TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı la internacia reto de tradukistoj por la lingva diverso

 21/11/2017 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 EDITORIALS & OP-EDS 
EDITORIALS & OP-EDS / Nous n'apprenons jamais: Malte est pourrie jusqu’à l’os
Date of publication at Tlaxcala: 17/10/2017
Original: We never learn: Malta is rotten to its core

Nous n'apprenons jamais: Malte est pourrie jusqu’à l’os

Ramona Depares

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

C’est reparti pour les querelles entre les deux partis dominants. Ca distrait le populo de la froide réalité du crime organisé



Daphne Caruana Galizia, exécutée à Malte le 16 octobre 2017

J'écris ces lignes en étant encore sous le choc des événements d'hier.

Peu de temps après l'annonce de l'exécution de la journaliste Daphné Caruana Galizia - parce que c'était bien ça, n'est-ce pas? Le mot «assassiner» n’effleure même pas les implications de ce qui est arrivé - je me suis mise à naviguer en ligne pour essayer de trouver un certain niveau de confort et de compréhension, comme c'est notre coutume aujourd'hui.

Pendant la première demi-heure environ, je me suis sentie enveloppée dans la sécurité de l'indignation exprimée par presque toutes les personnes avec lesquelles je suis connectée sur les médias sociaux. Il a fallu une exécution froide pour y parvenir, me suis-je dit, mais il semble que les Maltais soient finalement unis dans la condamnation de tout ce qui ne va pas.

Tout le monde autour de moi agissait décemment. L'horreur et l'incrédulité étaient générales. On pouvait compter sur nous pour faire preuve de décence quand il le faut,  pensais-je. Excès de naïveté ? Oui. À peine une heure s'est écoulée avant que je me rende  compte que ce que je regardais était la liste soigneusement organisée des personnes dont je suis les opinions sur les médias sociaux. Et elles ont tendance à être du même avis.

Dehors, dans la Malte réelle, les choses ont pris assez rapidement un tour dégoûtant. Je me suis aventurée sur les sections de commentaires de différents portails de nouvelles et ce que j'ai vu m'a rendue malade. Je me suis tournée vers les comptes de médias sociaux publics d’étrangers et mon estomac  s’est serré de dégoût.

Malte est pourrie jusqu'à l'os. Il n'y a pas d'autre moyen d’expliquer ce que j'ai vu hier.

Nous vivons dans un pays où les gens font des parades en klaxonnant quand quelqu'un perd sa vie. Un pays où le premier réflexe  du chef de l'opposition est de tenter de faire son beurre politique de la mort d'une journaliste. Un pays où tout le système judiciaire qui enquête sur la mort de cette journaliste est compromis jusqu’à l’os. Un pays où la vie humaine a une importance secondaire pour la politique partisane - et cela s'applique à l'ensemble de l’éventail politique.

Les événements d'hier étaient une attaque contre Malte et contre la civilisation telle que nous la connaissons.

Pourtant, la majorité des Maltais des deux extrémités du spectre bleu et rouge* sont trop occupés à clabauder leur politique partisane pour comprendre qu'ils ont été emmenés en bateau. Parce que c’est bien sûr  exactement ce que veulent, ceux qui, quels qu’ils soient,  sont responsables de cela.

Que les querelles partisanes commencent. Elles permettent de distraire le populo de la froide réalité du crime organisé, qui se fiche pas mal de savoir si «son» parti est au pouvoir, parce que, malgré la perception du public, il est probablement infiltré dans chacun d’eux de toute façon.

La réalité froide est que les responsables de cette exécution n'ont pas fait cela à cause de la politique partisane mais parce que quelque chose d’important était sur le point d'être révélé et les conséquences n'avaient rien à voir avec la question de savoir quel parti va remporter les prochaines élections. Le travail de Mme Caruana Galizia était bien au-dessus de cela. Personne n'a frappé une journaliste parce qu'elle aurait critiqué le style vestimentaire de femmes de politiciens et ridiculisé les partis politiques.

Quelqu'un, quelque part, était sur le point de voir sa vie ruinée de façon spectaculaire. Ce n'était pas un épisode de PL contre  PN * ou vice-versa, et le fait que la plupart des Maltais ne semblent pas aller au-delà de ce niveau est consternant et dérangeant. La tragédie est que nous ne saurons probablement jamais ce qui s'est réellement passé.

Et la plus grande tragédie est que nous n'apprenons jamais, et nous continuons à pédaler dans notre boue paroissiale sans comprendre qu'il y a un monde au-delà du rouge et du bleu. Et le vrai mal se nourrit toujours de l'ignorance.

Sincères condoléances à la famille de Mme Caruana Galizia.

* NdT

PL est le Partit Laburista, Parti travailliste de Malte (les « rouges »). Son leader Joseph Muscat est Premier ministre depuis 2013. PN est le Partit Nazzjonalista, Parti Nationaliste (les « bleus »). Des responsables des deux partis ont été au centre des scandales à répétition révélés par Daphne Caruana Galizia.
 

 

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://www.timesofmalta.com/articles/view/20171017/blogs/we-never-learn.660630
Publication date of original article: 17/10/2017
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=21834

 

Tags: Daphne Caruana GaliziaCrime organiséExécutions extrajudiciairesCorruptionAssassinats de journalistesMalteUErope
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.