TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı la internacia reto de tradukistoj por la lingva diverso

 27/04/2018 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 USA & CANADA 
USA & CANADA / USA : La jeunesse scolaire en marche contre la violence armée
Date of publication at Tlaxcala: 24/03/2018
Original: USA: A million students walk out for safe schools

USA : La jeunesse scolaire en marche contre la violence armée

Jayla Rae

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Raleigh, Caroline du Nord - Un million de lycéens et collégiens de tous âges et milieux, sont sortis de leurs  écoles le 14 Mars en solidarité avec les 17 victimes de la tuerie de masse de l'école de Parkland, en Floride, le 15 février dernier.  Ils ont scandé: « Quand nos étudiants sont attaqués, qu’est-ce ce qu’on fait ? Lève-toi, riposte! »

La grève dirigée par les lycéens a été convoquée  par des jeunes activistes de Parkland, qui ont demandé des actions de solidarité aux lycéens, collégiens et à leurs alliés à travers les USA, pour exiger la fin de la violence dans les écoles. La demande des activistes de Parkland était simple: que tout le monde sorte des cours à 10h et se tienne à l'extérieur pendant  17 minutes pour honorer les 17 vies perdues, et exige que toutes les écoles deviennent un espace sûr pour tous les élèves et enseignants.

Les lycéens sortent de leur école pour rejoindre  la manifestation nationale contre la violence armée, le 14 mars, Leesville Road High School, Raleigh, N.C.

L’auteure de ces lignes  faisait partie du petit groupe qui a organisé le débrayage à la Leesville Road High School à Raleigh, en Caroline du Nord.  Pendant la deuxième tranche horaire,  le 14 Mars, nous nous sommes réunis dans le hall principal de notre école avec une banderole qui disait: «Pour que nos écoles soient sûres, #findelaviolence» et un mégaphone.

Bientôt, des centaines d'étudiants - noirs, blancs, latin@s, musulmans - et des professeurs ont rempli les couloirs, prêts à sortir de l'école. Beaucoup portaient  des  tenues oranges, couleur qui signifie l'opposition à la violence armée depuis 2013, après la mort de Hadiya Pendleton, une étudiante afro-américaine de 15 ans à Chicago.

Après une marche vers le terrain de football, des lycéens de couleur en tête, un bref programme a commencé, avec deux élèves de terminale gérant le mégaphone et donnant la parole aux  participants, lycéeens et  femmes de couleur.

Une lycéenne de 18 ans, Alia Hassan, a déclaré: «Nous sommes solidaires de Stoneman Douglas, de Sandy Hook, de Virginia Tech, de l'Université du Texas, de Columbine et de Red Lake. … La liste continue. Nous sommes dans la onzième semaine de 2018, et nous avons déjà 14 fusillades dans les écoles. Nous sommes en train de réaliser le changement, alors nos législateurs ont oublié notre sécurité. » Elle a ensuite récité les noms des 17 victimes de la tuerie de Parkland, 14 lycéens et trois enseignants, et a demandé  une minute de silence.

Une autre lycéenne a dit qu'elle et ses amis ont participé à la grève parce que «c'est notre devoir d'apporter des changements dans notre société aujourd'hui».

Pour certains élèves, une école sûre signifie des lois plus strictes sur le contrôle des armes à feu ou l'interdiction de l'AR-15, l’ arme la plus couramment utilisée lors des tueries de masse dans les écoles.

Mais pour la plupart des élèves, la sécurité des écoles signifie plus que le contrôle des armes à feu.

La sécurité dans les écoles signifie armer nos enseignants, non avec des armes à feu, mais avec un meilleur salaire et plus de ressources pour la classe. La sécurité dans les écoles signifie que les «personnes-ressources» de la police doivent quitter les écoles et mettre fin au harcèlement et à la criminalisation des élèves noirs et bruns. La sécurité dans les écoles signifie qu'il y a des toilettes pour tous les genres pour les élèves queer, trans et non conformes au genre, et détruire le code vestimentaire raciste et sexiste que la plupart des écoles appliquent. La sécurité dans les écoles signifie avoir plus de conseillers et démanteler le pipeline école-prison.

La lutte pour la sécurité dans les écoles ne se termine pas avec la grève du 14 mars. Les élèves exigent que les législateurs et les adultes alliés commencent à écouter et à prendre des mesures pour assurer la sécurité des écoles.

Le 24 mars, des personnes de tout le pays se rendront à Washington, DC, pour participer au rassemblement «Marchons pour nos vies» contre la violence armée. Les organisateurs demandent des marches de solidarité dans différentes parties du monde. Ils consacrent ce moment à l'activisme dirigé par les élèves et descendront dans la rue pour exiger que la sécurité devienne une priorité.

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://www.workers.org/2018/03/19/a-million-students-walk-out-for-safe-schools/
Publication date of original article: 19/03/2018
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=23055

 

Tags: #MarchForOurLives#EndgunviolenceTueries de masseRévoltes logiquesJeunesse scolaire contre violence arméeUSA
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.