TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 21/09/2018 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 EUROPE 
EUROPE / Avec l’arrestation de Carles Puigdemont, l'Allemagne a son premier prisonnier politique
Date of publication at Tlaxcala: 27/03/2018
Original: Verhaftung von Carles Puigdemont: Deutschland hat seinen ersten politischen Gefangenen
Translations available: Español  Italiano 

Avec l’arrestation de Carles Puigdemont, l'Allemagne a son premier prisonnier politique

Thomas Urban

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

La détention de Puigdemont n'était pas un acte intelligent. Ce n'est pas un terroriste mais un politicien légitimé par des élections libres.

 

"La liberté des Catalans vaut aussi au Schleswig-Holstein", proclame ce manifestant devant la prison de Neumünster, où est détenu Puigdemeont

Désormais, la République fédérale d'Allemagne a son premier prisonnier politique: Carles Puigdemont, l'ex-Premier ministre catalan, qui a proclamé l'indépendance de sa région natale, bien que la majorité de la population ne le soutienne nullement. Un prisonnier politique? Le fait que les dirigeants catalans emprisonnés soient des prisonniers politiques n'est pas seulement l’avis de  plupart des membres du parlement régional de Barcelone et d'Amnesty International, mais aussi des  expertise des ministères de la Justice à Bruxelles et à Berne. La Belgique et la Suisse n'ont pas livré Puigdemont à Madrid parce qu'elles considèrent le conflit sur la Catalogne comme une affaire interne de l’Espagne, et surtout ne le considèrent comme un délinquant.

Le conflit de Catalogne est donc arrivé à Berlin. Plusieurs sources de tensions se profilent. Le ministère allemand de la Justice peut-il en décider autrement que les Belges? Il règne certes un consensus au sein de la grande coalition à Berlin, où l’on estime que la voie prise par les séparatistes catalans n'est ni légale ni légitime. Mais les autres États de l'UE peuvent-ils continuer à accepter que Madrid essaye d'écraser un mouvement de masse démocratique par l'emprisonnement et les amendes? Il est évident que la dureté de la justice espagnole vise à annihiler l'existence sociale et économique des militants catalans.

Ce ne sont pas des terroristes, mais des politiciens légitimés par des élections libres et qui n'ont recours qu'à des moyens pacifiques. Rien que pour cette raison, même selon les professeurs de droit espagnols, les crimes ou délits de rébellion et d’insurrection ne sont pas avérés. Il n'y a pas eu de violence en Catalogne de la part des séparatistes, mais seulement de la part de la police espagnole. Certes Madrid a le droit de neutraliser politiquement les séparatistes, mais ce le retrait du droit de vote passif et l'interdiction de leurs organisations devraient suffire (sic).

Ainsi, Puigdemont a réussi à internationaliser le conflit, ce qui ne peut pas être dans l'intérêt de Madrid. C’est la faute des dirigeants espagnols eux-mêmes, qui ont donné ces derniers jours un exemple flagrant de leur myopie : Il y a à peine trois jours, les partisans de l'indépendance au parlement à Barcelone ont perdu leur majorité, parce que l'un des trois groupes séparatistes a quitté le front commun. De plus, Puigdemont était en exil en Belgique et aucun politicien européen d’envergure ne le prenait au sérieux.

La répression contre eux a réunifié les séparatistes

Mais ensuite un juge d’instruction - sans doute avec la bénédiction du Premier ministre conservateur Mariano Rajoy – a fait arrêter d’autres  dirigeants catalans, et a lancé un nouveau mandat d'arrêt européen contre Puigdemont. Ce mandat d'arrêt a été exécuté par la police autoroutière de l'Allemagne du Nord. Qui à Kiel ou à Berlin a ordonné cela? En tout cas, ce n’était pas malin.

La frappe du gouvernement de Madrid contre les dirigeants catalans a réunifié les séparatistes, alors divisés, à Barcelone. La région est menacée de grèves, toute l'économie espagnole dépend de la stabilité en Catalogne. Et cela affecte à son tour l'Union européenne. Malheureusement, Bruxelles n'a pas encore poussé le Premier ministre Rajoy à négocier avec Barcelone pour une solution politique à la crise. Désormais, ce sera à Berlin de le faire.





Courtesy of Tlaxcala
Source: http://www.sueddeutsche.de/politik/verhaftung-von-carles-puigdemont-deutschland-hat-seinen-ersten-politischen-gefangenen-1.3920198
Publication date of original article: 25/03/2018
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=23080

 

Tags: Carles PuigdemontMandat d'arrêt européenAllemagneUErope
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.