TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 11/12/2018 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 UNIVERSAL ISSUES 
UNIVERSAL ISSUES / Buenos Aires, 30 novembre : Bienvenue au G20 de l’enfer !
Date of publication at Tlaxcala: 16/10/2018
Original: Welcome to the G20 from Hell
Translations available: Português/Galego 

Buenos Aires, 30 novembre : Bienvenue au G20 de l’enfer !

Pepe Escobar Пепе Эскобар

Translated by  Avic
Edited by  Eve Harguindey

 

Les dirigeants mondiaux se débattent dans un maelström de problèmes complexes et brûlants dans la perspective du sommet du 30 novembre

US Commerce Secretary Wilbur Ross, left, chats with Chinese Vice-Premier Liu He during 'trade dispute' talks in Beijing earlier this year. Some sort of agreement could be reached at the G20 summit. Photo: AFP / Andy Wong

 

Le secrétaire US au Commerce, Wilbur Ross, à gauche, s’entretient avec le vice-Premier ministre chinois, Liu He, lors des pourparlers sur le » différend commercial  » à Beijing plus tôt cette année. Photo : AFP / Andy Wong

Le G20 qui se tiendra à Buenos Aires le 30 novembre pourrait mettre le feu au monde, peut-être au sens propre. Commençons par la guerre commerciale entre les USA et la Chine. Washington ne commencera même pas à discuter du commerce avec la Chine au G20, à moins que Beijing ne présente une liste assez détaillée de possibles concessions.

Ce que disent les négociateurs chinois n’est pas du tout sombre. Une sorte d’accord pourrait être trouvé sur environ un tiers des demandes US. Un débat sur un autre tiers pourrait s’ensuivre. Mais le dernier tiers est absolument hors de toute discussion – en raison des impératifs de sécurité nationale de la Chine, comme le refus d’autoriser l’ouverture du marché national de l’informatique dématérialisée à la concurrence étrangère.

Beijing a nommé le vice-Premier ministre Liu He et le vice-Président Wang Qishan pour superviser toutes les négociations avec Washington. Leur tâche est ardue trouver un créneau dans la capacité d’attention limitée du président Donald Trump.

De plus, Beijing exige un  « interlocuteur compétent  » ayant l’autorité de négocier au nom de Trump, compte tenu de l’embouteillage de messages confus en provenance de Washington.

Maintenant, comparez ceci avec le message  de l’institut de recherche fabuleusement nommé Pensées de Xi Jinping sur le socialisme aux caractéristiques chinoises pour une ère nouvelle sous la direction de l’École du Parti du Comité central du Parti communiste de Chine (CPC) : les USA ont commencé la « friction commerciale » principalement « pour empêcher la modernisation industrielle chinoise ».

C’est le consensus au sommet.

Et la confrontation est appelée à s’aggraver. Le vice-Président Mike Pence a accusé la Chine  de « s’immiscer dans la démocratie américaine », de « diplomatie de la dette », de « manipulation de la monnaie » et de « vol de propriété intellectuelle ». Le ministère des Affaires étrangères à Beijing a qualifié le tout de  » ridicule « .

Il est intéressant de prêter une attention particulière à ce que le ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, a dit au Conseil des relations étrangères, le plus diplomatiquement possible : «La Chine suivra une voie de développement différente de celle des puissances historiques». Et la Chine ne cherchera pas l’hégémonie.

Du point de vue de la stratégie de sécurité nationale des USA, le propos n’est pas là : la Chine a été qualifiée par Washington de concurrent féroce et même de menace. Le président Xi Jinping ne cédera pas aux exigences commerciales de Washington. Attendez-vous donc à une possible non-rencontre entre Xi et Trump à Buenos Aires.

La menace d’une première frappe nucléaire

Les choses ont l’air encore plus compliquées sur le front russe. Malgré la patience taoïste du ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, les cercles diplomatiques moscovites sont exaspérés par les menaces sérieuses des USAméricains – comme celle d’un éventuel blocus imposé par l’US Navy dans le but de restreindre le commerce russe de l’énergie. Ou pire encore : l’ultimatum selon lequel la Russie doit cesser de développer un missile qui, selon Washington, viole le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), sinon le Pentagone se chargerait de le détruire.

C’est aussi grave que cela peut l’être, parce que cela revient à une menace de première frappe nucléaire US.

Parallèlement, Bob Dudley, PDG de BP, a déclaré lors de la conférence Oil & Money à Londres que toute sanction US supplémentaire à l’encontre des grandes entreprises énergétiques russes serait désastreuse. « Si des sanctions étaient imposées à Rosneft, Gazprom ou Lukoil comme ce qui s’est passé avec Rusal, vous feriez pratiquement fermer les systèmes énergétiques de l’Europe, ce serait un peu extrême », a-t-il dit.

Sur le front des BRICS, la Russie et l’Inde ont habilement manœuvré seules et ont réussi à bousiller une partie de la planification géostratégique US contre les trois grands pôles de l’intégration eurasiatique : Russie, Chine et Iran.

Le Quad – USA, Japon, Australie et Inde – a été conçu pour contrer la Chine à travers l’Indo-Pacifique, tout en limitant la marge de manœuvre de la Russie. Le Quad n’est pas exactement en très bonne forme après la décision de l’Inde d’acheter les systèmes de missiles russes S-400. Trump a promis de se venger.

En plus de l’accord des S-400, les sociétés russes vont construire six autres réacteurs nucléaires en Inde, d’un coût de 20 milliards de dollars chacun, au cours de la prochaine décennie. Rosneft a signé un contrat de 10 ans pour vendre à l’Inde 10 millions de tonnes de pétrole par an. Et l’Inde continuera à acheter du pétrole à l’Iran, en le payant en roupies.

Sur le front de l’UE, tout tourne autour de l’Allemagne. Il y a peu d’illusions à Berlin sur l’avenir chancelant de l’UE. L’économie allemande basée sur les exportations est axée sur l’Asie. L’Allemagne redouble d’efforts pour consolider un modèle de style asiatique : miser sur quelques grandes entreprises qui sont des champions nationaux capables de stimuler les exportations. Le marché US – sous des vents protectionnistes – n’est plus qu’un marché de second plan.

Macri et Lagarde, par Rayma Suprani, Venezuela

Tropiques toxiques

Et puis il y a la tragédie brésilienne. Le président Mauricio Macri a ruiné l’Argentine avec un choc néolibéral. Le pays est maintenant un otage du FMI.

Un scénario possible est celui d’un G20 dans lequel l’Argentine apprendrait à traiter avec un dirigeant fasciste de son voisin proche et principal partenaire commercial, le Brésil.

L’ancien parachutiste Jair Bolsonaro est peut-être xénophobe et misogyne, mais certainement pas nationaliste. Le « Messie » tropical autoproclamé [son deuxième prénom est Messias, NdE] salue régulièrement le drapeau yankee. Son homme de main économique est un Chicago Boy déterminé à vendre le pays – pour le plus grand plaisir des « investisseurs » et des experts du « marché » de New York et de Zurich à Rio et Sao Paulo.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_19063.jpg

Bolsonaro (à dr.) et son  Chicago Boy, le bankster Paulos Guedes

Oubliez la création d’emplois ou même la tentative de résoudre les immenses problèmes sociaux du Brésil : inégalités sociales aiguës, investissements urgents dans la santé et l’éducation, insécurité urbaine. La seule « politique » de Bolsonaro est de surarmer la population dans un remix de Mad Max.

Tout sous Bolsonaro devrait se dérouler sous le règne absolu d’un marché « libre » hobbesien. Oubliez toute possibilité d’intervention modératrice de l’Etat dans les relations complexes entre capital et travail.

C’est le point culminant d’un processus complexe déclenché il y a des années au Brésil par le biais de groupes de réflexion tels que le réseau Atlas, de déversements de tonnes d’argent et, enfin, par-dessus tout, un tsunami d’évangélistes/néo-pentecôtistes.

Les piliers du carnage brésilien sont de puissants intérêts dans le secteur agroalimentaire et l’exploitation minière, les médias traditionnels toxiques brésiliens, les évangélistes, un secteur financier totalement soumis à Wall Street, l’industrie des armes, le système judiciaire complètement politisé, la police, les services de renseignement et les forces armées.

Et les stars du show sont bien sûr le conglomérat des 3 B (Beef-Bible-Bullet, Bœuf-Bible-balle) – avec leurs dizaines de membres du Congrès – supervisé par la déesse du marché.

Le néolibéralisme ne gagne jamais les élections au Brésil. La seule façon de mettre en œuvre les « réformes » consiste donc à passer par un sous-Pinochet. Attendez-vous à des ravages sociaux et environnementaux généralisés, à des assassinats aveugles de dirigeants brésiliens ruraux et indigènes, à une véritable aubaine pour l’industrie des armes, à des banques célébrant Noël chaque semaine, à une répression culturelle abyssale, à une dénationalisation totale de l’économie et les travailleurs et retraités payant pour toutes ces « réformes”. Bref, business as usual.

Les tendances fascistes de Bolsonaro n’ont pas été banalisées uniquement par les pouvoirs en place au Brésil. Le ministre argentin des Affaires étrangères, Jorge Faurie, l’a qualifié de politicien de « centre-droit ».

Beijing et Moscou – pour des raisons BRICS – et l’UE à Bruxelles sont consternés par la descente du Brésil dans le tourbillon. La Russie et la Chine comptaient sur un Brésil fort contribuant à un monde multipolaire, comme à l’époque de Lula, qui était l’un des principaux moteurs du BRICS.

Pour l’UE, il est difficile de soutenir un fasciste qui dirige leur principal partenaire commercial en Amérique latine et constitue le cœur du Mercosur. Pour l’ensemble des pays du Sud, l’implosion du Brésil, l’un de ses leaders, est une tragédie totale.

Résumons donc le tableau : Washington comme un condensé enragé de menaces et de sanctions ; une UE fracturée jusqu’à l’os, dénonçant l’illibéralisme asiatique tout en étant impuissante à lutter contre « la montée des déplorables » chez elle ; des BRICS en plein désarroi, avec deux d’entre eux dans un affrontement sérieux avec Washington, un qui est hors-jeu et un autre sur la touche, parmi les quatre premiers ; une  maison des Saoud pourrissant de l’intérieur ; un  Iran qui n’est même pas à la table du G20. Bref, on vit une époque formidable, de quoi chanter What a Wonderful World.

 

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: http://www.atimes.com/article/welcome-to-the-g-20-from-hell/
Publication date of original article: 14/10/2018
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=24343

 

Tags: G20 2018Chine-USAGuerre commerciale de TrumpCapitalisme mondialNéolibéralismeBRICSIranUEropeMaison SaoudBolsonaziMacri
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.