TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı la internacia reto de tradukistoj por la lingva diverso

 20/08/2017 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 EUROPE 
EUROPE / L’Islande n’a rien d’une utopie
Date of publication at Tlaxcala: 04/05/2017
Original: Iceland Is No Utopia

L’Islande n’a rien d’une utopie

Joanna Smith

Translated by  Nicolas Casaux
Edited by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

J’ai visité l’Islande pour la première fois il y a deux ans et j’en suis revenue charmée,  pérorant sur ce paradis de la géothermie et du libéralisme. Regarder les infos avec moi était un calvaire. Lorsqu’on y parlait de corruption de politiciens britanniques, j’intervenais : « En Islande, ils ont emprisonné tous les banquiers fraudeurs ». Lorsqu’on y voyait un reportage déprimant sur le changement climatique, je m’empressais d’ajouter que « l’Islande utilise la géothermie ». Lorsqu’on y voyait une triste histoire à propos de réfugiés, je déclarais : « En Islande, les gens souhaitent en fait qu’il y ait plus de réfugiés ».

Je suis désormais de retour en Islande pour un stage de trois mois, et parce que j’ai laissé mes lunettes à filtre rose chez moi, je me rends compte que l’Islande n’est pas l’utopie libérale que j’imaginais. Ce n’est pas la Corée du Nord, mais ce paradis dont j’ai rêvé est actuellement dirigé par un gouvernement de droite, il a noyé ses hauts plateaux pour fondre de l’aluminium, il brûle 160 000 tonnes de charbon par an (un chiffre qui ne fait qu’augmenter), et il expulse des réfugiés. De plus, comme Grapevine l’a récemment rapporté, les niveaux de corruption en Islande, mesurés par Transparency International, ont augmenté l’année dernière, et dépassent désormais ceux de ma vieille Angleterre, ce pays du Brexit dont je suis si déçue.

 

Reykjavik. Photo Bjarni Brynjólfsson

Et il ne s’agit pas que de moi – beaucoup d’étrangers fantasment sur ces merveilles politique, qui n’ont rien de merveilleux en réalité. Pourquoi les gens aiment-ils placer l’Islande sur un tel piédestal ? La réponse est simple : parce que c’est rassurant. Parce qu’il est rassurant de pouvoir se dire, alors que l’actualité est une longue suite d’évènements désastreux, que quelque part, quelqu’un a une solution. Il est rassurant, lorsque vous avez l’impression que dans votre propre pays, on ne vous écoute pas, de se persuader qu’il y a un endroit où on le ferait. Il est rassurant de croire que nos rêves d’une société parfaite sont réalisés et qu’ils sont possibles.

Mais cette ignorance n’est pas une bénédiction. En réalité, elle empêche les gens de prendre en main leur destin. Revenons-en à moi, qui critiquais les choix de mon Angleterre tandis que je chantais les louanges de  l’Islande. Encourager mon pays à prendre pour modèle ce paradis libéral ne sert à rien. Cela ne fait que décourager les gens de regarder les informations avec moi.

L’un des facteurs qui redorent le blason de l’Islande, c’est que ce sont des combattants. Prenez le scandale des Panama Papers, par exemple, dans lequel les anciens premiers ministres de l’Islande et du Royaume-Uni étaient impliqués. L’Islande, un pays de 330 000 personnes, environ, a vu 23 000 manifestants exiger que leur Premier ministre démissionne (tout en jetant du skýr * sur le bâtiment du Parlement). Ça a marché. Au Royaume-Uni, d’autre par, un pays de 64 millions d’habitants, on a vu à peine 1000 personnes manifester. Ça n’a pas marché. Où étais-je lorsque ces manifestations ont eu lieu ? Probablement quelque part à encenser l’Islande pour avoir viré son Premier ministre.

L’utopie n’existe ni en Islande ni ailleurs. Mais même si je réalise cela, l’Islande garde une place spéciale dans mon cœur. Plutôt qu’un paradis libéral imaginaire, c’est mon pays des merveilles de combattants farouches : un endroit où les gens se lèvent pour ce en quoi ils croient. Et, honnêtement, je ne suis pas sûre de vouloir vivre dans un monde où vous n’avez pas à jeter du skýr * sur un bâtiment gouvernemental de temps à autre. Cela pourrait être une utopie, mais ça ne serait certainement pas aussi amusant.

Note de Tlaxcala

Le skýr (litt. brassé) est la variété islandaise de yaourt, plutôt de caillebotte ou de lait ribot, mangé à toute heure et mis à toutes les sauces depuis que les Vikings dissidents qui ont peuplé l’Islande l’ont emporté avec eux de Norvège il y a 11 siècles. Mais skýr signifie aussi clair, distinct, intelligible, comme dans le slogan du mouvement LGBT "hýr   og skýr", gay et clair.

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://grapevine.is/mag/column-opinion/2017/03/10/iceland-is-no-utopia/
Publication date of original article: 10/03/2017
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=20410

 

Tags: IslandeSkýr Révoltes logiques
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.