TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı la internacia reto de tradukistoj por la lingva diverso

 24/11/2017 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 LAND OF PALESTINE 
LAND OF PALESTINE / Rapport : 509 Palestiniens arrêtés par Israël au mois de mars
Date of publication at Tlaxcala: 14/04/2017
Original: في تقرير يصدر عن مؤسسات الأسرى وحقوق الإنسان: الاحتلال اعتقل (509) فلسطينياً خلال شهر آذار/مارس

Rapport : 509 Palestiniens arrêtés par Israël au mois de mars

Addameer الضمير

 

Quatre organisations palestiniennes de défense des droits humains et des prisonniers, la Société des Prisonniers Palestiniens, le Centre Al-Mezan pour les Droits Humains, l’Association de Soutien et des Droits Humains des Prisonniers Addameer et la Commission des Affaires des Prisonniers, ont publié dimanche 9 avril leur rapport mensuel sur la situation en mars 2017. Les autorités d’occupation ont arrêté 509 Palestiniens pendant le mois de mars 2017 en Cisjordanie, à Gaza et Jérusalem, dont 75 enfants et 13 femmes, y compris 2 mineures et 5 députés du Conseil Législatif Palestinien.

En mars, 160 Palestiniens de Jérusalem ont été arêtes, 80 d’al-Khalil, 73 de Bethléem, 35 de Ramallah et el-Bireh, 34 de Tulkarem, 33 de Naplouse, 31 de Jénine, 21 de Qalqilya, 15 de Jéricho, 11 de Tubas, 11 de la Bande de Gaza et 5 de Salfit.

Les autorités d’occupation israéliennes ont délivré 111 ordres administratifs de détention en mars, y compris un ordre d’emprisonnement sans accusation ni procès contre le prisonnier Ihsan Dababseh ré-arrêté puis relâché, et contre le membre du CLP Mohammed Ismail al-Tal.

Le nombre total de prisonniers palestiniens dans des prisons israéliennes est approximativement de 6 500 ; parmi eux 62 prisonnières, y compris 14 mineures. Il y a approximativement 300 enfants détenus dans des prisons israéliennes et 500 Palestiniens emprisonnés sans accusation ni procès en détention administrative.

Le mois dernier, on a aussi vu l’arrestation continue des dirigeants palestiniens et la poursuite des activistes politiques et journalistes par l’occupation, pour tenter de les empêcher d’effectuer leur rôle dans l’éducation de la communauté et l’organisation du peuple palestinien, et d’empêcher les journalistes de traiter et révéler les pratiques de l’occupation. Cette politique est destinée à supprimer et museler leurs voix, particulièrement à Jérusalem occupé. Durant le mois de mars, 5 députés du CLP ont été arrêtés, dont Samira Halaiqeh, tandis que 5 journalistes travaillant dans des médias variés ont été capturés.

En outre, les prisonniers palestiniens ont rencontré une politique continue d’invasions de secteurs, de cellules collectives et de pillage de leurs affaires, en plus de la négligence médicale continue de centaines de patients détenus et des hauts taux de détention administrative, de confinement et d'isolation, la détention d’enfants et l’imposition d’amendes exorbitantes et le refus de visites familiales à des centaines de prisonniers palestiniens.

Les quatre organisations ont exprimé leur forte condamnation des violations grossières et systématiques israéliennes de la loi internationale contre les prisonniers palestiniens et ont aussi condamné l’arrestation continue et le ciblage systématique des journalistes par l’occupation, ce qui empêche leur travail de diffusion d’information sur les violations des droits humains auxquelles les Palestiniens sont en permanence exposés.

Une telle répression viole la liberté de la presse et la liberté d’expression ainsi que les conventions internationales et la loi humanitaire, qui apportent la protection spéciale pour les journalistes via le 1er Protocole additionnel de la Quatrième Convention de Genève de 1977 et l’Article 19 de la Déclaration Universelle des Droits Humains de 1948 et l’Article 19 de la Convention sur les Droits Civils et Politiques de 1966, qui maintiennent le droit de recevoir et transmettre les actualités et les idées, ce qui s’applique aux journalistes. Les organisations notent aussi les arrestations continues par l’occupation israélienne de membres du Conseil Législatif Palestinien par l’occupation israélienne malgré la loi internationale interdisant l’arrestation des individus pour leurs points de vue politiques.

Les quatre organisations fappellent aussi  la communauté internationale et les organes internationaux à  respecter leurs obligations légales et morales envers les crimes actuellement commis sur le territoire palestinien et à prendre des mesures effectives pour contraindre l’occupation à respecter la loi internationale humanitaire et la loi internationale des droits humains. Elles ont souligné l'urgence à agir pour faire rendre des comptes à la puissance occupante et aux auteurs des crimes contre les civils palestiniens afin d'’assurer qu’ils ne bénéficient pas d’impunité.

Traduction : Natalie M. pour l’Agence Média Palestine

Marc Rudin, 1981

 

 





Courtesy of Agence Média Palestine
Source: http://bit.ly/2oHetF9
Publication date of original article: 09/04/2017
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=20269

 

Tags: Prisonniers palestiniensOccupation sionistePalestine/Israël
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.