TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 16/12/2018 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 EDITORIALS & OP-EDS 
EDITORIALS & OP-EDS / Politique étrangère à vendre : la dangereuse alliance grecque avec Israël
Date of publication at Tlaxcala: 09/02/2018
Original: Foreign policy for sale: Greece’s dangerous alliance with Israel
Translations available: Italiano 

Politique étrangère à vendre : la dangereuse alliance grecque avec Israël

Ramzy Baroud رمزي بارود

Translated by  Vagabond

 

Pendant un bref instant historique, Alexis Tsipras et son parti politique, Syriza, ont apporté une lueur d’espoir, celle de voir la gauche se réveiller, en Europe, de son long sommeil.

Une nouvelle Grèce était sur le point de naître dans les douleurs de l’austérité économique, imposée par l’Union Européenne et ses écrasantes institutions économiques, une troïka impitoyable qui se souciait si peu de l’effondrement économique grec et des millions de personnes qui souffraient de la pauvreté, du chômage et du désespoir.

Le Premier ministre israélien Netanyahu rencontre le Premier ministre grec Alexis Tsipras en juin 2017

La Coalition de la gauche radicale (Syriza) est arrivée au pouvoir en janvier 2015, c’était la conséquence directe du mécontentement populaire envers l’UE. C’est à cette période que les gens ordinaires ont pris position pour défendre un semblant de souveraineté que les politiciens, les banquiers et les puissantes administrations bureaucratiques ne leur avaient pas arraché.

Toutefois, le résultat fut plutôt décevant. Tsipras, qui est aujourd’hui Premier ministre, a changé son discours politique, et progressivement, il en a adopté un autre plus conforme à la politique très néolibérale qui a mis son pays à genoux.

Syriza s’est vendue, non seulement politiquement et idéologiquement, mais aussi physiquement.

En échange des prêts que la Grèce a reçus des banques européennes pendant la période allant de 2010 à 2015 (estimés à 262 milliards de dollars), le pays se laisse démembrer. Les aéroports régionaux grecs sont maintenant exploités par une compagnie allemande et la principale entreprise de télécommunication du pays a été privatisée, avec des parts importantes détenues par Deutsche Telekom. « Il ne manque plus qu’une chose à l’extérieur du bureau de l’Agence grecque des privatisations, un panneau signalant : nation à vendre, » a écrit le politicien et économiste grec, C.J. Polychroniou.

Sans surprise, la soumission économique est souvent un prélude à l’asservissement politique. Non seulement Syriza a trahi les aspirations du peuple grec qui a voté contre l’austérité et les prêts, mais le parti a trahi aussi les amitiés traditionnelles du pays.

Depuis son arrivée à la tête de la politique grecque, Tsipras a poussé son pays plus loin dans le camp israélien, forgeant des alliances régionales imprudentes visant à exploiter de nouvelles réserves de gaz en Méditerranée et à participer aux multiples exercices militaires menés par les Israéliens.

Alors qu’Israël voit une opportunité de faire avancer son agenda politique à travers les problèmes économiques grecs, le gouvernement grec joue le jeu sans évaluer pleinement les répercussions possibles d’un engagement avec un État régionalement considéré comme un paria, et internationalement condamné pour son occupation militaire et ses effroyables atteintes aux droits de l’homme.

Israël s’est attelé à traîner Athènes dans son camp dès 2010, peu de temps après la prise de bec turco-israélienne suite à l’attaque du Mavi Marmara. Des commandos israéliens avaient attaqué le bateau turc en direction de Gaza, tuant 9 ressortissants turcs et en blessant de nombreux autres.

Bien que la Turquie et Israël aient, depuis, conclu une entente diplomatique, Tel-Aviv a progressé en créant des alliances alternatives dans les pays des Balkans, en exploitant les conflits historiques entre ces pays et la Turquie. Des accords bilatéraux ont été signés, d’importantes visites diplomatiques ont été échangées et des exercices militaires ont été menés sous le prétexte d’empêcher le « jihad international » et de combattre le terrorisme.

La Grèce et Chypre ont bénéficié d’une plus grande attention de la part des Israéliens, car ils voient en ces deux pays d’une part, un contrepoids à la Turquie et d’autre part, parce qu’ils offrent un grand potentiel économique.

Un mois après l’attaque du Mavi Marmara, le Premier ministre grec de l’époque, George Papandréou a effectué une visite en Israël, qui a été suivie par une visite officielle du Premier ministre Benyamin Netanyahou, en Grèce, la première du genre. Ce fut le début d’une histoire d’amour qui a gagné en profondeur.

Ile de Poros, 17 août 2010: Papandréou offrant une petite croisière à Netanyahou à bord d'une des trois vedettes  lance-missiles achetées par la Grèce à Israël six ans auparavant. Ces dames étaient aussi de la partie.

La principale motivation derrière l’étroitesse de ces relations est liée aux réserves gazières  Leviathan et Tamar, situées dans les eaux territoriales de plusieurs pays, dont le Liban. En poursuivant ses plans d’extraction du gaz à partir des sources énergétiques situées au large des côtes libanaises, Israël augmente les risques d’une nouvelle guerre régionale.

Quand Tsipras est arrivé au pouvoir sur les épaules d’un mouvement politique populaire, les Palestiniens espéraient aussi qu’il serait différent. Ce n’était pas un vœu pieux, non plus, Syriza critiquait ouvertement Israël et « s’est engagé à couper les liens militaires avec Israël dès son arrivée au pouvoir », écrit Patrick Strickland depuis Athènes. Au lieu de cela les « liens ont, toutefois, été approfondis »

En effet, peu de temps après avoir pris le pouvoir, le gouvernement grec dirigé par la Gauche radicale a signé un accord militaire majeur avec Israël, l’accord sur le « Statut des forces », avec encore plus d’exercices militaires. Tout cela a été renforcé par la campagne de propagande en Israël saluant la nouvelle alliance, associée à un changement de discours des médias en Grèce à propos d’Israël et de la Palestine.

Un certain George N. Tzogopoulos s'est distingué en particulier ppour célébrer l’amitié israélo-grecque. Dans une une série d’articles dans différents médias, dont le journal israélien de droite, le Jerusalem Post, il suggère que contrairement à l’ancienne génération de Grecs qui s’était rangé du côté des Palestiniens dans le passé, la jeune génération est plus susceptible d'être pro-israélienne.

« Ce processus [de conversion des Grecs à l’amour d’Israël] prendra du temps, bien sûr, car il est principalement lié à l’éducation scolaire », écrit-il dans Algemeiner. « Mais le changement dans la couverture d’Israël par les journalistes grecs est un bon augure. »

Ce « changement de couverture » était également notable lors de la récente visite officielle du président israélien, Reuven Rivlin, et lors de sa rencontre avec Tsipras ainsi que d’autres responsables grecs. Lors des réunions, Rivlin se plaignit de l’obstination des Palestiniens et de leur refus à revenir au « processus de paix », provoquant ainsi une « grave crise ». Le chef de la « Gauche radicale » n’a pas dit grand-chose pour contester les mensonges de Rivlin.

La Grèce n’a pas toujours suivi cette voie, bien sûr. Qui pourrait oublier Andreas Papandreou, le regretté dirigeant grec qui a donné un statut diplomatique à l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) en 1981, et qui a soutenu les Palestiniens malgré les menaces US et israéliennes ? C’est cette génération que Tzogopoulos et ses semblables voudraient faire disparaître à jamais, et la remplacer par des leaders moralement flexibles comme Tsipras.

Néanmoins, signer pour rejoindre une alliance économique et militaire dirigée par Israël dans une zone saturée de conflits est une démarche terriblement irresponsable, même pour des politiciens politiquement inexpérimentés et opportunistes.

Pour la Grèce, être le « bras armé de l’impérialisme dans la région », comme la décrit le dirigeant du Parti socialist révolutionnaire des travailleurs, est « complètement stupide » car cela apportera à long terme des « résultats catastrophiques pour [le] peuple grec. »

Mais Tsipras semble incapable de voir aussi loin. 





Courtesy of Le Grand Soir
Source: http://www.ramzybaroud.net/foreign-policy-for-sale-greeces-dangerous-alliance-with-israel/
Publication date of original article: 07/02/2018
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=22687

 

Tags: Benjamin NetanyahuAlexis TsiprasGrèceUnion EuropéenneSyrizaPalestine/Israël
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.