TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 20/10/2019 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 USA & CANADA 
USA & CANADA / Désormais les demandeurs de visas pour les USA doivent fournir des informations sur leurs comptes de médias sociaux
Date of publication at Tlaxcala: 17/06/2019
Original: U.S. requiring social media information from visa applicants

Désormais les demandeurs de visas pour les USA doivent fournir des informations sur leurs comptes de médias sociaux

Sandra E. Garcia

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Les demandeurs de visa pour les USA sont tenus de soumettre toute information sur les comptes de médias sociaux qu'ils ont utilisés au cours des cinq dernières années en vertu d'une politique du département d'État qui est entrée en vigueur vendredi 31 mai.



Hello, Mister Kafka

De tels renseignements sur les comptes permettrOnt au gouvernement d'avoir accès aux photos, aux lieux, aux dates de naissance, aux dates d'étapes importantes et à d'autres données personnelles couramment partagées sur les médias sociaux.

« Nous demandons déjà à tous les demandeurs de visa certaines informations de contact, les antécédents de voyage, les informations sur les membres de la famille et les adresses précédentes », a déclaré le département d'État dans un communiqué. « Nous travaillons constamment à trouver des mécanismes pour améliorer nos processus de filtrage afin de protéger les citoyens américains, tout en appuyant les voyages légitimes aux États-Unis ».

En mars 2017, le président Trump a demandé au secrétaire d'État, au procureur général, au secrétaire à la Sécurité intérieure et au directeur du renseignement national de mettre en place « une base uniforme pour le filtrage et le contrôle des normes et procédures » , selon une note publiée dans le Federal Register, le Journal officiel US. Exiger des informations sur les comptes de médias sociaux des demandeurs de visa faisait partie du paquet.

Il s'agit d'un pas de plus par rapport à une mesure prise en septembre 2017, dans laquelle le département de la Sécurité intérieure proposait et promulguait un règlement exigeant la surveillance de l'utilisation des médias sociaux par tous les immigrants, y compris les citoyens naturalisés. Sous le gouvernement Obama, le département d'État a commencé à demander aux demandeurs de visa de soumettre volontairement leurs informations de médias sociaux.

« Cela semble s'inscrire dans le même effort de surveillance extraordinairement large des citoyens et des non-citoyens », a déclaré Elora Mukherjee, directrice de la Clinique des droits des immigrants de la faculté de droit de Columbia, dimanche, au sujet des derniers développements. « Vu l'ampleur des efforts de surveillance, il est difficile de trouver une base rationnelle pour la vaste surveillance que le Département d'État et le Département de la sécurité intérieure exercent depuis presque deux ans ».

L'exigence supplémentaire pourrait dissuader les demandeurs de visa, qui pourraient y voir un obstacle psychologique à l'entrée aux USA.

« Il s'agit d'une proposition dangereuse et problématique, qui ne fait rien pour protéger les préoccupations en matière de sécurité, mais qui soulève d'importantes préoccupations en matière de protection de la vie privée et de premier amendement pour les citoyens et les immigrants », a déclaré dimanche Hina Shamsi, directrice du projet sécurité nationale de l'American Civil Liberties Union. « Les recherches montrent que ce type de surveillance a des effets dissuasifs, ce qui signifie que les gens sont moins susceptibles de parler librement et de se connecter entre eux dans les communautés en ligne qui sont maintenant essentielles à la vie moderne ».

La toile des médias sociaux est aujourd'hui une carte de nos contacts, associations, habitudes et préférences. Ce genre d'exigence entraînera des soupçons quant à la surveillance des voyageurs et de leurs réseaux d'amis, de familles et d'associés, a dit Mme Shamsi, ajoutant que le gouvernement n'avait pas expliqué comment il utiliserait cette information.

De plus, le gouvernement n'a pas été en mesure de prouver que les médias sociaux peuvent fournir des indications fiables permettant d'identifier une menace pour la sécurité, a-t-elle dit.

« En l'absence de tels indicateurs, ce que nous avons vu dans le pays et à l'étranger, ce sont des représentants du gouvernement qui pénalisent la parole, l'appartenance religieuse et d'autres comportements des gens », a-t-elle dit.

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://www.nytimes.com/2019/06/02/us/us-visa-application-social-media.html
Publication date of original article: 02/06/2019
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=26290

 

Tags: Visas pour les USATrumplandUSA
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.