TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 26/05/2019 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 AFRICA 
AFRICA / Après le Soudan, l’Algérie : vers un nouveau soulèvement arabe ?
Date of publication at Tlaxcala: 03/03/2019
Original: Is the next Arab uprising happening in plain sight?

Après le Soudan, l’Algérie : vers un nouveau soulèvement arabe ?

Marc Lynch

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Les protestations populaires montent en flèche au Maghreb, au Machrek et au Soudan. Qu'est-ce que cela signifie ?

 

Alger, 1er mars : deuxième vendredi de protestations contre un cinquième mandat de Bouteflika. Sur les affichettes auto-imprimées, un hashtag : #Salmiya (caractère pacifique). Des baltaguias (nervis), envoyés par la régime, ont tenté de faire déraper la marche, provoquant la mort de Hassan Benkhedda, fils de Benyoucef Benkhedda, le dernier chef du GPRA, déposé par les hommes de l'armée des frontières qui instaurèrent le régime au pouvoir depuis 57 ans. Photo Ryad Kramdi/AFP

La décision attribuée au président Abdelaziz Bouteflika de briguer un cinquième mandat en Algérie la semaine dernière a déclenché quelques-unes des plus grandes manifestations de l'histoire récente du pays. Les rassemblements massifs et pacifiques ont dépassé les attentes de la plupart des observateurs de l'Algérie et du Moyen-Orient au sens large* (sic). Les protestations se sont concentrées sur le rejet d'un cinquième mandat pour Bouteflika mais pourraient facilement évoluer vers des revendications plus larges.

Les troubles algériens ont éclaté dans l'ombre des protestations durant depuis plusieurs mois et très conséquentes au Soudan contre le président Omar Hassan al-Bashir, au pouvoir depuis 30 ans. Alors qu'elles étaient initialement considérées comme des protestations contre l’augmentation des  prix des denrées alimentaires, les protestations soudanaises se sont rapidement concentrées sur la répression politique et l'échec de la gouvernance de Bachir pendant des décennies. Les manifestations se sont étendues bien au-delà des circonscriptions habituelles, s'installant dans tout le pays et dans une grande variété de secteurs. La semaine dernière, M. Bashir a défié les informations selon lesquelles il ne chercherait pas à obtenir un nouveau mandat en 2020 en déclarant l'état d'urgence et en intensifiant la répression violente des manifestants.

L'éruption simultanée et la montée en puissance des protestations algériennes et soudanaises entraînent inévitablement des comparaisons avec les soulèvements arabes de 2011. L'Algérie et le Soudan pourraient-ils être le déclencheur d'une vague de protestation à l'échelle régionale comparable à celle déclenchée par la révolution tunisienne ? Ce n'est peut-être pas la bonne question.

Une femme soudanaise brandit une pancarte avec le slogan de la Révolution tunisienne, devenu viral du Maroc au Yémen : "Le peuple veut la chute du régime"   (Ach-cha'ab yurid isqat­ an-nidham)

La prochaine vague de soulèvements arabes est déjà en cours

L'Algérie et le Soudan font partie d'une série plus large de mouvements de protestation populaire qui ont touché plus d'un tiers des pays de la région au cours des deux dernières années. Pour la plupart, ces protestations sont des réponses à des problèmes économiques et de gouvernance similaires et non des preuves de diffusion au-delà des frontières. Les autocrates arabes ont passé les huit dernières années à essayer de recâbler les médias et la politique de la région pour empêcher précisément une telle diffusion.

Avant les soulèvements arabes, les analystes avaient tendance à sous-estimer les changements politiques révolutionnaires. Depuis ces événements perturbateurs, ils ont eu tendance à surestimer les bouleversements. Mais cela ne doit pas rassurer ceux qui ont soif de stabilité, ni trop décourager ceux qui cherchent le changement. Les défis politiques, économiques et sociaux auxquels sont confrontés aujourd'hui presque tous les régimes du Moyen-Orient sont d'autant plus grands qu'en 2011 - et les facteurs structurels permettant la contagion des manifestations restent puissants.

Les manifestations en Algérie et au Soudan sont loin d'être les premiers épisodes de troubles politiques au Moyen-Orient ces dernières années. L'été dernier, et à nouveau à l'automne, des protestations massives ont balayé le sud de l'Irak. D'importantes manifestations ont frappé la Tunisie, la Jordanie et l'Iran l'hiver dernier. Une série de manifestations similaires au Maroc, qui a débuté à l'automne 2016, a duré plusieurs mois.

Sept des 21 États (y compris l'Autorité palestinienne) membres de la Ligue Arabe ont donc connu un événement de protestation majeur au cours des dernières années. Des États brisés comme la Syrie, le Yémen et la Libye n'étaient guère candidats à des manifestations pacifiques en pleine guerre civile dévastatrice. Le Qatar et les Émirats arabes unis sont trop riches, trop petits et trop forts sur le plan intérieur pour faire face à toute perspective crédible de troubles intérieurs. La tentative de coup d'Etat ratée de la Turquie en juillet 2016 a créé une nouvelle dynamique intensément répressive qui a oblitéré  les possibilités de protestation. Selon la façon dont on compte, près de la moitié des États du Moyen-Orient ont déjà connu d'importantes protestations ces dernières années.

Ces protestations largement dispersées sont probablement sous-estimées en tant que tendance régionale parce qu'elles n'ont pas encore conduit au renversement d'un dirigeant retranché au pouvoir. Ce n'est pas la bonne façon de penser à l'importance des protestations. La mobilisation populaire remodèle la politique à tous les niveaux, qu'elle renverse ou non les régimes. D'autres indicateurs sont les nouvelles identités, les coalitions et les revendications politiques, la façon dont les régimes tentent de s'adapter et de réagir, la façon dont les attentes des possibilités politiques changent et la façon dont les termes du discours politique évoluent.

Pourquoi les protestations nationales ne sont-elles pas devenues des protestations régionales ?

Le pouvoir unique des soulèvements arabes est né d'un " changement d'échelle ", dans lequel une identité partagée a rassemblé les défis locaux en un récit régional collectif. Ce sentiment d'une lutte commune unique, s'exprimant par le biais d'une diffusion commune et des médias en ligne, a permis aux Yéménites et aux Bahreïnis de s'inspirer des tactiques de protestation égyptiennes et tunisiennesr. Cette force émotionnelle a fourni un pouvoir au-delà de toutes les capacités locales.

Même si les revendications des manifestants d'aujourd'hui se ressemblent beaucoup au-delà des frontières, elles ont rarement été présentées de cette façon comme une lutte commune. Cela s'explique en partie par leur émergence dispersée. Mais c'est aussi parce que depuis 2011, les régimes arabes vivent dans la peur d’une diffusion soudaine des troubles. Les dirigeants ont alors appris que les protestations ailleurs dans la région pouvaient soudainement générer une énergie protestataire massive et inattendue qui pouvait submerger leurs défenses.

La prévention de cette diffusion et de cette contagion est devenue une priorité absolue pour les régimes de la région. Ils coopèrent pour se défendre des troubles populaires par des moyens tels que l'aide financière et le soutien politique parce qu'ils considèrent la révolution comme une menace potentielle pour la survie de leur propre régime. Ils ont remodelé le paysage médiatique pour encourager la polarisation et décourager la mobilisation, tout en étendant agressivement la surveillance et la manipulation à l'espace des médias sociaux. Une rare exception a été l'Iran, où les régimes du Golfe et leurs médias ont certainement encouragé les protestations de l'hiver dernier dans l'espoir de défier leurs rivaux à Téhéran, mais sans grand effet.

Surmonter les profondes cicatrices des soulèvements ratés

Les échecs des soulèvements arabes depuis 2011 ont laissé de profondes cicatrices sur les sociétés et les individus qui entravent les récits régionaux communs. La polarisation qui a déchiré tant de pays a laissé des suspicions et des identités endurcies qui ne sont pas facilement laissées de côté. Les transitions démocratiques étant discréditées, il n'y a pas de vision claire de possibles changements positifs. De nombreux militants ont énormément souffert de la prison, de la torture et de l'exil. Et presque tous les services de sécurité des régimes sont beaucoup plus brutaux dans leur répression et attentifs à tout signe de danger réel.

Malgré ces obstacles très réels à une nouvelle vague de protestation régionale, les causes profondes de l'instabilité et de l'agitation populaire dans la région sont évidentes. Alors que les défis économiques et démographiques s'accroissent et que les institutions politiques ont été dépouillées de leur légitimité, les régimes qui exercent déjà une répression maximale ont peu d’options d'escalade. Même si les protestations ne se diffuseront pas aussi facilement qu'en 2011, il y a toujours des événements déclencheurs potentiels - la mort d'un dirigeant vieillissant, des changements constitutionnels controversés, des réductions inévitables des subventions, voire la fin des guerres civiles - à l'horizon.

NdT

*L’auteur, tout politiste qu’il est, commet l’erreur, fréquente chez les anglophones, surtout US, de placer les pays du Maghreb au « Moyen-Orient », c’est-à-dire au Machrek. La plupart des universitaires utilisent l’acronyme MENA (Middle East and North Africa), un peu plus « correct ».

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://wapo.st/2IJV3ew
Publication date of original article: 26/02/2019
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=25495

 

Tags: Printemps arabe 2.0Non au 5ème mandat#BoutefdégageSoudanAlgérieMaghreb-Machrek
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.