TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı la internacia reto de tradukistoj por la lingva diverso

 27/04/2018 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 LAND OF PALESTINE 
LAND OF PALESTINE / Rim Banna: Ce n'était pas ma vie
Date of publication at Tlaxcala: 29/03/2018
Original: ريم بنّا.. لم تكن تلك حياتي
Translations available: Español 

Rim Banna: Ce n'était pas ma vie

Mustafa Dib مصطفى ديب

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

La chanteuse palestinienne Rima Banna (1966) est morte le 24 mars à Nazareth. Nous ne sommes pas ici pour pleurer sa mort avec des expressions typiques qui disent que son départ n'est qu'une absence physique et qu'elle restera présente dans notre mémoire. Tout d'abord, parce qu'il n'y a aucun doute à ce sujet. Deuxièmement, parce qu'il est difficile d'éviter de parler du corps, compte tenu de la souffrance physique que, pendant neuf ans, l'artiste a subi de par la bataille d'un cancer du sein contre son corps, qu’elle a du affronter de nouveau dans sa gorge.

Ce qui préoccupait Rim Banna n'était pas le cancer en soi, mais le risque qu’il affecte une de ses cordes vocales, l’empêchant de continuer à chanter. Malgré cela, elle apparaissait toujours devant ses admirateurs avec son sourire bien connu, ce qui entraînait un profond regret qu’elle ait perdu son arme /sa voix avec laquelle elle avait combattu son premier cancer. Dynamitant avec sa voix les illusions d'une fin qui finirait par la vaincre surmonter. Il en était donc ainsi de l'auteure de « Yafra » (1985), dépouillée de son arme, ce qui ne l'empêchait pas de continuer à résister contre l'occupation de Gaza et celle d'une autre bande de Gaza, celle qui essayait de miner son corps.

 

 

À travers cette résistance, la présence de l'auteure de "Tes larmes Maman" (1986) restera dans nos sentiments, non seulement en tant qu'artiste, mais en tant qu'exemple de résistance à cette maudite maladie. Je dis maudite consciemment, elle mérite ce qualificatif dans la mesure où elle ôte leur vie  à celles et ceux que nous aimons.

Rim Banna nous a quittés et laisse derrière elle un héritage artistique indélébile représenté par dix albums hétérogènes qui ont consacré sa singularité  en Palestine et dans le monde arabe. Cette diversité s'est manifestée dans son travail de récupération de l'héritage palestinien, en tant que forme de résistance et de protestation, comme preuve de sa profondeur et de son ancienneté, consolidant l'identité culturelle palestinienne. L'auteure de « Ceci n'est pas ma vie » a franchi une étape importante en mélangeant cet héritage avec la musique contemporaine, comme preuve que l'héritage tient à n’importe quelle époque et qu’il est encore vivant en Palestine, en dépit de l'occupation et de sa tentative effacer l'identité palestinienne dans toutes ses manifestations.

 

Dernier message de Rim Banna sur facebook

Hier, j'ai essayé d'alléger le fardeau de cette terrible souffrance pour mes enfants ...

J'ai donc dû inventer une histoire ...

Et je leur ai dit ...

N'ayez pas peur ... ce corps est comme une chemise élimée ... qui ne dure pas ...

En l'enlevant ...

Je vais me faufiler entre les fleurs enveloppées de la boîte ...

Je vais quitter les funérailles et leurs "bavardage" sur le ragoût, les douleurs articulaires, le froid du temps ... en observant les autres femmes qui entrent ... les odeurs fortes ...

Je vais aller comme une gazelle chez moi ...

Je vais préparer un délicieux dîner ...

Je vais ranger la maison et allumer des bougies ...

Et j'attendrai sur le balcon votre retour, comme toujours ...

Assise avec une tasse de miramiyeh (sauge) ...

Observant Marj Ibn Amer ...

Disant ... cette vie est belle ...

Et la mort est comme l'histoire ...

Un chapitre modifié ...

#RimBanna

Cette diversité se reflète également dans des compositions qu’elles a faites de nombreux poètes arabes, apportant à son expérience artistique une plus grande singularité  pour mettre en musique et chanter des poèmes de Mahmoud Darwich, Rashed Hussein,  Ibn Alfared et Bader Shaker Assayyab. Sans parler de la façon dont son art était au service de différentes causes humanitaires et était le moyen d’exprimer son rejet de l'injustice, de la violence et de la tyrannie. Elle n'a donc pas tardé à exprimer son soutien aux révolutions des peuples arabes contre les dictatures, en particulier la révolution syrienne et n’a pas cédé face aux campagnes lancées contre elle par les shabbiha (partisans d’Assad) en Palestine et en Syrie qui l'accusaient de trahison pour son soutien à la révolution.

Rim Banna a toujours affirmé qu'il y a des événements dans lesquels sa voix devait jouer un rôle et que la vie mérite encore que nous lui offrions beaucoup de choses. Son message perdure et ne se dissoudra pas simplement parce qu’elle n’est plus sur son balcon, en face de Marj Ibn Amer dans la Vallée de Jezréel, ou n’écrit plus sur sa page Facebook, où, dans ses derniers jours, elle racontait la difficulté du  destin qu’elle devait affronter.

Zedni befart alhob, Donne-moi plus d'amour

 

Funérailles de Rim Banna à Nazareth, sa ville de naissance





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://goo.gl/YZ9gQ7
Publication date of original article: 26/03/2018
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=23094

 

Tags: Rim BannaChanson palestinienneRésistance palestiniennePalestine/Israël
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.