TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 15/12/2018 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 EDITORIALS & OP-EDS 
EDITORIALS & OP-EDS / 29 novembre : 70 ans de solitude des Philistins
Date of publication at Tlaxcala: 29/11/2017
Translations available: English  Español  Deutsch  Português/Galego  Italiano  Türkçe  Русский  فارسی  Ελληνικά 

29 novembre : 70 ans de solitude des Philistins

TLAXCALA ΤΛΑΞΚΑΛΑ ТЛАКСКАЛА تلاكسكالا 特拉科斯卡拉

 

Soit un petit pays chargé d’histoire. Appelons-le X . Ce pays a vu passer en trois millénaires tous les envahisseurs, tous les occupants, tous les libérateurs possibles. Tous ou presque ont invoqué une entité imaginaire portant divers noms, ce qu’on appelle un dieu. L’empire dont ce pays a fait partie le plus longtemps dans l’histoire –appelons-le Y -  l’a contrôlé pendant quatre siècles et un an. Un autre Empire –Z-  lui succédé, pendant 30 ans. Y n’avait demandé l’avis de personne pour occuper X, et surtout pas celui de ses habitants. Z non plus, mais, lui, avait le soutien de ses semblables.

Puis un événement extraordinaire a eu lieu. Une assemblée de représentants de 53 pays, tous étrangers à X et qui n’avaient aucune légitimité à décider de son sort, a voté un texte décidant que X allait être saucissonné en 3 parties : une partie pour le peuple d’X, une partie pour un groupe de colons venus d’ailleurs et qualifiés de « peuple » -ce qu’ils n’étaient pas et que nous appellerons J -, et une troisième partie, considérée comme une ville sainte, sous tutelle internationale.

70 ans plus tard, X est et reste le pays le plus étrange de la planète Terre. Il est divisé en trois morceaux, un gros, un moyen et un petit. Le premier morceau est totalement et uniquement contrôlé par l’État J, le deuxième presque totalement et indirectement par le même État J, le troisième morceau est le plus grand camp de concentration à ciel ouvert du monde, péniblement administré par un semblant d’État d’indigènes de X.

Vous l’aurez compris,  ce pays X, c’est la Philistine, cette terre des Philistins devenue la Palestine par le biais de la langue des occupants romains, le latin. Y, c’est le défunt Empire ottoman, et Z, l’Empire britannique, ce monstre sur lequel  le soleil ne se couchait jamais. Et J, c’est ce qui s’appelle Israël, l’État juif ou prétendu tel. Le 29 novembre 1947, 33 des 53 pays alors représentés à l’ONU votaient en faveur de la Résolution n° 181, qui décidait purement simplement de partitionner la Palestine en un État juif, un État arabe et une quasi- capitale, Jérusalem, sous tutelle internationale. 70 ans et une dizaine de guerres plus tard, un seul point de cette résolution est entré en vigueur : la création d’un État juif.

Pendant ces 70 ans, comme pendant les trente années qui ont précédé, les Philistins ont expérimenté toutes les formes d’oppression qu’un groupe humain minoritaire peut exercer sur un groupe humain majoritaire. Ils ont par conséquent expérimenté toutes les formes de résistance et de lutte que des humains peuvent inventer et essayer, de la protestation pacifique la plus inoffensive à la forme de violence la plus désespérée en passant par la lutte armée clandestine, la révolte semi-armée de masse, sans oublier le recours à la parole, à l’expression artistique, à la diplomatie, à la grève et au boycott. Toutes ces formes ont échoué jusqu’à ce jour.

Et pourtant, le peuple d’X  existe toujours, il vit, il pense, il aime, il meurt, il revit.

Philistine, miroir du monde, tu appartiens au patrimoine de l’humanité. Continue à nous étonner. Continue à nous enseigner à survivre, envers et contre tout, qui que nous soyons, où que nous soyons, dans ce monde qui ne cesse de rétrécir.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_17503.jpg

 

 





Courtesy of Tlaxcala
Publication date of original article: 29/11/2017
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=22136

 

Tags: Résolution 181Plan de partage PalestineONU29 NovembrePalestine/Israël
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.