TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 15/11/2018 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 LAND OF PALESTINE 
LAND OF PALESTINE / Les Druzes confrontés à une réalité : en Israël, certains sont bien plus égaux que d'autres
Date of publication at Tlaxcala: 11/09/2018
Original: The Druze have to face that in Israel, some are far more equal than others

Les Druzes confrontés à une réalité : en Israël, certains sont bien plus égaux que d'autres

Jonathan Cook جونثان كوك

 

L’idée que se fait l’opinion publique juive israélienne selon laquelle les Druzes jouissent d’un statut égal en Israël a toujours été un aveuglement fantaisiste.

Devinette : Quand est-ce qu’une campagne pour l’égalité n’est pas en réalité pour l’égalité ? Réponse : Quand cela se passe en Israël, semble-t-il.

Plus tôt ce mois-ci, des dizaines de milliers de citoyens palestiniens d’Israël – ceux qui appartiennent à la petite secte religieuse druze – ont organisé une manifestation sur la place Rabin, dans le centre de Tel Aviv. Ils ont été rejoints par un grand nombre de Juifs israéliens, y compris d’anciens hauts responsables de la sécurité et les deux plus grands partis de centre-gauche de l’opposition parlementaire, l’Union sioniste et Yesh Atid.

Tous ont exprimé leur indignation à l’égard de la nouvelle Loi fondamentale de l’État-nation du pays, qui donne une base constitutionnelle au principe selon lequel tous les Juifs du monde entier jouissent d’un statut privilégié en Israël, ce qui est refusé à la population indigène, non juive du pays. La Loi fondamentale retire également à l’arabe – langue maternelle d’un cinquième de la population israélienne – son ancien statut de langue officielle.

La foule scandait « Égalité ! Égalité » et réclamait l’abrogation d’une loi accusée par des groupes juridiques de formaliser un système d’apartheid en Israël.

Avançons d’une semaine, à l’avant-dernier samedi soir. Des dizaines de milliers de musulmans et de chrétiens – qui font également partie de la minorité palestinienne de 1,8 millions de personnes – ont organisé leur propre manifestation au même endroit à Tel-Aviv et à la même heure. Ils réclamaient également l’égalité et l’abrogation de la loi. Et pourtant, cette fois, seuls quelques Juifs israéliens sont venus les soutenir, tandis que l’Union sioniste et Yesh Atid ont activement boycotté l’événement.

Que s’est-il passé ? En quoi la première et la deuxième manifestation étaient-elles si différentes?

Illusions druzes

Les réactions fortement contrastées des Juifs israéliens aux deux manifestations ont parfaitement mis en évidence plusieurs choses : l’hypocrisie d’une soi-disant gauche israélienne qui prétend croire en l’égalité ; la méconnaissance généralisée de la plupart des étrangers de ce qu’implique un État juif ; et les illusions d’une communauté druze qui pense qu’un État juif autoproclamé lui « doit » l’égalité.

Commençons en sens inverse.

Les druzes sont scandalisés par la loi fondamentale parce que la plupart croient qu’ils ont fait la preuve de leur « loyauté » envers Israël – pour utiliser une idée que leur a inculquée l’État – parce qu’ils ont servi dans l’armée israélienne.

Peu de temps après la création d’Israël sur les ruines de la patrie des Palestiniens, les dirigeants druzes subirent des pressions pour qu’ils signent un accord. Il engageait la petite minorité – moins de deux pour cent de la population israélienne – à une conscription d’une durée de trois ans.

Les juifs israéliens ne sont que trop contents d’exhiber les druzes comme preuve que des patriotes non-juifs peuvent être « frères de sang » de juifs. Les druzes, affirment-ils sont la démonstration que l’État juif n’est pas raciste, comme il a été qualifié durant de nombreuses années par l’Assemblée générale des Nations Unies, ni un État d’apartheid, conclusion à laquelle sont parvenus un nombre croissant d’experts.

Bien sûr, nous devrions reconnaître qu’il y a un problème – du moins pour un État qui prétend être une démocratie libérale à l’occidentale – à subordonner les droits des citoyens à la preuve de leur « loyauté ». Mais laissons cette question de côté pour l’instant.

Lire la suite





Courtesy of Chronique de Palestine
Source: https://www.middleeasteye.net/columns/druze-protests-israelis-confuse-equality-and-loyalty-234386476
Publication date of original article: 22/08/2018
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=24042

 

Tags: DruzesApartheid sionisteLoi Israël État-nation peuple juifPalestine/Israël
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.