TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı la internacia reto de tradukistoj por la lingva diverso

 23/08/2017 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 CULTURE & COMMUNICATION 
CULTURE & COMMUNICATION / "Nous ne sommes pas que des femmes" : Sarah Zouak, entrepreneure sociale (Lallab)
Date of publication at Tlaxcala: 20/12/2016
Original: ”Vi är inte bara kvinnor”: Sarah Zouak, social entreprenör (Lallab)

"Nous ne sommes pas que des femmes" : Sarah Zouak, entrepreneure sociale (Lallab)

Victoria Machmudov

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Depuis les attentats terroristes de l'année dernière, la situation a empiré pour les femmes musulmanes en France. L' été dernier une controverse a éclaté quand le burkini - un maillot de bain intégral pour les femmes musulmanes – a été interdit dans plusieurs villes. Peu auparavant la  ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes Laurence Rossignol avait comparé les femmes voilées aux esclaves. Perspective féministe a appelé la cinéaste et entrepreneure sociale Sarah Zouak pour parler de l'islamophobie et du féminisme intersectionnel en France.
Avec le film
Women Sense Tour Sarah Zouak veut contrecarrer les stéréotypes sur les femmes musulmanes.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_14969.jpg

La Franco-marocaine Zouak Sarah est la fondatrice du magazine en ligne et e l'association Lallab; ce nom est une association des mots "Lalla" (Madame) et lab (laboratoire). Elle est à l'origine de la série documentaire Women Sense Tour, dans laquelle Zouak a voyagé dans cinq pays musulmans - Maroc, Tunisie, Turquie, Iran et Indonésie - pendant cinq mois et a rencontré 25 femmes musulmanes qui sont toutes des "change makers" (faiseuses de changement). Le film a depuis été projeté un peu partout en  France, dans le but de combattre les stéréotypes négatifs et les caricatures de femmes musulmanes.

- L'idée derrière le projet était de changer le récit des femmes musulmanes, j'étais tellement fatiguée de l'image que l'on a des femmes musulmanes, dit Sarah Zouak.

Elle dit qu'il y avait trois raisons pour lancer le projet: son expérience de jeune femme franco-marocaine musulmane, les médias qui évoquent constamment les femmes musulmanes comme des victimes ou des opprimées et son tuteur de thèse en relations internationales qui lui a dit qu'elle devait choisir entre être musulmane et féministe.

- À ce stade de ma vie, j'étais tellement en rogne. Toute ma vie, les gens ont m'a dit que je devais choisir entre mes identités. Si je veux être une femme bien, une femme forte, je dois mettre de côté ma foi et mes origines. Je voulais changer ce discours et récupérer ma narration parce que j'ai tellement à dire, tout comme les autres femmes musulmanes, mais personne ne nous écoute. Les gens préfèrent écouter les autres qui parlent de nous plutôt que nous laisser raconter nos propres expériences. Je suis vraiment en colère  contre les féministes françaises, les médias, les politiciens et tous les gens autour de moi qui ont cette perception des femmes musulmanes.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_14974.jpg

Quelles réactions as-tu rencontré après avoir lancé Lallab ?

Quand nous avons démarré Lallab beaucoup de médias ont parlé de nous ou du documentaire Women Sense Tour et c' est toujours amusant de lire ce qu'ils écrivent sur nous. Quand j'ai envoyé un trailer dans lequel une femme parle de l'égalité des sexes dans le Coran, le livre saint, l'une des stations de radio les plus célèbres de France a demandé s'ils pouvaient voir autre chose car ils n'étaient pas convaincus que "les gens vont comprendre la femme est une musulman vu qu'elle parle si bien le français ". Pour eux, une femme musulmane, c'est quelqu'un avec un fort accent.

Penses-tu que l'attitude envers les femmes musulmanes a changé après les attentats de Paris, ou tout le battage sur burkini ?

Des études montrent que l'islamophobie en France est en augmentation et que les gens ont peur des musulmans à cause des attentats. Les médias ne parlent des musulmans que négativement, ce qui est compréhensible pour moi compte tenu de toute la haine que les politiciens déversent sur femmes musulmanes. Les commentaires racistes sont donc maintenant devenus la normalité et on peut voir que ce n'est pas seulement le cas en France mais aussi aux USA avec Donald Trump.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_14970.jpg

Comment travailles-tu pour un féminisme plus intersectionnel ?

Chaque fois que tu te lances dans  un projet féministe, tu dois vraiment penser à toutes les femmes, pas seulement aux femmes qui travaillent ou aux femmes riches ou aux femmes en bonne santé. Nous ne sommes pas seulement des femmes, nous appartenons ou non à une religion, nous avons des origines, nous avons un handicap, nous avons tant de choses et nous devons prendre tout en considération.

Il faut penser à tout, sinon on exclura toujours des femmes avec lesquelles on veut travailler et je pense que ce qui arrive souvent dans le féminisme mainstream. On exclut tout le temps des femmes noires, des femmes musulmanes, des femmes asiatiques ...

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_14973.jpg

Comment définirais-tu le climat autour du féminisme en France aujourd'hui ?

Je pense que tous les groupes féministes, y compris les plus connus en France, ont le même objectif - l'égalité entre les hommes et les femmes - mais nous ne prenons pas toutes le même chemin pour y parvenir. Je pense qu'il est bon d'avoir différents groupes, parce que nous sommes différentes, il est donc important d'avoir des groupes spécifiques pour les féministes noires, les féministes musulmanes, pour d'autres femmes, mais nous avons besoin de travailler ensemble et c'est terrible de ne pas pouvoir le faire parce qu'il ya tellement de bagarres.

Nous à Lallab, nous sommes en désaccord avec la plupart des groupes féministes les plus importants comme Osez le Féminisme ou FEMEN, car elles voient toujours la religion comme un obstacle à l'autonomisation des femmes, et c'est dommage de penser ça. Bien sûr, la religion peut parfois être un obstacle pour certaines femmes, mais ce n'est pas le cas pour toutes les femmes. Pour beaucoup de femmes,  la religion, c'est quelque chose de très fort et d'important pour leur autonomisation. C'est donc vraiment mauvais de s'exprimer de cette manière, avec de tels commentaires stéréotypés. Avec Lallab nous essayons de construire des ponts entre les féministes.

Quel genre de questions espères-tu résoudre grâce à l'entrepreneuriat social ?

Je pense qu'il est très important de changer l'image que l'on a des femmes musulmanes et cela ne se produira que quand nous commencerons à voir d'abord l'individu. Quand on parle de femmes musulmanes c'est en tant que groupe, comme un groupe homogène qui pense, sent et veut la même chose, mais nous ne sommes pas tous pareilles.

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: /2016/12/13/vi-ar-inte-bara-kvinnor
Publication date of original article: 13/12/2016
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=19499

 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.