employés en grève

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://www.vox.com/recode/2019/7/15/20695342/amazon-workers-strike-minnesota-prime-day-mn
Publication date of original article: 15/07/2019
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=26544

 

Tags: Grève Prime Day d'AmazonTravailleurs US d'AmazonLuttes de travailleursEntreprises mondiales
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.