TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 21/05/2019 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 CULTURE & COMMUNICATION 
CULTURE & COMMUNICATION / Brésil : le biopic révolutionnaire Marighella de Wagner Moura violemment attaqué par Bolsonaro et ses fidèles
Date of publication at Tlaxcala: 22/02/2019
Original: Marighella: revolutionary biopic from Narcos' Wagner Moura criticised by Bolsonaro

Brésil : le biopic révolutionnaire Marighella de Wagner Moura violemment attaqué par Bolsonaro et ses fidèles

Anna Jean Kaiser

Translated by  Jacques Boutard
Edited by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Un film sur le guérillero urbain Carlos Marighella provoque l'indignation de la droite au Brésil, bien que la date de sa sortie n'ait pas encore été fixée

 

 

Un film sur un révolutionnaire de gauche brésilien, réalisé par la star de la série Narcos, Wagner Moura, a été dénoncé par le président Jair Bolsonaro et a déclenché la controverse dans tout le pays avant même sa sortie.

Marighella est le premier film comme réalisateur de Wagner Moura, acteur brésilien de la série télévisée Narcos diffusée  par Netflix. Il raconte l’histoire de Carlos Marighella (1911-1969), un guérillero marxiste actif dans les premières années de la dictature militaire brésilienne, (1964-1985).

Marighella a été assassiné par l'État en 1969. Dans son Mini-manuel du guérillero urbain, il avait appelé à l'action violente contre les chefs de la dictature et la police .

Le film, présenté au Festival International du Film  de Berlin le week-end dernier, a déjà causé de vives réactions au Brésil, suscitant l'incertitude quant à sa distribution. Aucune date n’est encore prévue pour sa de sortie.                           

« L'ambiance sera certainement très malsaine à notre retour au Brésil », a déclaré Moura lors de la première.

Moura a mis résolument la politique brésilienne actuelle sur le tapis rouge du Festival du film de Berlin, où il a embrassé Jean Wyllys, le premier membre ouvertement homosexuel du Congrès brésilien , qui a récemment démissionné en raison de menaces de mort. Moura a brandi une pancarte à la mémoire de Marielle Franco, une jeune militante politique de gauche assassinée l'année dernière.      

"L'État brésilien est raciste", a déclaré Moura lors d'une conférence de presse lors de la projection. "La violence de l'État contre les révolutionnaires dans les années 1960 est la même que celle qu'il commet en ce moment même dans les favelas contre les Noirs."

Moura et ses collègues ont annoncé qu'ils lanceraient un appel au financement participatif pour distribuer le film indépendamment si nécessaire. Ils prévoient d’organiser la première brésilienne du film dans un campement du Mouvement des travailleurs sans toit (MTST), un mouvement urbain très marqué à gauche.

La société distributrice du film, Paris Filmes, a fait savoir dans un communiqué qu'aucune date de sortie n'était prévue pour ce film, et qu'elle attendait le bon moment, prétextant un calendrier des premières très chargé. Andrea Barata Ribeiro, le producteur du film, a déclaré à la presse que le distributeur lui avait dit que le moment n'était pas propice pour sa sortie.

Le film tombe à pic pour alimenter la guerre culturelle au Brésil. Le bouclage de Marighella intervient peu de temps après l’élection à la présidence du Brésil de Jair Bolsonaro, ancien militaire d’extrême droite et ouvertement admirateur de la dictature et de son recours à la torture. Par le passé il a appelé « héros brésilien » Carlos Ustra, un infâme général du temps de la dictature, qui a soumis des centaines de personnes à la torture.

« Wagner Moura ne montre pas les crimes commis par Carlos Marighella », a déclaré Bolsonaro dans une vidéo, citant l'appel de Marighella à la violence contre la police et les officiers de l'armée.

Des critiques hostiles ont lancé le hashtag (mot-clé) #MarighellaTerrorista et submergé la base de données  Internet Movie (IMDb) de critiques et de commentaires négatifs, bien que le film ne soit pas encore visible au Brésil. Les gens de gauche ont lancé une contre-attaque sur les médias sociaux avant qu'IMDb ne se décide à supprimer tous les  commentaires et évaluations.

Dans un papier sur le film publiée par  Hollywood Reporter, un critique a écrit: « Moura décrit Marighella comme un martyr infatigable, prêt à tous les sacrifices… même si son idéologie inspirée par le marxisme allait en fait plus loin que cela.

« Le cinéaste fait du tort à la mémoire de Marighella en en faisant un simple combattant pour  la liberté et les droits humains, en lutte contre des ennemis fascistes réduits à une caricature. »

Le film a également ranimé le débat sur les questions raciales – à droite, certains ont accusé Moura deCarte de membre du PCB de Marighella peindre les Noirs comme des criminels en choisissant pour le premier rôle Seu Jorge, un chanteur noir devenu acteur.

« Par sa manière de les présenter, Wagner Moura veut peindre les Noirs comme des CRIMINELS», écrit Sara Winter, une personnalité conservatrice. « Les Blancs aussi peuvent être des criminels, Wagner, il n’y a pas que les Noirs qui commettent des crimes. »

« La couleur de sa peau ne m'intéressait pas vraiment », a déclaré Moura avant la sortie du film. « Il n’est pas possible d'aborder un problème social au Brésil sans parler de la question raciale. Pour moi, il fallait que Marighella soit noir. »

Selon son biographe, Marighella était un métis dont le père était blanc et la grand-mère noire.1

Bien que le film ait irrité le président et ses partisans, Moura déclare que ce n’est pas une réponse directe à l'élection de Bolsonaro. « Ce doit être l’un des premiers événements culturels à s'inscrire clairement en contraste au groupe au pouvoir au Brésil. Notre film a bien plus d'importance que Bolsonaro. »

 NdT

1-En fait sa mère était noire, née de deux esclaves noirs déportés du Soudan. L'esclavage a été aboli au Brésil en 1888

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://www.theguardian.com/world/2019/feb/20/marighella-revolutionary-biopic-from-narcos-wagner-moura-criticised-by-bolsonaro
Publication date of original article: 20/02/2019
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=25431

 

Tags: Carlos MarighellaWagner MouraCinéma brésilienDictature militaire brésilienneGuérilla urbaineBolsonaroBrésilAbya Yala
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.