TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı la internacia reto de tradukistoj por la lingva diverso

 19/02/2018 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 CULTURE & COMMUNICATION 
CULTURE & COMMUNICATION / Dentifrice empoisonné et téléphones explosifs : un nouveau livre documente 2700 assassinats ciblés commis par les services israéliens
Date of publication at Tlaxcala: 07/02/2018
Original: Poisoned toothpaste and exploding phones: New book chronicles Israel’s ‘2,700’ assassination operations
Translations available: Español 

Dentifrice empoisonné et téléphones explosifs : un nouveau livre documente 2700 assassinats ciblés commis par les services israéliens

Ethan Bronner

 

Du dentifrice empoisonné qui met un mois à achever une cible. Des drones armés. Des téléphones portables explosifs. Des roues de secours contenant des bombes télécommandées. L'assassinat de scientifiques ennemis et la chasse aux amantes cachées de religieux musulmans.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_17903.gif

Carlos Latuff

 

Un nouveau livre relate ces techniques et affirme qu’Israël aurait perpétré au moins 2 700 assassinats durant les 70 années de son existence. L’ouvrage explique que, bien que nombre de ces opérations aient échoué, Israël en comptabilise bien plus que n’importe quel autre pays occidental.

Ronen Bergman, journaliste d’investigation au journal Yediot Aharonot, a convaincu de nombreux agents du Mossad, du Shin Bet et de l’armée de lui raconter leurs histoires, certains en gardant leurs vrais noms. Il en résulte un premier examen complet du recours aux assassinats par l’État d’Israël.

11-2.jpg

Ronen Bergman

 

Basé sur près de mille entretiens et des milliers de documents, “Rise and Kill First” démontre, sur plus de 600 pages, qu’Israël a assassiné pour éviter des guerres, tuant une douzaine de scientifiques nucléaires iraniens, par exemple, plutôt que de lancer une attaque militaire. Le livre suggère aussi clairement qu’Israël a utilisé un poison radioactif pour tuer Yasser Arafat, le chef historique palestinien, ce que les dirigeants israéliens ont toujours nié.

Bergman écrit que la mort d’Arafat en 2004 correspondait à un modèle et avait des partisans. Mais il évite d’affirmer clairement ce qui s’est passé, expliquant que la censure militaire israélienne l’empêche de révéler ce qu’il pourrait savoir.

Le titre du livre vient de la recommandation ancestrale du Talmud, “Si quelqu’un vient pour te tuer, lève-toi et tue-le en premier” (“If someone comes to kill you, rise up and kill him first”). Bergman raconte qu’une grande partie des personnes qu’il a interviewée ont cité ce passage comme justification de leurs actes. Tout comme le fait l’avocat de l’armée en déclarant que de telles opérations sont des actes de guerre légitimes.

Malgré les nombreux entretiens, y compris ceux avec les anciens premiers ministres Ehud Barak et Ehud Olmert, Bergman, auteur de plusieurs livres, explique que les services secrets israéliens ont cherché à interférer dans son travail. Ils se sont réunis en 2010 pour savoir comment interrompre ses recherches et ont mis en garde les anciens employés du Mossad de lui parler.

Il explique que bien que les USA imposent des contraintes plus strictes à leurs agents que ne le fait Israël, le président George W. Bush a adopté de nombreuses techniques israéliennes après les attentats terroristes du 11 Septembre 2001, et le président Barack Obama a ordonné plusieurs centaines d’exécutions ciblées.

“Les systèmes de commandement et de contrôle, les centres de crise, les méthodes de collecte d’informations, les technologies d’avion sans pilote ou de drones, qui sont aujourd’hui utilisés par les USAméricains et leurs alliés, ont tous été largement développés en Israël,” écrit Bergman.

Le livre dessine l’histoire de personnalités et les stratégies des différents services secrets. Dans les années 1970, un nouveau chef des opérations du Mossad a ouvert des centaines d’entreprises commerciales à l’international avec l’idée qu’elles pourraient un jour être utiles. Par exemple, le Mossad a créé une entreprise de transport maritime au Moyen-Orient qui, des années plus tard, s’avère être utile pour fournir une couverture à une équipe au large du Yémen.

Il y eut beaucoup d’échecs. Après qu’un groupe de terroristes palestiniens a tué des athlètes israéliens aux jeux olympiques de Munich en 1972, Israël a envoyé ses agents tuer ceux qu’il considérait comme les  responsables de l’opération (ainsi que plusieurs hommes mal identifiés).  Il y a également eu des opérations réussies qui ont fait plus de mal que de bien aux objectifs politiques d’Israël, souligne Bergman.

Bergman soulève les préoccupations morales et légales qu’engendrent les exécutions perpétrées par l’État, y compris l’existence de systèmes judiciaires séparés pour les agents secrets et les autres citoyens d’Israël. Mais il présente des opérations, qui pour la plupart, ont atteint leur objectif. Alors que beaucoup attribuent la fin des attaques sur les citoyens israéliens au mur qu’Israël a construit le long et à l’intérieur de la Cisjordanie au début des années 2000, il explique que ce qui a fait la différence a été “un nombre considérable d’assassinats ciblés d’agents terroristes.”

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_4924.jpg

Meir Dagan (1945-2016), chef du Mossad de 2002 à 2011

 

L’une des sources les plus importantes de Bergman a été Meir Dagan, mort début 2016, qui a été directeur du Mossad pendant huit ans. Vers la fin de sa carrière, Dagan eut un différend avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, en partie sur le fait de lancer une attaque militaire contre l’Iran. Netanyahu pensait que les techniques des services secrets, comme le fait de vendre à l’Iran des pièces défectueuses pour ses réacteurs (ce que faisaient Israël et les USA) ne suffisaient pas.

Dagan répondit que ces techniques, particulièrement les assassinats, feraient l’affaire.  Bergman le cite : “Dans une voiture, il y a en moyenne 25 000 pièces. Imagine qu’il en manque 100. Ça va être très dur de la faire marcher. Mais d’un autre côté, des fois c’est plus efficace de tuer le chauffeur, et c’est tout.”

 

 

Rise and Kill First
The Secret History of Israel’s Targeted Assassinations
By Ronen Bergman

Random House
Hardcover | $35.00 Published by  Jan 30, 2018 | 784 Pages | 6-1/8 x 9-1/4 | ISBN 9781400069712

 

 

 

 

 

 





Courtesy of Agence Médias Palestine
Source: http://www.independent.co.uk/news/world/middle-east/mossad-assassinations-israel-foreign-operations-arafat-book-shin-bet-ronan-bergman-interviews-a8181391.html
Publication date of original article: 27/01/2018
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=22669

 

Tags: Assassinats ciblésCrimes sionistesMossadGuerre sale siaréliennePalestine/Israël
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.