TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı la internacia reto de tradukistoj por la lingva diverso

 26/07/2017 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 LAND OF PALESTINE 
LAND OF PALESTINE / Elor Azaria a pris 18 mois de prison pour assassinat : pour un joint, il aurait pris 11 mois
Date of publication at Tlaxcala: 22/02/2017
Original: Hebron Shooter Elor Azaria Got 18 Months for Manslaughter. Smoking Weed Is 11

Elor Azaria a pris 18 mois de prison pour assassinat : pour un joint, il aurait pris 11 mois

Gili Cohen גילי כהן

Translated by  Pour la Palestine

 

Le sergent franco-israélien Elor Azaria a donc été condamné à 18 mois de prison pour avoir, de sang-froid, tué d’une balle dans la tête un Palestinien blessé, gisant à terre, qui ne représentait plus de danger pour personne. La peine est pour le moins dérisoire, mais en fait c’est “signé pas de chance” pour Azaria : si les faits n’avaient pas été filmés et largement diffusés via l’internet, non seulement il n’aurait pas été poursuivi, mais il y a même des chances qu’il aurait eu droit à des félicitations de ses chefs.

Elor Azaria avec sa maman...

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_14073.jpg

...et sa victime, Abdelfattah Al Charif

Pour mémoire, en 2015 le parlement israélien a voté une loi qui rend le fait de jeter une pierre sur un véhicule en mouvement à Jérusalem-Est passible de 20 ans de prison (10 ans “seulement” si l’intention de causer des blessures aux occupants du véhicule n’est pas prouvée – étant entendu que les Palestiniens poursuivis sont condamnés dans plus de 90% des cas).

Mais, puisque l’armée n’a pas pu se dispenser de le juger – en dépit du soutien dont il a bénéficié dans l’opinion israélienne et dans le monde politique en particulier – il a bien fallu le condamner, et du même coup en faire un héros national qui – sa proximité avec l’extrême-droite, bien avant mars 2016 étant semble-t-il établie – pourrait fort bien se retrouver à la Knesset dans un avenir assez proche.

La correspondante militaire du quotidien israélien Haaretz, Gili Cohen, a voulu comparer le plus objectivement et le plus précisément possible la peine prononcée contre le nouveau héros de la droite israélienne, en passant en revue une série de sanctions prises contre des militaires israéliens.

Les tribunaux militaires adoptent habituellement une ligne dure quand des principes sont en jeu”, écrit-elle. “Le cas du sergent Elor Azaria, condamné par un tribunal militaire à 18 mois de prison militaire, 18 mois de période probatoire et la rétrogradation au rang de soldat de 2ème classe, soulève de sérieuses questions quant à savoir comment cette peine a été déterminée, et comment cela s’insère dans les lignes de conduite des tribunaux militaires”.

Si chaque crime est différent, et si un homicide ne peut être comparé à une désertion, l’usage de drogue ou des voies de fait, l’examen d’un certain nombre de cas jugés par les tribunaux militaires montrent comment ces lignes de conduite sont appliquées”.

Voici le “palmarès” établi par Gili Cohen :

  1. Un soldat qui a volontairement mis le feu à un avion au musée de l'Armée de l'air a été condamné, dans le cadre d’une peine négociée [1], pour destruction volontaire d’aéronef à 18 mois de prison et au paiement d’une amende de 5.400 shekels (1.450 USD), ce qui est le montant maximum prévu par la loi militaire.
  2. Un soldat qui a déserté pendant plus de trois ans, se soustrayant au service obligatoire, a été condamné à 14 mois de prison.
  3. Un sous-officier qui a pénétré par effraction dans un bunker de l’armée et dérobé une grande quantité d’armes (10 missiles anti-tank, 34 grenades à fragmentation, des explosifs et des milliers de balles) et les a revendues, a été condamné à 15 ans de prison. Son complice a été condamné à 9 ans de prison.
  4. Un soldat reconnu coupable de mauvais traitements sur des Palestiniens, à qui il avait infligé des chocs électriques en utilisant un appareillage médical, a été condamné à 9 mois de prison.
  5. Un soldat qui avait accidentellement tiré sur un ami et l’avait tué a été condamné pour homicide (la même qualification pénale retenue contre Azaria – NDLR) a été condamné à 28 mois de prison (peine négociée).
  6. Un soldat reconnu coupable d’avoir divulgué des informations classifiées à des activistes d’extrême-droite a été condamné à 45 mois de prison.
  7. Un soldat qui a volé deux missiles anti-tank et 13 grenades à main a été condamné à 5 ans de prison (peine négociée). L’accord passé avec l’accusation prévoyait la restitution des missiles et de quatre des grenades. Un soldat reconnu coupable de complicité a été condamné à 39 mois de prison.
  8. Un soldat qui avait frappé un autre soldat en utilisant un verre brisé en guise d’arme a été condamné (peine négociée) à 9 mois de prison.
  9. Un soldat qui avait fumé de la marijuana et un autre type de stupéfiant connu comme “Nice Guy” [2], y compris alors qu’il était de garde comme sentinelle dans un poste militaire, a été condamné à 11 mois de prison (peine négociée).
  10. Un soldat qui en avait attaqué un autre avec un couteau de cuisine et l’avait légèrement blessé, a été condamné à 15 mois de prison

De ce palmarès on peut donc déduire que tuer d’une balle dans la tête un Palestinien déjà blessé et hors d’état de nuire, à Hébron, est beaucoup moins grave que voler des armes dans les magasins de l’armée pour les revendre (9 à 15 ans) ou trahir des secrets militaires (45 mois), ou encore tuer accidentellement un Juif (28 mois), mais un tout petit peu plus grave que fumer un joint pendant le service (11 mois)…

Mais surtout, surtout, la règle d’or c’est de s’arranger pour ne pas être filmé, l’impunité est alors pratiquement garantie à 100% !

NdT

[1] Une procédure de “plea bargain” courante en droit anglo-saxon (sur lequel les lois israéliennes sont largement fondées) : la personne poursuivie admet sa culpabilité et la peine est négociée avec l’accusation. Des procédures semblables ont été assez récemment introduites en France, où on parle de “comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité”, et en Belgique où il est question de “transaction pénale”. Nous indiquons “peine négociée” pour les cas de “plea bargain” dans cette liste.
[2] Marijuana synthétique  appelée la "drogue du soldat", légale en Israël mais interdite dans l'armée (Lire ici)

 

 





Courtesy of Pour la Palestine
Source: http://www.haaretz.com/israel-news/.premium-1.773080?=&ts=_1487783525427
Publication date of original article: 22/02/2017
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=19961

 

Tags: Elor AzariaImpunité sionisteCrimes sionistesDeux poids deux mesures justice militaire sionistePalestine/Israël
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.