TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı la internacia reto de tradukistoj por la lingva diverso

 27/03/2017 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 UMMA 
UMMA / La première mosquée officielle d'Athènes suscite de l'inquiétude dans les communautés musulmanes
Date of publication at Tlaxcala: 08/12/2016
Original: First official mosque for Athens creates disquiet in Muslim communities

La première mosquée officielle d'Athènes suscite de l'inquiétude dans les communautés musulmanes

Demetrios Ioannou Δημήτριος Ιωάννου

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Les musulmans de la capitale grecque craignent que les mosquées locales de fortune ne soient fermées lorsque la première mosquée officielle depuis 200 ans ouvrira

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_14919.jpg

Beaucoup d'enfants assistent avec leurs pères aux prières du vendredi, qui sont souvent programmées avec une heure de décalage par rapport aux horaires officiels pour pouvoir accueillir les personnes qui travaillent

ATHÈNES - Si vous vous promenez dans une des ruelles tortueuses autour de la place Omonia au centre d'Athènes, vous pourrez voir une scène familière : un groupe d'hommes, certains portant des vêtements traditionnels de leur pays d'origine, rassemblés parlant sur leur mobiles et entre eux, et attendant apparemment quelque chose.

Si vous les suivez à travers un portail de fer énorme jusqu'au troisième étage, vous vous retrouverez dans une salle d'environ 100 mètres carrés recouverte de moquette rouge de mur  à mur. Les murs sont peints en blanc et vert et un râtelier à  chaussure en bois se trouve juste à l'entrée.

Vous vous rendrez vite compte que ce n'est pas un appartement ordinaire. Il n'y a pas de mobilier, à l'exception d'une bibliothèque contenant des livres principalement écrits en bengali et une estrade avec un microphone à l'extrémité de la salle. Sur les murs quelques horloges, des phrases décoratives encadrées du Coran et une tapisserie représentant le Masjid al-Haram (la Mosquée sacrée) dans la ville sainte de La Mecque.

Ce n'est là qu'une de la centaine de mosquées improvisées qui, selon les estimations, existent dans la capitale grecque.

Athènes est la seule capitale européenne sans mosquée officielle et il en a été ainsi depuis la fin de la domination ottomane il y  a presque 200 ans.

Cachés derrière des portes closes, dans des garages souterrains, des sous-sols ou des appartements loués, plus de 200 000 Musulmans vivant dans la ville ont dû faire preuve d'inventivité pour trouver un endroit tranquille où pratiquer leur foi.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_14920.jpg

La mosquée Assalam, animée par des Égyptiens dans un garage souterrain du quartier de Neos Kosmos, est l'une des plus grandes mosquées de fortune d'Athènes

La première mosquée financée par l'État

Mais la situation est sur le point de changer. Début août, le Parlement grec a approuvé –avec un retard séculaire, puisque la première proposition remontait à 1894 - des plans pour la construction de la première mosquée financée par l'État dans une ancienne base militaire de Votanikos, près du centre d'Athènes. La première

Le projet, qui sera réalisé par un consortium des plus grandes entreprises de construction grecques (J & P-Avax, Terna, Aktor et Intrakat) devait débuter en novembre et devrait être achevé en avril 2017.

Selon Giorgos Kalantzis, le secrétaire général aux Affaires religieuses, "on estime que la mosquée d'Athènes aura une capacité d'environ 350 personnes et qu'elle sera sous la supervision du ministère de l'Éducation et des Affaires religieuses. Le comité directeur de la mosquée d'Athènes administrera, gèrera et entretiendra la mosquée ". Le coût de cette construction est estimé à un peu moins de 887 millions d'euros (938 millions de dollars) et elle sera financée dans son intégralité par l'État grec.

S'exprimant au Parlement en août dernier, Nikos Filis, ministre de l'Éducation, de la Recherche et des Affaires Religieuses, a clairement exprimé ses intentions lorsqu'il a assuré aux musulmans d'Athènes qu'ils auraient une mosquée officielle: «L'existence de mosquées de fortune est une honte pour le pays et Les musulmans qui vivent ici ", a-t-il dit.

En réponse aux critiques, il a dit: "C'est beaucoup mieux d'avoir une mosquée officielle dont vous savez où elle est et qui la contrôle, et où les gens sont en sécurité, plutôt qu'un tas de non-officielles".

Le parti nationaliste d'extrême-droite Aube Dorea critiqué le projet, accusant le gouvernement d'être un "État anti-hellénique". Dans un discours à Votanikos, Nikolaos Michaloliakos, fondateur et dirigeant du parti, a déclaré que la mosquée serait un «repaire d'islamistes et de terroristes».

Pendant ce temps, les musulmans d'Athènes, dont le nombre a augmenté au cours des deux dernières années avec l'afflux de milliers de réfugiés et de migrants du Moyen-Orient et d'Afrique, devront continuer à visiter les mosquées de fortune, animées par des personnes d'origines diverses, souvent d' Égypte ou du Bangladesh. Diverses obédiences, dont des sunnites et chiites, les fréquentent, mais tous les musulmans qui veulent y prier sont les bienvenus. 

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_14921.jpg

Cette mosquée dans le quartier de Goudi est recouverte de tapis rouge et or, sauf dans une petite zone à l'entrée où on peut retirer ses chaussures

Fermeture des «mosquées de quartier»

Au cours de l'année écoulée, trois mosquées de fortune en Attique et une à Thiva, près d'Athènes, ont reçu des licences pour fonctionner comme lieux de culte, ce qui est requis par la loi grecque.

«Les exigences de la loi concernant l'autorisation d'établir et d'exploiter des lieux de culte incluent le respect des règles d'ordre public (en termes d'urbanisme, de voirie et de santé publique) visant l'utilisation sûre des bâtiments et la protection de leurs usagers et voisins. En outre, le nom du ministre du culte doit être soumis ainsi que le numéro d'identification TVA du lieu de culte », dit Kalantzis.

Une fois achevée la mosquée de Votanikos, de nombreuses mosquées de fortune seront forcées de fermer, même si de nombreux fidèles s'opposer à cette mesure.

Ahmed, du Caire, en Égypte, vit en Grèce depuis plus d'une décennie. Il est l'un des dizaines d'immigrants avec lesquels MEE a parlé au cours des dernières semaines et qui ne croient pas que la fermeture des «mosquées de quartier» aidera la communauté musulmane.

“Je pense que la fermeture de ces mosquées va rendre les choses encore plus difficiles pour nous [les musulmans]. Il n'est pas facile pour tout le monde d'aller à Votanikos, surtout pour ceux d'entre nous qui doivent retourner au travail après la prière ”», explique-t-il.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_14922.jpg

Des hommes du Bangladesh et du Pakistan portant des vêtements traditionnels prient à la mosquée Baitul Mamour à Kato Petralona

Lorsque la crise économique a frappé la Grèce en 2009, un grand nombre d'immigrants qui avaient trouvé refuge en Grèce ont décidé de quitter le pays à la recherche d'emplois et d'une meilleure qualité de vie.

En conséquence, le nombre de mosquées de fortune privées opérant à Athènes a été réduit d'au moins 40 pour cent selon certaines estimations.

“Jusqu'à 60 pour cent des immigrants qui vivaient en Grèce depuis des années ont quitté le pays depuis 2011 pour le centre et le nord de l'Europe”, explique Moawia M. Ahmed, président du Forum grec des migrants, né au Soudan et venu en Grèce À la fin des années 1970. «Cette mosquée qu'ils comptent construire, sert principalement à des fins politiques et ne constitue pas vraiment une solution solide pour la communauté musulmane», dit-il.

Il estime que les autorités devraient légaliser autant de mosquées de fortune que possible dans l'intérêt de la communauté musulmane.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_14923.jpg

Pendant les fêtes comme l'Aïd Al Adha, les mosquées sont habituellement pleines et les hommes et les femmes sont séparés et prient à différents étages ou derrière des rideaux épais

Être musulman à Athènes

Les Grecs sont largement connus pour leur hospitalité, leur générosité et leur convivialité. Pourtant, certains Grecs se méfient encore des musulmans. Selon une étude réalisée par le Pew Research Center, environ la moitié de la population grecque se préoccupe de la sécurité en raison de la crise des réfugiés.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_14924.jpg

Beaucoup de mosquées, comme celle d'Agios Nikolaos, sont construites dans les sous-sols d'immeubles d'habitation

«Nous ne sommes pas des terroristes. Nous aimons la paix. L'islam n'est pas ce que certains d'entre vous pourraient croire à partir de ce que vous voyez à la télévision ou lisez dans les journaux », explique Ibrahim, un jeune Bangladeshi qui essaie d'aller à la mosquée près de chez lui à Ampelokipi presque chaque jour.

Saïd, un travailleur du bâtiment égyptien, a dépensé plus de 20 000 euros de son propre argent fin 2009 pour louer et restaurer un sous-sol et en faire une belle mosquée dans le quartier d'Agios Nikolaos.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_14925.jpg

La mosquée Al Jabbar au centre d'Athènes

Mais la gérante de l'immeuble d'appartements de l'époque n'était pas enthousiaste à l'idée. «Elle m'a causé beaucoup de problèmes. Elle appelait la police presque tous les jours pour leur dire que je voulais faire tomber le bâtiment. Mais quand les policiers sont venus, ils ont pu voir que j'essayais seulement de restaurer l'endroit et d'en faire quelque chose de beau pour tout le monde».

Les choses ont pris une tournure positive lorsqu'un nouveau gérant a pris le relais. «Nous n'avons plus de problèmes et le quartier nous a acceptés. Après tout, nous sommes tous des êtres humains et nous voulons simplement vivre notre foi comme tout le monde», conclut-il.

Alors que les musulmans athéniens attendent la construction des premières mosquées ayant la bénédiction de l'État, ils commencent aussi à attendre de voir quel impact cela aura réellement sur leur petite communauté de fidèles.

Photos Demetrios Ioannou/MEE





Courtesy of Tlaxcala
Source: http://www.middleeasteye.net/in-depth/features/end-secret-makeshift-mosques-muslims-athens-religion-Greece-prayer-1837299007
Publication date of original article: 22/11/2016
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=19443

 

Tags: AthènesGrèceMigrantsRéfugiésMusulmansMosquéesIslamophobieAube DoréeContrôle étatique Islam
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.