TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 22/07/2019 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 LAND OF PALESTINE 
LAND OF PALESTINE / Notes de Gaza : Quand donc la mort cessera-t-elle de tomber du ciel ?
Une femme de Gaza raconte un week-end de peur
Date of publication at Tlaxcala: 07/05/2019
Original: Notes from Gaza: When will death stop falling from our skies?
A Gazan woman's personal account of a weekend of fear


Notes de Gaza : Quand donc la mort cessera-t-elle de tomber du ciel ?
Une femme de Gaza raconte un week-end de peur

Rima Fathi ريما فتحي

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Notre maison n'arrête pas de vaciller. J'entends des explosions constantes. Mon cœur bat la chamade

Alors que j’étais au lit pour suivre l'actualité de Gaza sur les médias sociaux, le haut-parleur de la mosquée près de ma maison familiale a crié des mots et des expressions, dont le mot "Qamar", lune. Au début, je pensais qu'ils annonçaient l'apparition du croissant de lune du Ramadan et le début du jeûne lundi. Soudain, mon frère est entré en courant en criant aussi fort qu'il le pouvait : « Ouvrez les fenêtres, ouvrez les fenêtres ». Mon deuxième frère a appelé les voisins pour qu'ils ouvrent leurs fenêtres et leurs portes : « Ils vont bombarder Burj al-Qamar ».

Burj al-Qamar, la Tour de la Lune, se trouve à 120 mètres au sud-est de notre maison, près du jardin de Barcelone, dans un quartier appelé Tal al-Hawa, au sud de la ville de Gaza. Des dizaines de personnes, dont des bébés, des femmes et des personnes âgées, vivent dans l'immeuble de 10 étages.

J'ai sauté du lit et je suis allée voir mon père dans sa chambre. Je savais dans mon cœur que rien ne pouvait nous protéger de la mort descendant du ciel.

Mon père a fait ce qu’il a pu pour nous rassurer, moi, mes frères et ma mère, en essayant de repousser le monstre de la terreur et de nous faire sentir en sécurité. En mon for intérieur, je me demandais d'où pourrait venir la sécurité quand des dizaines de drones, que nous appelons "zenana" [bourdons], des hélicoptères et des jets F-16 volent dans le ciel de Gaza jour et nuit, comme des corbeaux en quête de destruction.

Des dizaines de personnes du quartier se sont rassemblées à  Burj al-Qamar. Un officier des forces d'occupation israéliennes a appelé un résident pour lui dire d'évacuer dans les deux minutes. Pendant ce temps, le zenana a tiré des coups de semonce, l'un après l'autre.

Un homme du service civil de secours et d'urgence est intervenu, a pris le téléphone portable et a demandé plus de temps à l'officier d'occupation, car la tour n'a pas d'ascenseur et il y a des bébés et des personnes âgées dont l'évacuation allait prendre du temps.

L'officier des FOI a demandé : « C'est toi, à côté du scooter ?" » Il a répondu oui, que c'était lui. L'officier a répondu : « Restez où vous êtes et criez. Demandez-leur d'évacuer rapidement ».  Il lui a demandé de dire aux gens rassemblés de se disperser, de peur qu’une roquette atterrisse au milieu d’ eux.

Pendant qu'ils parlaient, le zenana a tiré une roquette à côté de l'immeuble, pour que les gens s'éloignent. Un homme a pleuré à propos de ses chats, qu'il n'avait pas eu la chance d'emmener avec lui avant de s'enfuir de son appartement.

Environ 40 minutes se sont écoulées entre le premier coup de semonce du zenana et le rugissement des moteurs des F-16. Et puis, une explosion tonitruante. Mon voisin et moi nous sommes cachés sous une couverture. Nous avons senti le bâtiment trembler. J'ai entendu le bruit des briques qui tombaient partout. De la fenêtre de ma chambre, j'ai vu des dizaines de jeunes et d'enfants courir, crier et pleurer.

Avant que j'aie pu me calmer, j'ai appris qu'un avion de chasse israélien avait bombardé un bâtiment dans le quartier de Cheikh Zayed, au nord du camp de réfugiés de Jabaliya, au nord de la bande de Gaza. Quatre Palestiniens sont morts, dont un bébé de quatre mois et un garçon de 12 ans. Avant eux, cinq sont morts à Beit Lahia. Ces morts portent le nombre de martyrs depuis vendredi à 25.

Notre maison n'arrête pas de vaciller. J'entends des explosions constantes. Mon cœur bat la chamade. Je continue de poser la même question : Combien de temps devons-nous vivre dans l'ombre de l'enfer de l'occupation ? Quand la tuerie cessera-t-elle ? Quand la destruction cessera-t-elle ? Quand vivrons-nous en liberté ? Quand donc la mort cessera-t-elle de tomber du ciel ?

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://bit.ly/302kc8M
Publication date of original article: 06/05/2019
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=25984

 

Tags: Bombardements de GazaCrimes sionistesOccupation sionistePalestine/Israël
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.