TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 17/10/2018 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 CULTURE & COMMUNICATION 
CULTURE & COMMUNICATION / Voici la vraie raison pour laquelle les USA doivent discuter avec la Russie
Date of publication at Tlaxcala: 25/07/2018
Original: Here’s the real reason the US must talk to Russia
Translations available: Português/Galego 

Voici la vraie raison pour laquelle les USA doivent discuter avec la Russie

Pepe Escobar Пепе Эскобар

Translated by  Avic

 

Un nouveau livre explique pourquoi les historiens du futur pourraient bien identifier le discours de Poutine du 1er mars comme le plus grand bouleversement dans le Nouveau Grand Jeu du 21e siècle en Eurasie.

Les futurs historiens pourraient bien identifier le discours-phare du président russe Vladimir Poutine, le 1er mars, comme le plus grand bouleversement dans le Nouveau Grand Jeu du 21e siècle en Eurasie. La raison en est minutieusement détaillée dans Losing Military Supremacy : The Myopia of American Strategic Planning, un nouveau livre de l’analyste militaire / naval russe Andrei Martyanov .

Martyanov dispose d’un équipement unique pour cette tâche. Né à Bakou au début des années 1960, il a été officier de marine à l’époque de l’URSS jusqu’en 1990. Il a émigré aux USA au milieu des années 1990 et est maintenant directeur de laboratoire dans une entreprise aérospatiale. Il fait partie d’un groupe extrêmement réduit : les meilleurs analystes militaires/navales spécialisés dans les relations américano-russes.

Qu’il s’agisse de citer  Alexis de Tocqueville et Guerre et Paix de Léon Tolstoï, ou de revoir l’équilibre du pouvoir pendant l’ère soviétique et au-delà, Martyanov suit attentivement comment le seul pays de la planète « qui peut militairement vaincre les USA de manière conventionnelle » a réagi à une situation où « tout dialogue constructif entre la Russie et les politiciens US était virtuellement impossible ».

Ce qui est finalement révélé n’est pas seulement une ignorance du principe de base de Sun Tzu – « si tu connais l’ennemi et que tu te connais toi-même, tu n’as pas à craindre le résultat de cent batailles », mais surtout une hybris pure, turbocompressée, parmi une série de boucles de feedback positif trompeuses, dont le  » tir au pigeon  » de Desert Storm contre les troupes de Saddam Hussein, terriblement mal entrainées, mais dont les effectifs et la puissance avaient été très fortement gonflés.

Le complexe industriel-militaire-renseignements-sécurité US bénéficie d’un budget annuel cumulé d’environ 1 000 milliards de dollars US. La seule justification de ces dépenses énormes est la fabrication d’une menace externe mortelle : La Russie. C’est la raison principale pour laquelle le complexe ne permettra pas au président Donald Trump d’essayer de normaliser les relations avec la Russie.

Pourtant, il s’agit maintenant d’un tout nouveau jeu de balle puisque les USA font face à un adversaire redoutable qui, comme Martyanov l’a soigneusement détaillé, déploie cinq capacités cruciales.

  1. Des capacités de commandement, de contrôle, de communications, d’informatique, de renseignement, de surveillance et de reconnaissance égales ou supérieures à celles des USA.
  2. Des capacités de guerre électronique égales ou supérieures à celles des USA.
  3. De nouveaux systèmes d’armes égaux ou meilleurs que ceux des les USA.
  4. Des systèmes de défense aérienne qui sont plus qu’un défi pour la puissance aérienne US.
  5. Les missiles de croisière subsoniques, supersoniques et hypersoniques à longue portée qui menacent les bases de l’empire US et même toute la partie continentale des USA.

Comment en sommes-nous arrivés là ?

https://andrikyrychok.files.wordpress.com/2008/11/poster_russian.jpg

"Cet homme est votre ami - Russe -, il combat pour la la LIBERTÉ"- Affiche du gouvernement US, 1942

Démystifier la mythologie militaire US

Martyanov soutient que la Russie, tout au long de la première décennie du millénaire, a passé suffisamment de temps à « se définir en termes de cycles technologiques fermés, de localisation et de fabrication ».

En revanche, l’Allemagne, même avec une grande économie développée,  » ne peut pas concevoir et construire à partir de zéro un avion de chasse ultramoderne « , alors que la Russie peut le faire. L’Allemagne « n’a pas d’industrie spatiale, et la Russie si. »

Quant à ceux qui passent  pour des « experts » russes aux USA, ils n’ont jamais vu venir ces percées technologiques ; ils « n’ont tout simplement aucune idée de l’énorme différence entre les processus impliqués dans une économie monétisée virtuelle et ceux impliqués dans la fabrication du système moderne de contrôle informationnel de combat ou d’un avion de combat d’avant-garde ».

Martyanov fournit de nombreux exemples. Par exemple,  » la Russie…sans fanfare inutile, a lancé une mise à niveau complète de sa dissuasion nucléaire navale avec des sous-marins balistiques (SSBN) de la classe Borey (Projet 955 et 955A)…….. C’est le programme qui faisait rire la plupart des analystes de la Russie il y a dix ans. Ils ne rient plus. »

"Toujours en alerte, l'invincible %Marine soviétique": affiche de  1968

Un principe central du livre est la démystification de la mythologie militaire US. Cela implique une réévaluation en profondeur de la Seconde Guerre Mondiale et un réexamen de la manière dont la marine soviétique a comblé le fossé technologique avec la marine US dès le milieu des années 1970, alors même qu’elle restait « une force de déni d’accès par la mer conçue strictement pour la dissuasion ». La marine soviétique, comme la marine russe aujourd’hui,  » a été construite en grande partie dans un seul but : empêcher une attaque de l’OTAN contre l’URSS depuis la mer « .

Pour ce qui est de l’après-URSS, il est inévitable que la Russie ait dû élaborer une stratégie concertée pour contrer le déplacement continu de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord vers l’est – une violation manifeste de l’accord (verbal) entre George Bush Senior et Mikhaïl Gorbatchev.

Et cela nous conduit au saint des saints concernant le mantra préféré du Beltway [boulevard périphérique de Washington à l'intérieur duquel se trouvent les principales institutions de l'État, NdE], « l’agression russe ». Même si la Russie « a la capacité d’infliger des dommages importants à l’OTAN  », comme nous le rappelle Martyanov,  » pourquoi la Russie attaquerait-elle ou endommagerait-elle des pays européens qui valent bien plus pour la Russie en étant libres et prospères que s’ils étaient affaiblis et, théoriquement, soumis ?

Le Kalibr du cauchemar de Brzezinski

Le chapitre 7 du livre, intitulé « The Failure to Come to Grips with the Modern Geopolitical Realignment », nous ramène à un autre moment de changement de jeu : le défilé de la victoire à Moscou en 2015, avec Poutine et le président chinois Xi Jinping assis l’un à côté de l’autre, dévoilant de façon visuelle le pire cauchemar de Zbigniew « Grand Échiquier» Brzezinski des « deux nations eurasiennes les plus puissantes déclarant une indépendance totale vis-à-vis de la vision américaine du monde ».

Et puis il y a eu la campagne de la Russie en Syrie ; le 7 octobre 2015, six missiles de croisière 3M14 Kalibr ont été lancés par intervalles de cinq secondes à partir des petits navires lanceurs de missiles de la marine russe dans la mer Caspienne, visant les cibles de Daesh en Syrie. L’USS Theodore Roosevelt et son groupe aéronaval, qui ont immédiatement compris le message, ont quitté le golfe Persique en un éclair.

Depuis lors, le message s’est amplifié : la Méditerranée orientale, la mer Noire ou « les zones de responsabilité de la marine russe dans le Pacifique » deviennent des « zones complètement fermées à tout adversaire ».

La leçon de la saga Kalibr-in-the-Caspian, écrit Martyanov, est que  » pour la première fois, il a été ouvertement démontré, et le monde a pris note, que le monopole US sur les symboles de puissance a été officiellement rompu « .

Et comme Martyanov montre comment  » dans le Donbass et surtout en Syrie, la Russie a considéré le comportement géopolitique et militaire américain comme un bluff « , il ne fait aucun doute que cette interconnexion Syrie-Ukraine – que j’ai analysée ici – est la pierre angulaire de l’actuelle  « hystérie anti-russe sans précédent dans l’histoire des USA » .

Ainsi, la balle – tout comme celle offerte par Poutine à Trump à Helsinki – se trouve dans le camp des USA. Ce que Martyanov décrit comme « la combinaison mortelle de l’ignorance, de l’orgueil et du désespoir des élites américaines contemporaines  » ne peut cependant pas être négligée.

Déjà pendant sa campagne électorale, Trump a annoncé à plusieurs reprises qu’il contesterait le (dés)ordre international de l’après-guerre froide. Helsinki était une démonstration éloquente que maintenant le « drain the swamp » (assainir les marais) de Trump fait face à une gigantesque chose inamovible, car le marais ne fera pas de prisonniers pour préserver son pouvoir de milliards de dollars.

En revanche, la diplomatie russe, réaffirmée explicitement cette semaine par Poutine lui-même, est catégorique sur le fait que tout est permis lorsqu’il s’agit d’éviter la guerre froide 2.0.

Mais juste au cas où, les armes de nouvelle génération de la Russie ont été officiellement dévoilées par le ministère de la Défense, et certaines d’entre elles sont déjà opérationnelles.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_18777.jpg

Tojo, Hitler, Mussolini: l'ennemi commun d'autrefois

Pearl Harbor rencontre Stalingrad

Il est clair que le président Trump applique les tactiques de diviser pour régner de Kissinger, essayant de réduire la connectivité politique / économique russe avec les deux autres pôles d’intégration eurasienne, la Chine et l’Iran.

Pourtant, le marais ne peut pas envisager The Big Picture – comme l’atteste cette conversation incontournable entre deux des très rares USAméricains qui connaissent réellement la Russie en profondeur. Le professeur Stephen Cohen et le professeur John Mearsheimer vont directement à la jugulaire : rien ne peut être fait lorsque la russophobie est la loi du pays.

Encore et encore, nous devons revenir au discours du 1er mars de Poutine, qui a présenté aux USA « ce que l’on ne peut décrire, écrit Martyanov, que comme « un Pearl Harbor militaire à la rencontre de Stalingrad ».

Martyanov va jusqu’au bout pour expliquer comment les derniers systèmes d’armes russes présentent d’immenses ramifications stratégiques et historiques. L’écart de missiles entre les USA et la Russie est maintenant « un abîme technologique », avec des missiles balistiques « capables de trajectoires qui rendent toute défense anti-balistique inutile. » Star Wars et ses dérivés sont désormais – pour utiliser un trumpisme – « obsolètes »

Le Kinjal, décrit par Martyanov, est « un changeur de jeu complet sur les plans géopolitique, stratégique, opérationnel, tactique et psychologique ». En résumé, « aucun système de défense aérienne moderne ou futur déployé aujourd’hui par l’OTAN ne peut intercepter ne serait-ce qu’un seul missile présentant de telles caractéristiques ».

Cela signifie, entre autres choses – et on ne le soulignera jamais assez – que toute la Méditerranée orientale peut être fermée, sans parler de tout le golfe Persique. Et tout cela va bien au-delà de l’asymétrie ; il s’agit de « l’arrivée définitive d’un paradigme complètement nouveau » dans le domaine de la guerre et de la technologie militaire.

Le livre de Martyanov, un livre indispensable à lire absolument, est la suprême Arme de Destruction d’un Mythe (ADM). Et contrairement à la version de Saddam Hussein, celle-ci existe vraiment. Comme Poutine l’avait prévenu (à 7:10 dans la vidéo), « Ils ne nous ont pas écoutés ». Vont-ils nous écouter maintenant ?

 

 

 

Andrei Martyanov

Losing Military Supremacy: The Myopia of American Strategic Planning

Clarity Press, 2018

ISBN:  978-0-9986947-5-7
Paperback $29.95

Buy now

Ebook $20.00

 

 

 

 

 





Courtesy of Réseau International
Source: http://www.atimes.com/article/heres-the-real-reason-the-us-must-talk-to-russia/
Publication date of original article: 21/07/2018
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=23868

 

Tags: Russie-USADéclin de l'Empire USGéostratégie
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.