TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı la internacia reto de tradukistoj por la lingva diverso

 24/11/2017 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 LAND OF PALESTINE 
LAND OF PALESTINE / La Déclaration Balfour : étude de la duplicité britannique
Date of publication at Tlaxcala: 01/11/2017
Original: The Balfour Declaration: A study in British duplicity

La Déclaration Balfour : étude de la duplicité britannique

Avi Shlaim אבי שליים

Translated by  VECTranslation

 

Ce document qui a changé le cours de l’histoire aura cent ans jeudi prochain, mais la Grande-Bretagne ne reconnaît toujours pas le refus israélien du droit palestinien à l’autodétermination nationale – et sa propre complicité

 
 Foreign Office
2 novembre 1917
Cher Lord Rothschild,

J'ai le plaisir de vous adresser, au nom du gouvernement de Sa Majesté, la déclaration ci-dessous de sympathie à l'adresse des aspirations sionistes, déclaration soumise au cabinet et approuvée par lui.
"Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l'établissement en Palestine d'un foyer national pour le peuple juif, et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte ni aux droits civiques et religieux des collectivités non juives existant en Palestine, ni aux droits et au statut politique dont les Juifs jouissent dans tout autre pays."

Je vous serais reconnaissant de bien vouloir porter cette déclaration à la connaissance de la Fédération sioniste.
Arthur James Balfour
 

La Déclaration Balfour, publiée le 2 novembre 1917, est un court texte qui a changé le cours de l’histoire. Elle a engagé le gouvernement britannique à soutenir la création d’un foyer national pour le peuple juif en Palestine, à condition que rien ne fût fait « pour porter atteinte aux droits civils et religieux des communautés non juives existantes en Palestine ».

À cette époque, les juifs ne constituaient que 10 % de la population de la Palestine : 60 000 juifs pour un peu plus de 600 000 Arabes. Pourtant, la Grande-Bretagne a choisi de reconnaître le droit à l’autodétermination nationale de la minuscule minorité et de le refuser catégoriquement à la majorité incontestée. Comme le décrivait l’auteur juif Arthur Koestler, c’était là une nation qui promettait à une autre nation la terre d’une troisième nation.

Certains récits contemporains ont présenté la Déclaration Balfour comme un geste désintéressé et même comme un noble projet chrétien visant à aider un peuple ancien à reconstituer sa vie nationale dans sa patrie ancestrale. Ces discours émanent du romantisme biblique de certains responsables britanniques et de leur sympathie pour le sort des juifs d’Europe de l’Est.

Les études qui ont suivi laissent entendre que la motivation principale de la publication de cette déclaration relevait d’un calcul froid servant les intérêts impériaux britanniques. On croyait, finalement à tort, que les intérêts de la Grande-Bretagne auraient été mieux servis par une alliance avec le mouvement sioniste en Palestine.

La Palestine contrôlait les lignes de communication de l’Empire britannique vers l’Extrême-Orient. La France, principal allié de la Grande-Bretagne dans la guerre contre l’Allemagne, était également un rival dans la course à l’influence en Palestine.

En vertu des accords secrets de Sykes-Picot de 1916, les deux pays ont divisé le Moyen-Orient en zones d’influence mais sont parvenus à un compromis au sujet d’une administration internationale de la Palestine. En aidant les sionistes à prendre le contrôle de la Palestine, les Britanniques espéraient s’assurer une présence dominante dans la région et exclure les Français. Pour décrire les Britanniques, les Français parlaient de la « perfide Albion ». La Déclaration Balfour était un excellent exemple de cette sempiternelle perfidie.

Les principales victimes de Balfour

Les principales victimes de la Déclaration Balfour ne furent toutefois pas les Français, mais les Arabes de Palestine. La déclaration était un document colonial européen classique bricolé par un petit groupe d’hommes avec une mentalité complètement colonialiste. Elle a été formulée au mépris total des droits politiques de la majorité de la population indigène.

Le secrétaire aux Affaires étrangères Arthur Balfour n’a fait aucun effort pour dissimuler son mépris pour les Arabes.

« Que le sionisme soit juste ou injuste, bon ou mauvais, il est enraciné dans des traditions séculaires, dans des besoins présents et des espoirs futurs d’une importance bien plus profonde que les désirs et préjugés des 700 000 Arabes qui habitent aujourd’hui cette vieille terre », a-t-il écrit en 1922. Il pourrait difficilement y avoir d’illustration plus frappante de ce qu’Edward Saïd appelait l’« épistémologie morale de l’impérialisme ».

Balfour n’était qu’un aristocrate anglais languissant. Le véritable moteur de la déclaration n’était pas Balfour, mais David Lloyd George, l’impétueux radical gallois qui était à la tête du gouvernement. En politique étrangère, Lloyd George était un impérialiste britannique démodé et un professionnel de l’accaparement de terres. Néanmoins, son soutien pour le sionisme ne reposait pas sur une évaluation judicieuse des intérêts britanniques, mais sur l’ignorance : il admirait les juifs, mais il les craignait également et il ne comprenait pas que les sionistes constituaient une minorité au sein d’une minorité.

Lire la suite

http://balfour.webflow.io/





Courtesy of Middle East Eye
Source: http://www.middleeasteye.net/columns/balfour-declaration-study-british-duplicity-669552013
Publication date of original article: 25/08/2017
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=21965

 

Tags: Déclaration BalfourImpérialisme britanniqueSionismePalestine/Israël
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.