TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 11/12/2018 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 EUROPE 
EUROPE / Révélations sur le lobbying marocain à l'UE sur le Sahara Occidental
Date of publication at Tlaxcala: 29/11/2018
Original: Exposed: How Morocco lobbies EU for its Western Sahara claim
Translations available: Español 

Révélations sur le lobbying marocain à l'UE sur le Sahara Occidental

Nikolaj Nielsen

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Quelques mètres carrés à l'intérieur des bureaux bruxellois de l’entreprise de lobbying Hill+Knowlton Strategies hébergent une fondation internationale qui sert de prête-nom à l'Etat marocain.

La Fondation EuroMedA, inaugurée l'été dernier, est une invention du député socialiste français auGPParlement européen Gilles Pargneaux et a pour but de créer un forum de discussion sur la manière de combler les écarts croissants entre l'Afrique et l'Union européenne sur des questions comme la migration et le changement climatique.

« C'était une proposition personnelle de ma part, et ça n'a rien à voir avec le Maroc », a déclaré M. Pargneaux à notre site le mardi 20 novembre, ajoutant que la fondation n'est en aucune façon liée à son travail en tant que député.

Mais en réalité, elle s'inscrit dans le cadre d'un effort plus large visant à influencer un vote stratégique du Parlement européen en vue de prolonger l'accord controversé de libéralisation commerciale entre le Maroc et l'Union européenne.

L'eurodéputée libérale française Patricia Lalonde, négociatrice en chef du Parlement sur l'accord commercial, fait également partie du conseil d'administration d'EuroMedApatricia-lalonde.jpgavec d'autres anciens ministres d'État marocains et un haut fonctionnaire du ministère de l'Agriculture du Maroc.

Et Salaheddine Mezouar, l'ancien ministre marocain de l'Industrie et des Affaires étrangères qui dirige maintenant un groupe de pression basé à Casablanca qui défend, représente et promeut les intérêts des entreprises marocaines, est présenté comme vice-président d'EuroMedA.

La fondation ne figure pas dans le registre des lobbyistes de l'UE.

La semaine dernière, M. Pargneaux et deux autres eurodéputés faisant partie d’ EuroMedA ont déposé collectivement un amendement au projet d'accord commercial de Mme Lalonde, édulcorant une disposition sur le traçage des exportations agricoles du Sahara occidental vers l'Europe.

L'accord commercial est controversé parce qu'il inclut le Sahara occidental contesté, une région à peu près de la taille du Royaume-Uni. Il a été envahi en 1975 par le Maroc, déclenchant un conflit brutal avec les Sahraouis qui s'est terminé par un cessez-le-feu précaire en 1991.

Les Nations unies ne reconnaissent pas le Sahara occidental comme faisant partie du Maroc, mais l'Union européenne a conclu des accords commerciaux avec Rabat pour exploiter les ressources de la région.

Mais en 2016, la Cour de justice européenne a déclaré que l'accord commercial agricole de l'UE ne pouvait pas couvrir le Sahara occidental. Puis, un an plus tard, elle a aussi déclaré l'accord de pêche illégal.

Pargneaux admet que le Sahara occidental n'appartient pas au Maroc, le décrivant comme un "no man's land, qui n'appartient à personne". Dans le même temps, il loue le Maroc pour avoir investi de l'argent et des ressources dans le développement de la région.

La Commission européenne a depuis lors relancé un nouvel accord commercial agricole, connu sous le nom d'accord d'association UE-Maroc, sous réserve qu'il obtienne d'abord l'accord des Sahraouis.

Cet accord doit maintenant être approuvé par le Parlement européen, qui doit se prononcer sur cette question au cours du mois de janvier. Le Maroc veut que l'accord soit signé parce qu'il ouvre la voie à un accord sur la pêche beaucoup plus important et plus lucratif.

Les gens

Le mélange de personnes au sein de la Fondation EuroMedA, étant donné le caractère politiquement sensible de la question du Sahara Occidental, indique une intensification des tentatives marocaines d'exercer une influence directe sur la prise de décision au niveau européen.

Le vice-président d'EuroMedA est Salaheddine Mezouar, ancien ministre des Affaires étrangères du Maroc. Il a également été ministre des Finances et ministre du Commerce et de l'Industrie. Jusqu'en 2016, il a dirigé un parti politique fondé par le beau-frère du roi Hassan II (le RNI).

Aujourd'hui, il dirige la CGEM, un groupe de pression basé à Casablanca qui représente des milliers d'entreprises marocaines. Sa mission prioritaire " est de défendre à l'étranger, les intérêts économiques des entreprises marocaines ".

L'un des fondateurs d'EuroMedA est l'ancien ministre de la Santé du Maroc, Mohamed Cheikh Biadillah. Biadillah a été élu secrétaire général du PAM, un parti politique marocain surnommé le " parti du palais " parce que le PAM est fidèle à la ligne de la monarchie de Rabat sur le  Sahara occidental.

MB

Dans sa jeunesse, Biadillah faisait également partie d'un mouvement étudiant marocain qui a aidé à lancer le Front Polisario, le bras politique du peuple sahraoui exilé, dont beaucoup ont fui en Algérie voisine. Son propre frère conserve un rôle influent au sein du Polisario. Mais aujourd'hui, Biadillah veut démanteler le régime sahraoui en exil, dont le siège du gouvernement autoproclamé se trouve dans des camps de réfugiés dispersés dans le désert algérien.

Un deuxième membre fondateur d'EuroMedA est Alain Berger, directeur général de Hill+KnowltonAB Strategies.

Il a déclaré à ce site web que la fondation sous-loue des bureaux dans le cadre d'un contrat "sans lien de dépendance" avec la société de conseil,  à quelques pas du Parlement européen.

En 2016, le Maroc a payé à Hill+Knowlton entre 200.000 et 300.000 € en frais de lobbying. À l'époque, c'était l'un de leurs plus gros clients à Bruxelles.

Aujourd'hui, Berger est le secrétaire d'EuroMedA.

Pargneaux s'est par le passé associé à Berger sur d'autres questions telles que l'environnement, disant à EUobserver que leurs propres liens familiaux respectifs avec le Maroc sont parmi les raisons qui les ont rapprochés.

« Nous n'avons toujours pas de compte bancaire, donc nous n'avons pas encore de budget [pour la fondation] », dit Pargneaux, ajoutant qu'il espère que celle-ci  financera un jour des ONG travaillant avec les migrants en Espagne, en Italie, dans les écoles du sud de la Tunisie et des projets d'intégration au Maroc.

L'OCP, l'entreprise marocaine de produits chimiques et miniers à 5 milliards d'euros

EuroMedA collabore également avec un groupe de réflexion mis en place par le Groupe OCP, un monopole d'Etat marocain avec un chiffre d'affaires annuel de 5 milliards d'euros dans le secteur de la chimie et des mines.

Par le passé, la société minière a elle-même fait l'objet de controverses pour ses activités de lobbying à Washington DC, et elle a maintenant un pied au Parlement européen.

Par l'intermédiaire de sa fondation, M. Pargneaux a invité à deux reprises le groupe de réflexion de l'OCP, l'OCP Policy Center, pour mener une discussion au Parlement européen, soulignant l'importance stratégique du maintien des relations de l'UE avec le Maroc.

Ces relations incluent le rôle du Maroc dans les énergies renouvelables, l'endiguement des migrations, la lutte contre les cellules terroristes et la radicalisation.

De telles questions trouvent non seulement un écho favorable auprès des législateurs et des décideurs politiques de l'UE, mais semblent également rendre la situation des Sahraouis au Sahara occidental d'autant plus insignifiante.

Mme Lalonde, qui siège à la puissante commission parlementaire sur le commerce international, a présenté ce numéro d'équilibriste plus tôt cette année.

« Nous avons de solides intérêts communs, en particulier en ce qui concerne les questions d'immigration et de sécurité telles que la radicalisation et le terrorisme », a-t-elle déclaré, lorsqu'on lui a demandé de décrire l'importance des relations entre le Maroc et l'UE.

« Nous devons prouver sur le terrain que le peuple du Sahara occidental bénéficie de l'accord commercial « , a-t-elle ajouté.

Parce qu'elle est l'eurodéputée européenne la plus engagée pour le pacte commercial, son point de vue façonnera la position générale du Parlement européen. L'accord vise à réduire les droits de douane sur des produits comme les tomates et les huiles de poisson provenant du territoire contesté

Le fait que Lalonde soit membre du conseil d'administration d'EuroMedA a cependant fait sourciller sur sa neutralité en tant que rapporteure sur un dossier aussi important. Bien qu'elle ne figure pas sur la liste officielle des membres en raison d’apparents problèmes administratifs, le bureau de Lalonde a déclaré à EUobserver qu'elle fait également partie de l'intergroupe du Sahara occidental au Parlement.

La Roumaine Romana-Nicole Manescu, eurodéputée de centre-droit, et la libérale belge Frédérique Ries, sont également membres de la fondation EuroMedA.

La Cour et le consentement

L l'UE et le Maroc ont exploité le territoire occupé, riche en poisson et en phosphates, pendant des décennies jusqu'à ce que la Cour de justice européenne en déclare l’illégalité.

Le Sahara Occidental est divisé par un mur défensif de 2 700 km, érigé par l'armée marocaine. Certains Sahraouis vivent dans la zone contrôlée par le Maroc, tandis que d'autres vivent dans des camps de réfugiés algériens désolés.

Le jugement de la Cour a compliqué les négociations commerciales car il signifie que la Commission européenne doit d'abord obtenir le consentement du peuple sahraoui avant de conclure un accord avec Rabat.

Dans le cadre de cette tâche, la Commission affirme avoir consulté quelque 112 organisations au Maroc.

« Parmi ces [112] organisations notre propre organisation était citée,  ce qui, bien sûr, est immédiatement un feu rouge : nous n'avions pas participé à la consultation », a déclaré Sara Eyckmans de Western Sahara Resource Watch, une ONG basée au Royaume-Uni.

Selon Mme Eyckmans, la commission ne s'est en réalité adressée qu'à 18 groupes, dont le plus grand groupe minier du Maroc, le Groupe OCP.

Mme Lalonde avait elle-même conduit un petit groupe de députés européens au Maroc pour mener un exercice similaire en septembre.

Mais les choses ont mal tourné lorsque des militants sahraouis ont été brutalisés par la police marocaine pour avoir parlé à l'une des eurodéputés, la Finlandaise Heidi Hautala.

«  Tout cela s'est produit alors que la délégation parlementaire étaient abondamment nourrie par les autorités locales installées par le Maroc », a écrit Hautala, dans un article d'opinion d'EUobserver.

Pour brouiller encore plus les pistes, les services juridiques du Parlement européen ont depuis lors mis en doute que le consentement des Sahraouis ait été effectivement obtenu.

Par ailleurs, les pourparlers commerciaux de la Commission avec le Maroc se limitent à la partie du Sahara occidental sous contrôle marocain, à l'exclusion d'un tiers du territoire.

Cela signifie que si l'accord commercial est adopté, les droits de douane réduits ne s'appliqueront pas aux zones du Sahara occidental non contrôlées par le Maroc.

« Ce serait comme si l'UE négociait un accord commercial avec la Nouvelle-Zélande pour l'Australie et ne l'appliquait qu'à la Tasmanie », selon le Western Sahara Resource Watch.

Amendements hostiles

Pendant ce temps, les quatre commissions du Parlement européen qui travaillent sur le rapport de décembre ressentent également la chaleur marocaine.

Le mois dernier, l'ambassadeur du Maroc en Autriche, Lotfi Bouchaara, a adressé un avertissement aux députés européens siégeant à la commission de l'agriculture du Parlement.

Les eurodéputés devaient voter sur leur prise de position qui alimente le vote sur le pacte commercial.

Dans une lettre, vue par EUobserver, Bouchaara a qualifié des dizaines de leurs amendements, déposés par tous les groupes politiques, d'"hostiles" et à motivation politique.

Il a averti que les relations entre l'UE et le Maroc risquaient de se détériorer, suggérant que la lutte de Rabat contre le terrorisme, les flux migratoires et les questions de sécurité, au profit de l'UE, est maintenant en jeu.

La menace de Bouchaara a peut-être porté ses fruits.

La commission a voté la semaine dernière en faveur de l'extension de l'accord commercial sur l'agriculture, indépendamment de la question du Sahara occidental – ce qui pose des questions sur l'objectif déclaré du Parlement européen de défendre les droits humains des minorités dans le monde entier.

L'eurodéputé vert autrichien Thomas Waitz, qui siège à la commission de l'agriculture, a déclaré qu'il semble maintenant de plus en plus probable que le rapport final de décembre sera également en faveur du Maroc.

Il a déclaré qu'accepter de permettre aux agriculteurs marocains dans le territoire contesté de vendre leurs produits en Europe ouvrirait la voie à des accords beaucoup plus importants et lucratifs sur le poisson plus tard.

« Il y a un grand intérêt des chalutiers et des entreprises françaises et espagnoles à obtenir ces droits de pêche. Des accords sont déjà en cours d'élaboration entre le Maroc et des entreprises françaises et espagnoles sur le chalutage de ces fonds marins », a-t-il déclaré.

Cela signifie qu'à l'avenir, le Maroc pourrait à nouveau recevoir des millions de fonds de l'UE chaque année en échange de l'autorisation donnée aux chalutiers européens de pêcher sur un littoral qui ne lui appartient pas

Cet article a été mis à jour à 16h55 le 23 novembre 2018 afin d'ajouter un commentaire du bureau de l'eurodéputée Lalonde selon lequel elle est également membre de l'intergroupe Sahara occidental du Parlement.

ACTUALISATION

Suite à la publication de cet article, Patricia Lalonde a annoncé le 29 novembre qu'elle avait démissionné du conseil d'administration de la Fondation EuroMedA.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_19401.jpg

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://euobserver.com/investigations/143426
Publication date of original article: 23/11/2018
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=24783

 

Tags: Hill+Knwolton StrategiesFondation EuroMedALobby makhzénienAccords UE-MarocSahara occidental occupéOccupation marocaineAccords de pêche UE-Maroc
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.