TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 19/09/2018 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 LAND OF PALESTINE 
LAND OF PALESTINE / Qui diable sommes-nous ?
À propos de la loi sur Israël, État-nation du peuple juif
Date of publication at Tlaxcala: 01/09/2018
Original: Who the hell are we?
On Israel's Jewish nation-state law

Translations available: Deutsch 

Qui diable sommes-nous ?
À propos de la loi sur Israël, État-nation du peuple juif

Uri Avnery أوري أفنيري אורי אבנרי (1923-2018)

Translated by  Jacques Boutard

 

Ce texte, paru le 4 août dernier, est la dernière des chroniques hebdomadaires publiées pendant 20 ans par Uri Avnery, d’abord dans le quotidien Maariv puis sur le site de Gush Shalom, le Bloc de la Paix israélien qu’il avait fondé. Uri Avnery est mort à Tel Aviv le lundi 20 août à l’âge de 94 ans. Nous publions à la suite de l’article le communiqué publié par Gush Shalom le jour même.-Tlaxcala

Il y a des années, j'ai eu une discussion amicale avec Ariel Sharon.

Je lui ai dit : « Je suis avant tout un Israélien, et ensuite un juif. »

Brûlé au vif, il m'a répondu : Je suis d'abord un juif, et un Israélien seulement après ! »

Cela a peut-être l'air d'un débat abstrait. Mais, en réalité, c'est la question qui est au cœur et à la base de tous nos problèmes. C'est la racine de la crise qui déchire Israël.

La cause immédiate de cette crise est la loi qui a été adoptée à la hâte la semaine dernière par la majorité de droite à la Knesset. Elle est intitulée « Loi fondamentale : Israël, État-nation du peuple juif ».

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_18825.jpg

Tous les animaux sont égaux mais certains sont plus égaux que d'autres-Avi Katz

C'est une loi constitutionnelle. À sa   fondation pendant la guerre de 1948, Israël n'a pas adopté de constitution. Il y avait un problème avec la communauté religieuse orthodoxe, qui rendait impossible un accord consensuel. À la place, David Ben Gourion a lu une « Déclaration d'indépendance », qui proclamait « la fondation de  l'État juif, [...]qui portera le nom d'État d'Israël ».

La Déclaration n'est pas devenue loi. La Cour Suprême a adopté ses principes sans une base légale. La nouvelle loi, elle, est une loi contraignante.

Qu'y a-t-il donc de nouveau dans cette loi qui, à première vue, semble une copie de la Déclaration ? Deux éléments important en ont été omis : la Déclaration parlait d'un État « juif et  démocratique », et promettait une complète égalité entre tous ses citoyens, sans distinction de croyance, d’appartenance ethnique ou de sexe.   

Tout cela a disparu. Pas de démocratie. Pas d'égalité. Un État des juifs, pour les juifs, par les juifs.

Les premiers à se révolter ont été les Druzes.

Les Druzes sont une petite minorité très soudée. Ils envoient leurs fils servir dans l'armée ou la police israéliennes a et se considèrent comme des « frères de sang ». Soudain ils se voient privés de tous leurs droits civiques et de leur sentiment d'appartenance.

Sont-ils arabes ou non ? Musulmans ou non ? Cela dépend de qui en parle, où et pourquoi. Ils menacent de manifester, de quitter l'armée et, de manière générale, de se révolter. Benjamin Netanyahou a essayé de les soudoyer, mais ce sont des gens fiers.

Mais les Druzes ne sont pas le cœur du problème. La nouvelle loi ignore complètement les 1,8 millions d'Arabes qui sont citoyens israéliens, y compris les Bédouins et les chrétiens (On ne pense jamais aux centaines de milliers de chrétiens européens, surtout russes, qui ont immigré avec leurs épouses juives et d'autres parents.)         

La magnifique langue arabe, qui était jusqu'à présent une des deux langues officielles, a été reléguée à un simple « statut spécial », quoi que cela puisse signifier.

(Tout ceci s'applique à Israël proprement dit, pas aux cinq millions et quelques d'Arabes de la Cisjordanie occupée et de la bande de Gaza, qui, eux, n'ont aucun droit.)

Netanyahou  défend cette loi mordicus contre les critiques de plus en plus vives de son propre camp. Il a publiquement déclaré que tous les juifs qui critiquent la loi sont des gauchistes et des traîtres  (pléonasme), « qui ont oublié ce que c'est d'être juif. »

Et c'est bien là qu'est le problème.

Il y a des années, mes amis et moi avons demandé à la Cour suprême de modifier la mention « nationalité » sur nos cartes d'identité, de « Juif » à « Israélien ». La Cour a refusé, en disant qu'il n'existe pas de nation israélienne. Les textes officiels reconnaissent presque cent nations, mais pas de nation israélienne.

Cette curieuse situation a commencé à la naissance du sionisme à la fin du 19e siècle. C'était un mouvement juif, conçu pour résoudre la Question Juive. Les colons de Palestine étaient juifs. Le projet tout entier était étroitement lié à la tradition juive.

 Mais, devenus adultes, les colons de la deuxième génération ont trouvé bizarre de n'être que juifs, à l'instar des juifs de Brooklyn ou de Cracovie. Ils avaient le sentiment d’être quelque chose de nouveau, de différent, de spécial. 

Les plus extrémistes étaient un petit groupe de jeunes poètes et artistes, qui fondèrent en 1941 une organisation surnommée « les Cananéens », qui proclamait que nous étions une nouvelle  nation, une nation hébraïque. Poussés par leur enthousiasme à des positions extrêmes, ils affirmaient que nous n'avions rien à voir avec les juifs de l'étranger, et qu'il n'y avait pas de nation arabe – les Arabes n'étaient que des Hébreux qui avaient adopté l'Islam.

Puis arriva la nouvelle de l'holocauste, les Cananéens furent oubliés, et tous devinrent des super-juifs, bourrés de remords.

Pas tout à fait. Sans que ce soit le fruit d'une décision consciente, la langue populaire de ma génération se mit à distinguer clairement la diaspora juive et l'agriculture hébraïque, l'histoire juive et les bataillons hébreux, la religion juive et la langue hébraïque.

Sous le mandat britannique, j'ai participé à des dizaines de manifestations, où je scandais : « Immigration libre ! État hébreu ! » Je ne m'en rappelle aucune où on ait scandé « État juif ! »

Alors pourquoi la Déclaration d'indépendance parle-t-elle d'un « État juif » ? C'est simple : elle se référait à la résolution des Nations Unies qui avait décrété la partition de la Palestine en un État arabe et un État juif. Les fondateurs ont juste dit que nous l'établissions, cet État juif.

Vladimir Jabotinsky, le légendaire ancêtre du Likoud, a écrit un hymne où il est dit : «Tout Hébreu est le fils d'un prince ».

En fait, ceci est un processus naturel. Une nation est une entité territoriale. Elle est conditionnée par son paysage, son climat, son histoire, ses voisins.

Quand des Britanniques se sont établis en Amérique, ils ont senti au bout d'un moment qu'ils étaient différents des Britanniques qui étaient restés sur l'île. Ils étaient devenus des Américains. Les forçats britanniques envoyés en Extrême-Orient sont devenus des Australiens. Les Australiens sont venus au secours de la Grande-Bretagne lors des deux conflits mondiaux, mais ils ne sont pas Britanniques. Ils sont fiers d'appartenir à une nouvelle nation. C'est aussi le cas pour les Canadiens, les Néo-Zélandais et les Argentins. Et pour nous aussi.

Ou plutôt, cela l'aurait été, si l'idéologie officielle l'avait permis. Que s'est-il passé ?

Tout d'abord, il y a eu l'énorme vague d'immigration en provenance des pays arabes et de l'Europe de l'Est au début des années 50 ─ pour chaque Hébreu il y avait deux, trois, quatre nouveaux immigrants qui se considéraient comme juifs.

Et puis s'est fait sentir le besoin de l'argent et de l'appui politique des juifs de l'étranger, particulièrement des USA.  Ceux-ci, tout en se considérant comme des Américains à part entière (essaie un peu de dire qu'ils ne le sont pas, espèce de salaud d'antisémite !), sont fiers qu'il existe un État juif quelque part.

Et puis les gouvernements se sont mis à appliquer (c'est toujours le cas) une politique rigoureuse visant à tout judaïser. Le gouvernement actuel a atteint des sommets inégalés dans ce domaine. Il tente activement – et même frénétiquement – de judaïser l'éducation, la culture, et même les sports. Les juifs orthodoxes, qui ne sont qu'une petite minorité en Israël, exercent une   influence énorme. Leurs voix à la Knesset sont vitales pour le gouvernement Netanyahou.

Quand l'État d'Israël a été fondé, le terme « hébreu » a été remplacé par le terme « israélien ». L'hébreu n'est désormais plus qu’un langage.

Existe-t-il alors une nation israélienne ? Oui, bien sûr. Existe-t-il une nation juive ? Bien sûr que non.

Les juifs sont membres d’un peuple ethnico-religieux dispersé dans le monde entier, appartenant à de nombreuses nations, avec un fort sentiment d'affinité avec Israël. Dans ce pays, nous appartenons à la nation israélienne, dont les membres hébreux font partie du peuple juif.

Il est essentiel de le reconnaître. Cela détermine notre façon de penser. Très littéralement. Avons-nous les yeux tournés vers les haut lieux du judaïsme comme New York, Londres, Paris et Berlin, ou vers nos voisins à Damas, Beyrouth et Le Caire ? Faisons-nous partie d'une région habitée par des Arabes ? Comprenons-nous que faire la paix avec ces Arabes, et avant tout les Palestiniens, est le principal devoir de cette génération ?

Nous ne sommes pas dans ce pays des locataires provisoires, prêts à tout instant à aller rejoindre nos frères et nos sœurs juifs à l'autre bout du monde.  Nous appartenons à ce pays et nous allons y vivre pour de nombreuses générations, et nous devons donc avoir des relations pacifiques avec nos voisins, dans cette région que j'ai appelée, il y a 75 ans, la « Région Sémitique ».

La nouvelle loi sur la nation, par sa nature clairement semi-fasciste, nous montre l'urgence de ce débat. Nous devons décider qui nous sommes, ce que nous voulons, quelle est notre place. Sinon nous serons condamnés à un état permanent d'impermanence.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_2087.jpg

 

Uri Avnery (1923-2018) : ses adversaires devront finir par  suivre ses traces

Gush Shalom pleure la mort de son fondateur, Uri Avnery. Jusqu'au bout, il est resté fidèle à la démarche qu'il avait suivie toute sa vie. Un samedi, il y a deux semaines de cela, il s'est effondré à son domicile alors qu'il était sur le point de partir pour la place Rabin pour participer  à une manifestation contre la Loi Israël, État-nation du peuple juif, quelques   heures après avoir écrit un article virulent contre cette loi.
Avnery s'est entièrement consacré à la lutte pour la paix entre l'État d'Israël et le peuple palestinien, libre dans un État indépendant, ainsi qu'entre Israël et le monde arabo-musulman. Il n'est pas vu le bout du chemin, il n'a pas vécu pour voir la paix s'instaurer. Nous - les membres de Gush Shalom, ainsi que de très nombreuses autres personnes qu’il a influencées, directement et indirectement - poursuivrons sa mission et honorerons sa mémoire.
Le jour du décès d'Uri Avnery, le gouvernement le plus à droite de toute l'histoire d'Israël est engagé dans des négociations avec le Hamas. Paradoxalement, les mêmes accusations démagogiques qui ont été lancées contre Uri Avnery tout au long de sa vie sont maintenant portées contre le ministre de la Défense Avigdor Lieberman.
Dans l'histoire de l'Etat d'Israël, le nom d’Uri Avnery sera inscrit comme celui d’un visionnaire clairvoyant qui a montré une voie que d'autres ne voyaient pas. C'est le destin et l'avenir de l'État d'Israël de faire la paix avec ses voisins et de s'intégrer à la région géographique et politique dans laquelle il est situé. Au bout du compte, les plus grands adversaires d'Avnery seront obligés de suivre ses traces - parce que l'État d'Israël n'a vraiment aucune autre alternative.

Contact: Adam Keller, Gush Shalom Spokesperson +972-54-2340749

Source : http://zope.gush-shalom.org/home/en/events/1464389870

 

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: http://zope.gush-shalom.org/home/en/channels/avnery/1533310638
Publication date of original article: 04/08/2018
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=23936

 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.