We are humans, and not machines, hence our right to vacations. We’ll be back on Sept. 1!

 17/08/2018 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 UNIVERSAL ISSUES 
UNIVERSAL ISSUES / WikiLeaks de l'intérieur : travailler avec l'éditeur qui a changé le monde
Date of publication at Tlaxcala: 26/07/2018
Original: Inside WikiLeaks: working with the publisher that changed the world
Translations available: Español  Italiano 

WikiLeaks de l'intérieur : travailler avec l'éditeur qui a changé le monde

Stefania Maurizi

Translated by  Viktor Dedaj

 

Réduit au silence et coupé du monde extérieur, Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, est confiné à l’ambassade d’Equateur à Londres depuis six ans, sans accès à la lumière du soleil, à l’air frais ou à un traitement médical approprié. De plus, en mars dernier, le gouvernement équatorien du président Lenin Moreno lui a coupé l’accès à Internet, aux appels téléphoniques et même aux visiteurs et aux journalistes. Pour un homme qui est déjà confiné à l’ambassade depuis si longtemps, ces restrictions sont particulièrement sévères.

J’ai commencé à travailler en tant que partenaire média de WikiLeaks en 2009, avant qu’Assange et WikiLeaks ne publient des bombes telles que la vidéo "Collateral Murder". Au cours des neuf dernières années, je me suis associée à WikiLeaks au nom de mon journal, le quotidien italien La Repubblica pour travailler sur les e-mails Podesta et de nombreux autres fichiers secrets, à l’exception de ceux que WikiLeaks a publiés sans partenaires médiatiques : les e-mails DNC (Parti Démocrate), les dépêches saoudiennes, les e-mails du parti au pouvoir en Turquie, les documents de l’équipe Hacking Team, la vidéo Collateral Murder et les e-mails de Brennan.
 
Que l’on apprécie leur travail ou non, WikiLeaks est une organisation médiatique indépendante qui n’a pas besoin de s’appuyer sur les médias traditionnels pour publier ses scoops. En effet, elle a été fondée pour contourner les scrupules juridiques que les médias traditionnels peuvent avoir au sujet de la publication d’informations classifiées.
 
Avec ses 5,5 millions d’adeptes sur Twitter, WikiLeaks a une présence énorme dans les médias sociaux qui donne un impact immédiat à son travail. Mais WikiLeaks a publié la plupart de ses révélations en collaboration avec un certain nombre de partenaires médias.
 
Par exemple, j’étais partenaire dans la publication des courriels de John Podesta, le directeur de campagne de Hillary Clinton en 2016, qui ont été publiés par WikiLeaks peu de temps après que la tristement célèbre vidéo Access Hollywood a révélé que le candidat Donald Trump faisait des remarques grossières sur les femmes.
 
De nombreux médias continuent de rapporter que les courriels de Podesta ont été diffusés quelques minutes seulement après la diffusion de la vidéo Access Hollywood, faisant allusion à une sorte de coordination entre WikiLeaks et la campagne Trump. Dans un acte d’accusation publié vendredi dernier, Robert S. Mueller III, le conseiller spécial chargé d’enquêter sur l’ingérence russe dans les élections US de 2016, a inculpé 12 officiers du service de renseignement militaire russe, GRU, pour avoir prétendument piraté les courriels du DNC et de Podesta et transmis à WikiLeaks pour publication.
 
Je n’ai aucune idée de qui étaient les sources de WikiLeaks pour les courriels de Podesta : tout le concept de WikiLeaks est basé sur la soumission de documents secrets ou autrement restreints par des sources anonymes. M. Assange a déclaré à maintes reprises que sa source pour les courriels de Mme Clinton n’était ni le gouvernement russe ni un parti d’État.
 
Comme j’ai travaillé sur les courriels de Podesta, je sais que leur publication n’était pas une décision de dernière minute. J’avais été alertée la veille, et leur publication échelonnée était un choix que WikiLeaks a fait après que l’organisation eut été sévèrement critiquée par les médias grand public pour avoir publié les documents du DNC d’un seul coup. Cette fois, la publication des courriels s’échelonnerait pour que le public puisse les digérer plus facilement. Mais cela aussi a été critiqué par les médias US et les Démocrates comme une tentative de porter un coup à Clinton quelques semaines avant les élections.

Prêts à publier les documents Trump

J’ai également été témoin lorsque WikiLeaks a reçu à un certain moment de la campagne quatre documents sur les activités de Trump et que les partenaires médiatiques ont été invités à vérifier les documents afin de déterminer s’ils devaient être publiés. L’équipe de WikiLeaks avait déjà préparé un graphique pour une éventuelle publication : une caricature de Trump et sa coiffure caractéristique. Malheureusement, nous avons constaté que les documents avaient déjà été rendus publics.
 
Au cours des neuf dernières années de mon travail en partenariat avec WikiLeaks pour le compte du magazine italien L’Espresso, puis de La Repubblica, j’ai passé de nombreuses heures à parler avec Assange et à son équipe, en maintenant un contact hebdomadaire avec eux. En y repensant, je me rends compte qu’au cours de toutes ces années, je n’ai rencontré Assange qu’une seule fois en homme libre. C’était en septembre 2010 : il venait de quitter la Suède pour me rencontrer ainsi que d’autres journalistes à Berlin après la publication des journaux de guerre afghans. A cette époque, je n’avais pas réalisé que tant d’années passeraient sans le revoir libre.
 
C’est l’un des hommes les plus diabolisés de la planète. "Nous sommes dans le business de la crucifixion", m’a-t-il dit il y a quelques mois, avant que l’Équateur ne coupe ses contacts sociaux. En effet, il a été crucifié pour tout ce qu’il a fait : il a parlé à la presse ? C’est un narcissique. Il n’a pas parlé à la presse ? Il veut alimenter son image d’homme mystère international. C’est un être humain compliqué, mais il n’est ni un homme dur, ni le méchant impérieux, de style James Bond, dépeint par les journaux. Il peut être chaleureux, avec un sens de l’humour aiguisé, et il est certainement assez brillant et audacieux pour publier des documents exceptionnellement risqués.

Toute la puissance de l’État

WikiLeaks est plutôt unique à bien des égards. En tant qu’organisation médiatique publiant exclusivement des documents secrets ou autrement restreints sur les "pouvoirs invisibles", tels que les agences de renseignement, que les citoyens ne perçoivent normalement pas comme étant directement pertinents pour leur vie, il ne fait guère de doute que WikiLeaks a toute la puissance de l’État contre elle. C’est probablement la seule organisation de médias occidentaux à avoir fait l’objet d’une enquête continue par les autorités US- et probablement d’autres - depuis 2010, et c’est certainement la seule dont le rédacteur en chef est détenu arbitrairement au cœur de l’Europe.

Assange : Pas de sortie ?

Chaque fois que je dis qu’Assange est le seul rédacteur en chef arbitrairement détenu en Europe, certains objectent qu’il n’est pas détenu, ou qu’il n’est pas du tout rédacteur en chef. Mais qu’il soit détenu arbitrairement est l’avis du Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire, dont les décisions sont considérées comme faisant autorité par la Cour européenne des droits de l’homme. Le gouvernement britannique a toujours rejeté la décision de l’organe de l’ONU sur Assange, et a même essayé de faire appel. Depuis la perte de cet appel, les autorités britanniques ont continué à ignorer la décision et apparemment personne d’autre n’a rien à dire à ce sujet.
 
Beaucoup affirment qu’Assange n’est pas détenu, mais plutôt dans un état d’"exil volontaire", puisqu’il pourrait quitter l’ambassade à tout moment. Il pourrait, s’il le voulait, sortir et être arrêté par les autorités britanniques, pour avoir violé les conditions de sa mise en liberté sous caution, après que la Suède a abandonné son enquête contre lui, et il risquerait d’être extradé vers les USA. L’année dernière, l’ancien chef de la CIA, Mike Pompeo, l’a attaqué férocement, lui et son organisation, qualifiant WikiLeaks de "service de renseignement hostile non étatique". Le procureur général actuel, Jeff Sessions, a déclaré que son arrestation est une priorité.
 
Les avocats d’Assange croient qu’un grand jury de l’État de Virginie a probablement déposé un acte d’accusation scellé contre lui. Théoriquement, il est protégé par le Premier Amendement de la Constitution des USA, qui protège la publication de documents volés, ce que les grands médias font régulièrement. Cependant, au cours des dernières années, nous avons assisté à de nombreuses tentatives des autorités US de prétendre que WikiLeaks et Assange ne sont pas protégés par le Premier Amendement.
 
Curieusement, les critiques qui insistent sur le fait qu’il est en exil ou en détention semblent oublier qu’Assange a tenté toutes sortes de voies légales pour contester sa détention. Je n’ai jamais entendu parler de quelqu’un qui s’impose l’exil tout en essayant de mettre fin à l’exil par divers moyens légaux.
Le dernier recours d’Assange devant le tribunal d’instance de Westminster a été rejeté en février dernier par la juge britannique Emma Arbuthnot, dans un jugement indiquant que pour la justice britannique, il est parfaitement acceptable qu’un individu reste confiné dans un petit bâtiment pendant près de six ans sans accès à la lumière du soleil, à l’air frais ou à un traitement médical approprié. "Je ne trouve pas que le séjour de M. Assange à l’ambassade soit inapproprié, injuste, imprévisible, déraisonnable, inutile ou disproportionné ", a conclu Mme Arbuthnot sans une trace d’ironie britannique.
 
En ce qui concerne le concept de "rédacteur en chef", je peux me référer à ma propre expérience, décrivant ce que j’ai vu de mon côté : Assange a toujours été la personne qui coordonne les activités de publication de WikiLeaks, fait les choix éditoriaux, décide comment présenter les révélations au public, comme n’importe quel rédacteur en chef des médias traditionnels. Lui et son organisation sont loin d’être parfaits : ils ont fait des erreurs et des choix douteux, mais il est vrai qu’ils ont révélé des informations très importantes pour l’intérêt public.

Le journalisme et au-delà

Grâce à WikiLeaks, il a été possible de révéler le vrai visage des guerres US en Afghanistan et en Irak (journaux de guerre afghansjournaux de guerre en Irak et Collateral Murder), l’identité des détenus de Guantanamo (Gitmo Files), les scandales et les accords diplomatiques embarrassants contenus dans 251 287 câbles diplomatiques US, comme la pression des USA pour neutraliser les procureurs italiens enquêtant sur l’enlèvement et transfert illégal de l’imam milanais Abu Omar (Cablegate).
 
Il a été possible de révéler le fonctionnement interne de la société de renseignement privée US Stratfor (GIFiles) et l’nterception par la NSA des communications des dirigeants allemands, français, italiens et japonais, y compris les interceptions de l’ancien Premier ministre italien Silvio Berlusconi (NSA World Spying Files). WikiLeaks a également révélé les opérations de l’UE pour arrêter les migrants et les réfugiés (EU Military Ops Against Refugee Flow Files), et les cyber-armes de la CIA (Vault 7 Files). Ses dossiers tunisiens ont contribué au soulèvement qui a déclenché ce qu’on appelle le printemps arabe. WikiLeaks a également publié un lot de fichiers d’espionnage en provenance de Russie.
 
Toutes ces informations précieuses ont été mises gratuitement à la disposition du monde entier par WikiLeaks, de sorte qu’une fois dans le domaine public, les journalistes, les activistes, les universitaires et les citoyens peuvent y accéder directement dans le monde entier, sans avoir besoin des médias ou des journalistes pour accéder aux fichiers originaux et faire des choix éclairés.
 
Cette stratégie de publication a fonctionné : les habitants exilés des îles de l’archipel des Chagos, par exemple, ont utilisé les câbles diplomatiques US devant les tribunaux pour soutenir leur lutte pour retourner aux îles Chagos, tandis qu’un citoyen allemand, Khaled el-Masri, a utilisé les câbles pour soutenir sa cause devant la Cour européenne des droits de l’homme contre son enlèvement et transfert illégal.
 
Selon WikiLeaks, la publication d’informations dans l’intérêt public est un acte qui implique le journalisme, mais qui va aussi au-delà du journalisme. C’est pourquoi, après avoir établi un partenariat avec les médias, WikiLeaks rend les fichiers accessibles au public afin que tout le monde puisse y accéder et les utiliser.
 
Assange et son équipe ont été les pionniers d’un modèle si efficace qu’il a été copié par de nombreuses personnes. Ils ont lancé une plate-forme pour la soumission anonyme de documents secrets ou à diffusion restreinte, un concept qui a depuis été adopté par la quasi-totalité des grands médias. Ils ont également mis en place un système de reportage collaboratif, devenu maintenant un modèle pour les grandes organisations comme le Consortium of Investigative Journalists, qui a publié des révélations notables comme les Panama Papers.

Risques

Au cours des neuf dernières années, j’ai vu Assange et son personnel prendre d’énormes risques. "Ils courent vers les risques que tout le monde fuit ", m’a dit Edward Snowden lors d’une entrevue. Cela signifie qu’ils prennent des risques que les médias commerciaux ne prendront pas. En fin de compte, les médias commerciaux sont des entreprises : beaucoup décident qu’ils ne peuvent se permettre que des risques juridiques limités. Quant aux risques extralégaux, peu de rédacteurs en chef et de journalistes traditionnels sont désireux de se retrouver confinés dans une ambassade pendant six ans.

Snowden : sauvé par WikiLeaks.

Nous avons vu ce qui est arrivé à Snowden lorsqu’il a été abandonné à Hong Kong : il a fallu le conseiller proche d’Assange, la journaliste de Wikileaks, Sarah Harrison, et l'équipe de WikiLeaks pour l’aider à demander l’asile. Bien que les journaux qui avaient obtenu les dossiers Snowden auraient pu exercer un énorme pouvoir s’ils avaient voulu négocier un accord avec le gouvernement US pour protéger Snowden, aucun d’entre eux ne l’a fait. Comme l’a dit l’auteur US de science-fiction Bruce Sterling : « Il est incroyable pour moi que, parmi les huit millions de groupes de la société civile sur la planète qui haïssent et craignent les espions et les espions de la police, aucun d’entre eux ne pouvait offrir à Snowden une once d’aide pratique, sauf Wikileaks. »
 
Dès le début, j’ai été témoin des attaques virulentes contre Assange et son équipe et de l’échec dramatique des journalistes du courant dominant et non dominant à rechercher des informations factuelles sur l’affaire suédoise au moyen de la FOIA (Freedom Of Information Act) ou d’autres outils d’enquête. Au cours de ces sept dernières années, aucun média n’a tenté d’accéder au dossier complet sur Julian Assange et WikiLeaks.
 
Il a fallu qu’une journaliste italienne invoque une FOIA en Suède et au Royaume-Uni parce qu’aucun journaliste international ou local ne l’avait fait. Alors que ma requête FOIA a mis au jour des faits suspects (comme la suppression de nombreux courriels cruciaux envoyés et reçus par le procureur britannique qui avait traité l’affaire Assange au nom de la Couronne - une suppression pour laquelle les autorités britanniques n’ont fourni aucune explication), il n’y a eu aucun suivi par les médias internationaux ou britanniques.

Les idiots utiles du Kremlin ?

Récemment, le Guardian a déclaré : "Assange a une relation de longue date avec Russia TodayIl a régulièrement participé à des interviews avec le radiodiffuseur russe et a animé une émission sur  RT en 2012". En réalité, la licence de diffusion de cette émission, connue sous le nom de "The World Tomorrow", a également été acquise par mon groupe de presse, qui publie La Repubblica et L'Espresso. Pour autant que je sache, ce programme n’est pas le fruit d’une collaboration unique entre WikiLeaks et RT.
 
S’il est vrai qu’Assange et son équipe sont apparus à de nombreuses reprises sur la chaîne russe, je n’ai entendu parler que d’un seul cas où RT était partenaire de WikiLeaks dans la publication de fichiers secrets : les "Spy Files", une série de brochures sur les sociétés privées vendant des technologies de surveillance. Lorsque WikiLeaks s’associe aux médias traditionnels, les partenaires se connaissent, ils partagent les résultats et la charge de travail. D’après ce que j’ai observé, RT n’a jamais fait partie de ce processus, bien qu’il soit vrai que RT saute rapidement sur tout ce que WikiLeaks publie, publiant des articles sur les révélations de WikiLeaks sur la base des communiqués de presse de l’organisation et rapporte tout ce qui se passe sur le front WikiLeaks.
 
La Russie perçoit Assange comme une sorte de dissident occidental. Le pays aime définitivement l’idée de "dissidents occidentaux" et est heureux de la renvoyer à la tête de l’Occident en assurant une large couverture pour Assange et son organisation. Les médias russes soulignent les contradictions des démocraties occidentales qui, tout en prêchant le journalisme agressif et la protection des sources journalistiques, ont mis Chelsea Manning en prison, accusé Snowden, enquêté sur WikiLeaks au cours des huit dernières années et gardé son rédacteur en chef détenu arbitrairement pour une durée indéfinie.
 
WikiLeaks a été accusé d’être l’idiot utile du Kremlin ou sa blanchisserie, ou même une façade pour les services de renseignement russes. Ce genre d’allégations ont été diffusées par les médias sans preuves solides, citant toujours des agents de renseignements anonymes qui ont un intérêt évident à détruire la réputation de WikiLeaks. Pour se protéger et protéger son organisation, Assange a toujours évité de révéler le fonctionnement interne de WikiLeaks afin de ne pas exposer ses ressources et vulnérabilités à des entités puissantes comme la CIA, qui perçoivent WikiLeaks comme une menace existentielle.
 
Cette approche a aidé à projeter un voile de mystère et de menace qui a été utilisée par de nombreux médias pour alimenter une campagne vitriolique contre Assange et WikiLeaks en tant que méchants de style James Bond avec quelque chose de sombre à cacher. Si Assange et son équipe avaient levé le voile et permis au public de voir le fonctionnement intérieur de WikiLeaks, l’opinion publique aurait perçu ce qui se cache derrière : une volonté de prendre des risques même face à des entités très puissantes.

Personne ne peut dire comment cela se terminera pour Assange et son équipe : s’ils finissent en prison aux USA, ce sera la première fois qu’un rédacteur en chef et une organisation médiatique sont emprisonnés aux USA pour leur travail, du moins pas depuis John Peter Zenger au temps de l’Amérique coloniale. Comme l’a dit l’icône des lanceurs d’alerte, Daniel Ellsberg : "Sous Trump, il pourrait bien être le premier journaliste de ce pays à être inculpé." Il y a un silence assourdissant sur l’impact d’un tel scénario sur la liberté de la presse et sur les droits de l’homme d’Assange et de son équipe**. 

Notes de Tlaxcala

* John Peter Zenger (1697-1746) était un imprimeur, éditeur et journaliste new-yorkais d'origine allemande. Il fut acquitté lors d’un procès en diffamation intenté par le gouverneur de la Colonie de New York William Cosby en 1734, après 35 semaines de détention.

**Pour nuancer les affirmations de l'auteure, rappelons que plusieurs journalistes ont été inculpés et même emprisonnés aux USA, en général pour refus de divulguer leurs sources. Citons notamment Judith Miller, du New York Times, qui refusa de donner la source qui lui avait permis de révéler nom d'une agente de la CIA, Valerie Palme (3 mois en prison en 2005), Vanessa Leggett, pour refus de communiquer à un grand jury, ses notes pour un livre sur meurtre au Texas (168 jours en prison en 2001), Joshua Wolf, un free-lance, pour refus de communiquer une vidéo sur des manifestations contre le G8 (sept mois de prison en 2006). En 2004, Jim Taricani, un reporter TV de Providence, Rhode Island, a été condamné à six mois d'arrêts domiciliaires pour refus de révéler la source d'une vidéo du  FBI montrant un responsable de la ville encaissant un pot-de-vin. D'autres ont été seulement menacés d'emprisonnement, mais s'en sont généralement sortis en négociant.





Courtesy of Le Grand Soir
Source: https://consortiumnews.com/2018/07/19/inside-wikileaks-working-with-the-publisher-that-changed-the-world/
Publication date of original article: 19/07/2018
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=23882

 

Tags: USACIAWikileaksJulian AssangeEdward SnowdenDonald Trump
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.