TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 23/10/2018 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 EUROPE 
EUROPE / Liberté, justice et démocratie : République Catalane
Date of publication at Tlaxcala: 22/09/2018
Original: Llibertat, justícia i democràcia: República Catalana
Translations available: Español  English 

Liberté, justice et démocratie : République Catalane

Various Authors - مؤلفين مختلفين - Auteurs divers- AAVV-d.a.

Translated by  Rosa Llorens
Edited by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Article commun de tous les prisonniers politiques et exilés, à l’occasion de la Journée de Fête nationale catalane

D. BASSA, A. COMÍN, J. CUIXART, C. FORCADELL, J. FORN, A. GABRIEL, O. JUNQUERAS, C. PONSATÍ, L. PUIG, C. PUIGDEMONT, R. ROMEVA, J. RULL, M. ROVIRA, J. SÀNCHEZ, M. SERRET, J. TURULL

 Participants à la Journée Nationale de  2014

 

La situation de répression prolongée et le souvenir du 1er Octobre (1) rendent absolument exceptionnel ce Onze Septembre. Nous avons la conviction que, loin de la volonté de ceux qui voudraient que nous renoncions, nous vivrons mardi prochain une nouvelle journée de revendication, dignité et auto-estime collectives, unis dans la pluralité, comme nous l’avons toujours fait lors des grandes mobilisations de notre pays.

Nous vous donnons rendez-vous pour remplir une fois de plus les rues de Barcelone dans une démonstration de détermination pacifique et transversale. Malgré la répression, l’exil et la prison, nous sommes conscients que c’est le moment d’affirmer les grands consensus du pays et de renforcer, comme nous l’avons toujours fait, le sentiment d’appartenance partagée, sans tomber dans aucune des provocations stériles de ceux qui nous veulent opposés entre nous et divisés.

Nous nous sentons héritiers des combattants antifranquistes et du legs de l’ensemble du catalanisme, du souverainisme et de l’indépendantisme, qui a toujours œuvré pour enrichir l’imaginaire collectif national, dans un état d’esprit d’empathie et sans demander de renonciations à quiconque, ni à ses origines, ni à sa langue, ni à son identité.

C’est grâce à cet effort que nous avons donné une réponse unitaire et exemplaire au verdict sur les coupes dans le Statut (2), comme ont été unitaires le « Non à la guerre », la défense du territoire, le cri unanime « Nous voulons accueillir » et le refus du terrorisme. Et unitaires de façon toute particulière face à la violence effrénée des corps et forces de sécurité de l’État pendant la tenue du référendum d’auto-détermination.

Pour toutes ces raisons

Nous revendiquons la liberté, parce que son recul est aujourd’hui bien visible dans l’État espagnol. Des milliers de personnes sont victimes de la « Loi-bâillon » (3), et nous sommes nombreux à voir nos droits et libertés gravement réduits à cause de l’action politisée et non respectueuse du droit de certains responsables de corps policiers, de la magistrature et même des tribunaux. Nous défendons sans limites la liberté, en tant que garante de la cohésion sociale en Europe aussi. Défendre aujourd’hui les libertés en Catalogne c’est aussi le faire à Madrid, Paris, Rome, Berlin, Prague ou Istanbul.

Nous revendiquons la justice, parce qu’il n’y a pas délit (4), et nous lutterons pour notre liberté et le retour à la maison de toutes les personnes exilées et emprisonnées. Alors que les décisions de l’Europe sont claires comme le jour, certains membres de la Justice espagnole sont obsédés par une croisade incontrôlée, incapable de se soutenir devant les systèmes judiciaires de pays comme l’Allemagne, l’Écosse, la Suisse ou la Belgique. L’acquittement est la seule réponse que nous attendons.

Nous revendiquons la démocratie, parce que nous avons toujours voulu faire comme l’Écosse, et aujourd’hui aussi nous voulons réaffirmer notre pari pour le dialogue, comme nous l’avons toujours fait, un dialogue qui doit être sincère, honnête, ouvert, sans limitations, où l’on puisse parler de tout dans le cadre de la coexistence et du respect mutuel. Et s’il est certain que nous ne rejetons aucune initiative, pourvu qu’elle soit pacifique et démocratique, toute proposition du gouvernement de Pedro Sánchez doit respecter la volonté majoritaire du peuple de Catalogne.

Nous revendiquons la République Catalane, en tant qu’expression légitime et démocratique de tant de volontés exprimées dans la rue et dans les urnes en faveur des droits et des libertés qui nous connectent avec un monde plus juste, plus sensible et tolérant, moderne, plus civilisé, qui affronte les défis avec la complicité de tous ses concitoyens et tourne toujours le dos à l’intransigeance et la violence. Ces droits et libertés dont nous sommes convaincus qu’ils sont garantis dans une République démocratique et pour tous.

Malgré les murs et les kilomètres de distance, nous vous parlons dans un état d’esprit serein et déterminé. Nous nous en remettons à l’esprit de dignité et de courage de toutes les Journées nationales, et vous demandons à chacun et à tout moment de nous placer sous son égide, comme vous l’avez déjà fait depuis que nous avons été incarcérés ou avons commencé notre exil.

Nous réaffirmons aujourd’hui, une fois de plus, notre engagement de convaincre et non de vaincre (5), de construire et non de casser, d’argumenter et non d’imposer. Comme le disait Pedrolo (6) : « Entre l’intransigeance et la faiblesse : la flexibilité . » Sans renonciations qui nous feraient perdre notre caractère et, en ce qui nous concerne, avec l’engagement de faire tous les efforts possibles pour trouver la voie qui permettra de rendre démocratiquement effective la République défendue dignement, pacifiquement et civiquement le 1er Octobre.

Avec la tranquillité d’esprit que nous donne la conscience que, tout cela, nous le faisons ensemble et que nous ne laisserons personne sur le chemin, et que ce sont là les deux conditions qui nous conduiront à la liberté complète de tous les citoyens de ce pays, où qu’ils soient nés et d’où qu’ils viennent.

La Diagonal (7) est une large avenue, il y a de la place pour tout le monde. Parce que les droits que nous revendiquons nous appartiennent à tous et parce que la différence est la condition indispensable qui nous permettra, en tant que société, d’avancer démocratiquement.

Nous lançons un appel aux syndicats, organisations patronales (8), collèges professionnels, associations du tiers secteur et à l’ensemble de la société catalane pour qu’ils s’impliquent dans la défense des droits et libertés universels. Ceux que nous avons dû conquérir dans la rue, en défiant le régime franquiste, qui ont permis aux quartiers de se développer, et ont contribué au progrès économique, et que nous avons revendiqués sans peur chaque fois que l’injustice est apparue dans un coin du monde. Chez nous aussi.

En ce Onze Septembre, emplissons Barcelone de liberté, justice, démocratie et république. Merci d’être toujours là et de persévérer. Quant à nous, nous ne faiblirons pas.

Septembre 2018

Centre Pénitentiaire de Mas d’Enric, Centre Pénitentiaire Puig de les Basses, Centre Pénitentiaire de Lledoners, Genève, Bruxelles et Saint-Andrews (Écosse).

NdlT

(1) 1er octobre 2017, jour du référendum sur l’indépendance.

(2) Le Statut d’Autonomie, voté au Parlement Catalan par 89 % des voix, et approuvé par Madrid en 2006, puis revu à la baisse par le Tribunal Constitutionnel en 2010. Les Catalans protestèrent contre ces coupes par une manifestation massive (plus d’un million de personnes) au cri de  « Nous sommes une nation », le 10 juillet 2010.

(3) Loi-bâillon : nouvelle Loi de Sécurité Citoyenne, entrée en vigueur le 1er juillet 2015, qui définit de nouveaux délits (comme celui de filmer la police et diffuser ces images !)et réduit les droits d’expression et de manifestation.

(4) « Il n’y a pas délit » : slogan des organisations qui protestent contre la Loi-bâillon.

(5) Référence à la phrase célèbre d’Unamuno : « Vous vaincrez, mais vous ne convaincrez pas », adressée, le 12 octobre 1936, à la rébellion fasciste, qui s’était déjà emparée de Salamanque (où Unamuno était recteur de l’Université). Le général fasciste Millan Astray lui répondit par le cri tout aussi célèbre de : « Viva la muerte! ».

(6) Manuel de Pedrolo (1918-1990) est un des plus grands écrivains catalans. Indépendantiste, il a cultivé tous les genres, œuvrant à la récupération littéraire de la langue catalane (dont l’usage en public était interdit sous le franquisme). L’année 2018 a été déclarée Année Manuel de Pedrolo par la Généralité Catalane.

(7) La plus large avenue de Barcelone, qui la traverse de part en part, du Nord-Est au Sud-Ouest. La manifestation du 11 Septembre 2018 l’a effectivement remplie.

(8) La Catalogne est un pays de petites et moyennes entreprises.

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://www.ara.cat/opinio/Llibertat-justicia-democracia-Republica-catalana_0_2085391635.html
Publication date of original article: 09/09/2018
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=24128

 

Tags: Prisonniers politiques et exilés catalansRépublique catalaneJournée nationale catalane
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.