TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı la internacia reto de tradukistoj por la lingva diverso

 25/07/2017 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 UNIVERSAL ISSUES 
UNIVERSAL ISSUES / Rêves et cauchemars
Date of publication at Tlaxcala: 20/03/2017
Original: Sueños y pesadillas

Rêves et cauchemars

Koldo Campos Sagaseta

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

À celles et ceux qui, au moment de se coucher, n'auraient pas les idées claires sur la différence entre faire des doux rêves et d'horribles cauchemars, les comptes annuels présentés par Inditex, l'obscène entreprise de fringues d'Amancio Ortega, peuvent lever tout doute.

Résultat de recherche d'images pour "Amancio Ortega"

Anjel Ordóñez évoquait avant-hier dans le journal Gara cette société et ces comptes: un chiffre d'affaires annuel de 23 milliards d'euros, plus de 7000 magasins,  plus de 160 000 personnes employées.

Chaque minute qui passe, Ortega gagne 2.380 euros. Autrement dit, chaque matin, quand l'heureux milliardaire galicien  se réveille après huit heures de sommeil réparateur dans sa résidence, ses rêves ont produit plus d'un million d'euros. Exactement, selon ses propres comptes, 1  142.400 euros en dormant. Ça, c'est les rêves.

Les filles qui travaillent dans des conditions misérables pour Amancio Ortega dans les usines de textile en Inde, au Bangladesh et au Maroc peuvent gagner un euro par heure travaillée, moins d'un demi-cent par minute. Autrement dit, chaque  soir, lorsqu'elles rentrent  épuisées à la maison pour enfin se coucher, elles continuent à tout devoir, jusqu'à la paillasse sur laquelle elles s'écroulent. Ça, c'est les cauchemars.

Tant que les rêves des uns sont les cauchemars de tous, personne ne devrait dormir.

(euskal presoak-euskal herrira)





Courtesy of Tlaxcala
Source: http://cronopiando.com/blog/2017/03/20/suenos-y-pesadillas/
Publication date of original article: 20/03/2017
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=20101

 

Tags: Amancio OrtegaInditexZaraExploitation des femmesMultinationales du textile
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.