TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 25/09/2018 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 USA & CANADA 
USA & CANADA / La nomination de Gina Haspel à la tête de la CIA n'est pas une victoire pour le féminisme
Date of publication at Tlaxcala: 14/03/2018
Original: Gina Haspel’s rise is no victory for feminism

La nomination de Gina Haspel à la tête de la CIA n'est pas une victoire pour le féminisme

Mona Eltahawy منى الطحاوي

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Dans son tweet annonçant sa nomination au poste de directrice de la Central Intelligence Agency, le président Trump s'est vanté que Gina Haspel était la «première femme ainsi choisie».

 

En tant que féministe égyptienne, je ne célèbre pas cette nomination.

Mme Haspel a joué un rôle direct dans  l’opération planétaire de kidnapping, de détention et de torture de la CIA connue sous le nom de « restitutions extraordinaires ». Dans le cadre de ce programme, qui a été adopté après les attentats du 11 Septembre, des militants présumés qui ont été capturés en Afghanistan ont été envoyés dans d'autres pays , qui les ont détenus au secret et ont permis au personnel  de la CIA pour les torturer. La première prison secrète était en Thaïlande, où, en tant qu'agent sous couverture, Haspel a supervisé en 2002 la torture de deux suspects de terrorisme et a aidé plus tard à exécuter un ordre de destruction  des vidéos documentant les interrogatoires.

Dans un cas, un suspect a été torturé si brutalement qu’il était difficile de dire s’il était encore vivant. Abou Zubaydah a été soumis à la torture du waterboarding (noyade simulée)  83 fois en un mois et a été projeté  à plusieurs reprises contre  les murs, et ce n'étaient pas les seules méthodes dures utilisées par ses interrogateurs. Finalement, ils ont conclu qu’il n’avait rien d’utile à leur dire.

Au moins 54 pays ont soutenu le programme de restitutions. En tant qu'Égyptienne, j'ai honteusement conscience que le gouvernement de mon pays était parmi les plus diligents.

L'Égypte, le Maroc, la Jordanie et la Syrie étaient parmi les destinations les plus communes pour les suspects restitués. Mme Haspel et d'autres responsables programme pouvaient compter sur l'Égypte pour faire le sale boulot exigé par la CIA  Nécessaire. Les rapports annuels publiés par le Département d'Etat et les organisations de défense des droits humains ont longtemps documenté le recours systématique à la torture par les gouvernements égyptiens successifs.

Ce sale boulot si bien fait par le régime du président Hosni Moubarak - qui a été soutenu par cinq administrations US successives - a joué un rôle dans la fourniture de fausses informations utilisées par l'administration du président George W. Bush pour envahir l'Irak. Après  qu’Ibn al-Shaykh al-Libi, un Libyen capturé en Afghanistan, a été livré par les USA à l'Égypte en 2002, les interrogateurs égyptiens l'ont battu et soumis à un « enterrement simulé » en le mettant dans une boîte exiguë pendant 17 heures. Il a fabriqué des informations selon lesquelles l'Irak avait dispensé une formation en armes chimiques et biologiques aux agents d'Al-Qaïda. En 2003, le secrétaire d'État Colin Powell a cité cette information, dans son discours aux Nations Unies qui a justifié le bobard, plus tard déboulonné, des  « armes de destruction massive » pour la guerre contre l'Irak.

M. Libi a rétracté ses aveux après avoir été retourné à la gare de la  CIA  la garde en 2004 alors que la guerre faisait rage. Il a été renvoyé en Libye par les USA  à la fin de 2005 ou au début de 2006 et placé en détention dans la prison d'Abou Salim, où en 2009, à l'âge de 46 ans, l’ancien prédicateur  qui avait autrefois dirigé un camp d'entraînement pour des militants armés en Afghanistan, est mort apparemment d'un suicide. Ses amis ont des soupçons sur les  causes de sa mort.

Les dizaines de tels « prisonniers fantômes » qui étaient détenus par les USA à l’étranger n’étaient que l’un des nombreux  exemples honteux de collusion entre mon pays et le programme de restitutions de la CIA .

Comment, alors qu’elle s’est  si facilement fiée à l'Égypte pour pratiquer  la torture plus intensément que ses propres agents auraient pu ou voulu, une quelconque administration US pourrait-elle demander sérieusement des comptes à notre  gouvernement sur les tortures qu’il exerce contre nous, le peuple égyptien? Réponse : elle ne le peut pas et le fait pas. Et les gouvernements égyptiens successifs comptent là-dessus. C’est encore moins envisageable si Mme Haspel, dont la carrière est tant entachée  par la torture, est à la barre. En outre, bien que la condamné, du moins du bout des lèvres, la torture en Égypte, le président Trump a dit croire  que la torture fonctionne « absolument », et , durant sa campagne électorale  en 2015, il a dit  qu'il approuverait le waterboarding « sans hésitation « .

 

 

Malgré la fanfaronnade de M. Trump, le choix de Mme Haspel  n'est pas une victoire pour les femmes. Mon féminisme n'exige pas qu'une femme ait les mêmes chances de torturer  que les hommes. La torture n'est pas moins mauvaise parce qu'une femme, pas un homme, l’exerce. Je ne célèbre pas la nomination de femmes à des postes élevés dans les régimes où la cruauté est un outil privilégié de gouvernance par un système patriarcal : en l’acceptant, elles ne sont rien d’autre que des petits soldats du patriarcat et de la violence qu’il a institué

Mon féminisme, au contraire, travaille à démanteler le patriarcat et la violence, qu’elle soit sanctionnée par l'État, comme la torture, pratiquée ou à la maison, sous la forme d'un partenaire intime ou de violence domestique.

Je ne souscris pas à un féminisme qui exige des femmes de la perfection ou une noblesse de super-héroïnes. Mais j’insiste : mettre des femmes au service du patriarcat n’est pas une victoire pour nous. Ce sont des discussions qui vont se répéter encore et encore, quand des femmes exigent leur inclusion dans des institutions qui n’ont pas été amies des femmes, comme l’armée, les institutions religieuses, les grandes entreprises - et la CIA .

M. Trump n'est définitivement pas un ami des femmes. Ce président a été accusé par au moins 19 femmes d'inconduite sexuelle. Même s’il promeut de nombreuses femmes dans son gouvernement patriarcal, il est tout sauf un féministe.  À mon sens, le féminisme ne consiste pas à compter  des femmes dans des postes clés. Il s’agit plutôt de savoir ce que le président représente et ce à quoi  ces femmes travaillent. C’est pourquoi je refuse de célébrer la promotion de  Gina Haspel, une femme qui a un bagage de torture et de tromperie trop lourd. Elle et les autres tortionnaires CIA  doivent rendre des comptes pour leurs crimes et pas être récompensés .

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_9651.jpg

Waterboarding, par Matt Mahurin

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://www.nytimes.com/2018/03/14/opinion/gina-haspel-feminism-cia.html
Publication date of original article: 14/03/2018
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=22959

 

Tags: Gina HaspelRestitutions extraordinairesTorture CIATrumplandiaFemmesFéminisme
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.