We are humans, and not machines, hence our right to vacations. We’ll be back on Sept. 1!

 15/08/2018 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 ASIA & OCEANIA 
ASIA & OCEANIA / Le métal sexy : l’élément manquant dans le puzzle coréen
Date of publication at Tlaxcala: 24/06/2018
Original: Sexy metal: the missing element in the Korean puzzle
Translations available: Português/Galego 

Le métal sexy : l’élément manquant dans le puzzle coréen

Pepe Escobar Пепе Эскобар

Translated by  Avic

 

Le secrétaire d’État US Mike Pompeo connaît l’importance des terres rares, et la Corée du Nord aurait trouvé l’un des plus grands gisements du monde à 150 km de Pyongyang ; est-ce un autre facteur à l’origine du récent dégel avec les USA ?

Il ne s’agit peut-être pas de condos sur les plages nord-coréennes après tout. On peut soutenir que le cœur du problème dans l’engouement de l’administration Trump pour Kim Jong-un a tout à voir avec l’un des plus grands gisements de terres rares (ETR : éléments de terres rares) au monde, situé à 150 km au nord-ouest de Pyongyang et valant potentiellement des milliards de dollars US.

Tous les outils de la vie quotidienne axée sur la technologie du 21e siècle reposent sur les propriétés chimiques et physiques de 17 éléments précieux du tableau périodique également connu sous le nom d’ETR.

Actuellement, on estime que la Chine contrôle plus de 95% de la production mondiale de métaux des terres rares, avec des réserves estimées à 55 millions de tonnes. La Corée du Nord détient pour sa part au moins 20 millions de tonnes.

Les éléments de terres rares ne sont pas les seuls minéraux et métaux hautement stratégiques dans ce jeu de pouvoir. Les mêmes gisements sont des sources de tungstène, de zirconium, de titane, d’hafnium, de rhénium et de molybdène ; tous ces gisements sont absolument essentiels non seulement pour une myriade d’applications militaires, mais aussi pour l’énergie nucléaire.

La métallurgie des terres rares est également essentielle pour les systèmes d’armes américains, russes et chinois. Le système THAAD a besoin d’éléments de terres rares, tout comme les systèmes de défense antimissile russes S-400 et S-500.

Il n’est pas incongru de considérer  » L’art de la négociation  » appliqué aux éléments des terres rares. Si les USA n’essaient pas de faire un jeu sérieux sur les ressources en terres rares de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), le vainqueur, une fois de plus, pourrait être Pékin. Et Moscou aussi – compte tenu du partenariat stratégique entre la Russie et la Chine, désormais explicitement reconnu dans le dossier.

Le puzzle entier peut tourner autour de qui offre le meilleur retour sur investissement ; non pas sur l’immobilier mais sur le métal sexy, avec le leadership de Pyongyang potentiellement capable de récolter une immense fortune.

Pékin est-il capable de rivaliser avec un éventuel accord US ? Cela pourrait bien avoir été un sujet clé de discussion lors de la troisième rencontre en quelques semaines seulement entre Kim Jong-un et le président Xi Jinping, exactement au moment où tout l’échiquier géopolitique est en jeu.

Lire la suite





Courtesy of Réseau International
Source: http://www.atimes.com/article/sexy-metal-the-missing-element-in-the-korean-puzzle/
Publication date of original article: 20/06/2018
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=23836

 

Tags: USA-RPDCTerres raresTrump-KimUSA-Chine
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.