TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı la internacia reto de tradukistoj por la lingva diverso

 24/07/2017 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 UNIVERSAL ISSUES 
UNIVERSAL ISSUES / Le drame du paquebot Saint Louis à La Havane (mai 1939) : Une page de honte de l’histoire des USA, et donc de Cuba aussi
Date of publication at Tlaxcala: 02/02/2010
Translations available: Español  English 

Le drame du paquebot Saint Louis à La Havane (mai 1939) : Une page de honte de l’histoire des USA, et donc de Cuba aussi

Michel Porcheron

 

Au rez-de-chaussée du très élégant Hôtel Raquel, style art nouveau, au n° 103 de la rue Amargura, dans la Vieille Havane, une reproduction d’une huile originale que signa Victor Manuel, grand maître cubain (V.M. Garcia, 1877-1969), longtemps inconnue et sans date attire l’attention, entre la réception et le bar. De quelle Diaspora s’agit-il ? Tout de son existence est resté longtemps une énigme. A peine sait-on aujourd’hui que l’original appartient à un ressortissant dominicain, M. Isaac Lif. Sur la droite du tableau une brève présentation évoque le drame du « Saint-Louis en 1939 » .*

 

Ce tableau hors du commun n’est jamais qu’une modeste unité d’une dramatique mosaïque de l’histoire universelle, aux côtés de livres d’histoire, d’ouvrages universitaires, de documents et de romans historiques, d’un film hollywoodien, d’un documentaire d’archives inédites, du journal de bord du commandant du Saint-Louis, de sites multiples, entre autres  pièces de savoirs sur la misérable attitude d’alors des USA et de leur vassal, Cuba.        

 

L'épisode – une odyssée et les raisons de son échec tragique- est relativement mal connu,  encore de nos jours. Le plus souvent oublié. Pas par tous bien sûr, pas par ceux, juifs ou non,  qui ont pris la parole et le témoin au nom des disparus. Il s’agit de cet « oubli », entretenu par ceux qui eurent leur part de responsabilité dans le génocide juif, en l’occurrence les gouvernements des Alliés par leur inaction complice.    

Le 13 mai 1939,  le paquebot allemand Saint-Louis, normalement affecté à la ligne Hambourg‑ Amérique,  embarque  pour  La  Havane  937  passagers,  des   Allemand s  juifs.  Certains ont été sortis des camps de concentration, notamment  Dachau et  Buchenwald.  La plupart des passagers ont abandonné tous leurs biens ou pu en vendre certains et ont acheté (150 dollars chacun) des certificats de débarquement délivrés par la personne responsable sur place et d’autres des visas permettant d'entrer à Cuba. Les passagers avaient en outre été obligés de payer 230 Reichsmark de plus au cas où le bateau serait obligé de faire demi-tour.  

C'est en réalité une opération de propagande du régime nazi visant à montrer que les Juifs sont libres d'émigrer, sachant parfaitement que la plupart des pays d’ « accueil » leur refuseraient l’entrée.  Ces voyageurs d’un type spécial qui « ont du acquérir à un  prix prohibitif un billet-retour, alors qu’ils ne sont pas censés revenir, et ont du payer l’autorisation de sortie du territoire allemand… » (Louis-Philippe Dalembert) et dont  la moitié environ  sont des hommes âgés, des femmes et des enfants, partent avec le rêve de refaire leur vie de l'autre côté de l'Atlantique, loin des persécutions nazies dont la Nuit de Cristal , la Kristallnacht du 10 novembre 1938, (1)  leur a montré l'ampleur barbare.

Sur le navire, une certaine tension règne, car dans les esprits le voyage est sans retour, mais l’ambiance est plutôt bon enfant.  Dans les années 30, les images publicitaires de la compagnie maritime Hamburg-Amerika  Linie  donnent une image luxueuse des croisières à bord de ses paquebots. Il disposait de huit ponts et pouvait accueillir 400 passagers en 1ère classe et 500 passagers dans la classe touriste. En réalité cette « croisière » est machiavélique : la propagande nazie s’ingénie à prouver au monde entier que l’Allemagne de Hitler n’avait pas le monopole de l’‘antisémitisme. Le périple du St. Louis symbolise la lâcheté d'une partie des démocraties face au problème de l'accueil des réfugiés juifs, à la veille de la Seconde Guerre mondiale puis durant la Shoah.

Lire la suite

 

 






Courtesy of Tlaxcala
Source: http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=9909&lg=fr
Publication date of original article: 02/02/2010
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=20788

 

Tags: Saint LouisAllemagne naziePersécutions antisémitesRéfugiés allemands juifsCubaUSA
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.