TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı la internacia reto de tradukistoj por la lingva diverso

 20/10/2017 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 UMMA 
UMMA / Dolors Bramon : “Nous sommes très mal éduqués sur les questions de l’islam”
Date of publication at Tlaxcala: 23/09/2017
Original: Dolors Bramon : “Estem molt mal educats en qüestions d’islam”
Translations available: Español 

Dolors Bramon : “Nous sommes très mal éduqués sur les questions de l’islam”

Alex Anfruns

Translated by  Rémi Gromelle

 

Après les attentats de Barcelone et de Cambrils, une importante partie de la société catalane a refusé de stigmatiser l’islam. Mais la vague d’attentats qui frappe l’Europe semble impossible à contenir. Après le 11 septembre, la guerre des USA contre l’Irak ainsi que les déstabilisations en Libye et en Syrie n’ont pas été d’une grande aide. Dans ce contexte, certains observateurs ont mis en lumière ce qu’ils appellent “l’euro-djihadisme”, ou le fait que certains terroristes sont nés et ont été éduqués au sein de société européennes. En France, les initiatives en matière de « déradicalisation » mises en œuvre depuis 2015 ont été un échec retentissant, malgré un financement très important. Peut-être existe-t-il d’autres méthodes qui n’ont pas encore été explorées ? Quel rôle joue l’éducation et sa manière d’aborder l’islam dans les sociétés multiculturelles modernes ?

Le professeur Dolors Bramon est arabiste et historienne spécialiste de l’époque médiévale. Elle a publié plusieurs ouvrages de vulgarisation comme L’islam avui. Alguns aspectes controvertits (L’islam aujourd’hui. Quelques aspects controversés) et a mis en garde contre la mauvaise interprétation de certains concepts associés au monde arabe et à l’islam. Nous l’avons rencontrée pour qu’elle nous éclaircisse et qu’elle réponde urgemment aux clichés et à la désinformation les plus fréquents.

Alex Anfruns : Face à ceux qui présentent l’islam comme une religion violente, vous répondez dans votre livre que l’islam est pluriel.

Dolors Bramon : Il y a autant d’islam qu’il y a de gens qui pratiquent l’islam. Il y a même des personnes qui disent pratiquer l’islam, mais qui selon moi ne le font pas. C’est pour cela que j’emploie le terme “islam pluriel”. De plus, cela est confirmé par le Coran – que les musulmans considèrent comme la retranscription de la parole de Dieu – car l’un des verbes qui y apparaît le plus est “raisonner”, “penser”. Le livre saint invite le lecteur à l’analyser, et par conséquent chaque esprit le lira et l’interprètera selon ses facultés…

De même que le catholicisme était et a été jusqu’à il y a peu en faveur d’un alignement total sur la doctrine du Vatican, l’islam est en réalité pluriel puisque chaque fidèle peut l’interpréter à sa manière. Cela ne signifie pas que je suis en train de dire que tous ceux qui se prétendent musulmans agissent comme tels. Il y a des gens qui se disent musulmans, mais que personnellement je ne considèrerais pas comme tels. Par exemple, ces terroristes – comme beaucoup d’autres – moi je suis convaincue qu’ils ne suivent pas la doctrine de l’islam.

Vous déplorez également dans votre livre que “l’histoire est remplie d’exemples où la notion de djihad est utilisée de façon erronée”.

Le mot djihad apparaît trente-cinq fois dans le Coran. Par conséquent, si Dieu utilise ce mot, il est bon de savoir quel usage il en fait, car Dieu doit savoir infiniment mieux que nous la signification d’un mot. Le djihad a toujours été un effort que chaque musulman doit faire pour être une meilleure personne jour après jour, et que chaque collectivité doit faire pour être une meilleure collectivité.

Il est vrai que dans le Coran le mot djihad apparaît dix fois dans le sens de la “lutte”. Mais une fois qu’on a lu le Coran dans son intégralité, on se rend compte qu’une lutte, ou une guerre, doit réunir plusieurs conditions. Par exemple, un autre musulman ne peut pas se battre contre un autre musulman… chose qui s’est pourtant passée dès le premier jour. De la même manière, les chrétiens ne doivent pas tuer, ils l’ont pourtant fait à merveille. Alors la théorie est une chose, et la pratique en est une autre.

Pouvez-vous donner un exemple historique d’un bon usage du mot djihad ?

Lire la suite





Courtesy of Investig'Action
Source: http://www.investigaction.net/ca/dolors-bramon-estem-molt-mal-educats-en-questions-dislam/
Publication date of original article: 27/08/2017
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=21609

 

Tags: IslamDjihadIslamophobieÉducation interculturelleCatalogneÉtat espagnol
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.