TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 23/04/2021 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 EDITORIALS & OP-EDS 
EDITORIALS & OP-EDS / Les invasions barbares
Date of publication at Tlaxcala: 21/10/2018
Original: Las invasiones bárbaras

Les invasions barbares

Rafael Cuevas Molina

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

2000 personnes sont parties le samedi 13 octobre de San Pedro Sula, la deuxième ville du Honduras, avec l’intention de se rendre aux USA. Rejointes en route par 4 à 5 000 autres personnes, elles ont traversé le Guatemala et atteint la frontière mexicaine, où, après un face-à-face tendu et violent avec les forces de sécurité mexicaine, elles ont été admises sur le territoire. Depuis Washington, Trump a tempêté contre cette invasion annoncée et menacé les envahisseurs de les bombarder s’ils tentaient de pénétrer en Terre Promise.- FG, Tlaxcala

Nous, les peuples de la périphérie, frappés par la violence et la pauvreté, gouvernés par roitelets corrompus qui affichent leur richesse et leur pouvoir dans leurs petites cours courtisans agenouillés. Nous, les perdants de toujours, qui ne figurons pas dans les traités de littérature ou d'histoire du monde, qui ne faisons pas de l'art mais du folklore, nous qui n’en sommes qu’au début, qui allons bien mais à qui "il manque beaucoup".

Nous, les morts de la faim, qui avons été frappés par les changements climatiques sans préavis et par surprise, qui perdons nos enfants, transformés en squelettes ambulants aux ventres énormes et aux lourdes têtes de Martiens moribonds ; nous, ceux aux lèvres sèches, aux cheveux hirsutes, opaques et secs, nous les vieillards prématurés. Nous, les tarés, dénutris dès le ventre maternel, au cerveau desséché, nous dont les neurones se sont peu à peu éteints quand nous tétions du lait clairet de seins flasques.

Nous, les crasseux, les haillonneux, les moches, les puants, qui tendons notre main suppliante en chantant des litanies et des prières et en montrant nos blessures, nos membres mutilés, les espaces sans dents de nos bouches malodorantes. Nous, ceux des coins sales, qui vivos dans la pisse, dans les coins sombres recouverts de carton.

Nous les invisibles, devant lesquels on remonte les vitres des voitures, regardés avec horreur par les filles pimpantes, nous les possibles violeurs, les possibles agresseurs, les violents, les mauvais, les déviants.

Nous, du bord de la rive, qui venons de ce petit pays de merde dont personne ne sait jamais où il se trouve, qui quittons toujours le Guatemal pour tomber dans le Guatepire, qui sont même dans le Guatepire ne nous sentons pas mieux qu'au Guatemal.

Nous, les expulsés, les jetés, qui avons pris la tangente, les déracinés éternels, les éternels languisseurs des volcans bleus, des lacs transparents, des matins vaporeux qui n'existent que dans l’esprit.

Nous autres du train de la mort, nous qui traversons les fleuves, qui gîsons dans les tombes clandestines de Chihuahua, Nayarit, Tamaulipas. Nous, les kidnappés du désert de Sonora, chassés comme du gibier par les ranchers ventrus et péteurs dans leurs ranchs d'Arizona ; nous les capturés par les patrouilles frontalières, les enfermés dans des poulaillers, les séparés de nos enfants.

Nous, les maudits, couverts d’anathèmes dans des discours tonitruants applaudis par des foules excitées, qui causons angoisse, haine, peur, incertitude. Nous qu’on accuse de menacer l'empire, de déjouer ses miradors frontaliers, de mettre en danger sa grande domination, d’ôter le pain de la bouche de ses bons citoyens.

Nous nous sommes remis en mouvement, nous nous sommes mis en route dans de longues caravanes qui deviendront toujours plus grandes et frapperont les murs qui protègent l'empire. Nous sommes des milliers de milliers d’inarrêtables et nous nous multiplions comme des sauterelles.

Nous, les barbares, nous ferons tomber l'Empire.

Dessins de Dario Banegas publiés dans  La Prensa, Tegucigalpa

Caravane de migrants, chassés par : violce, chômage, corruption, pauvreté, 14.10.2018

Caravane de victimes, 16.10.2018

Les migrants, 18.10.2018

En fuite : "-Pourquoi vous partez ? - Pour une vie meilleure", 18.10.2018

Propulseurs de la migration, 19.10.2018

 

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://connuestraamerica.blogspot.com/2018/10/las-invasiones-barbaras.html#more
Publication date of original article: 20/10/2018
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=24394

 

Tags: Caravane de migrants honduriensRévoltes logiquesAmérique centraleAbya Yala
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.